2022 en Rhône Nord, atypique et hétérogène - Routes des vins

2022 en Rhône Nord, atypique et hétérogène

Le millésime 2022 en Rhône Nord s’annonce atypique et hétérogène avec néanmoins qualité et quantité au rendez-vous grâce à de bonnes surprises d’avant récolte. Nous avons glâné quelques échos du vignoble pour en proposer un aperçu

Pierre-Jean Villa, président de l’appellation Condrieu

« Les jus sont magnifiques, beaux en rouge et en blanc mais sur ce millésime, nous sommes allés de surprise en surprise. Au printemps, on espérait des volumes pléthoriques au vu de la végétation (nous n’avions pas eu de gel cette année) et on avait même demandé à l’Inao des rendements supplémentaires à hauteur maximum de + 10 % des 40 hl/ha du cahier des charges de Condrieu et Côte Rôtie. Cet été, avec la sécheresse, on était catastrophé et on a espéré un rattrapage avec les pluies d’après le 15 août pour finalement être un peu déçus par les volumes, plutôt à 25-37 hl/ha et même moins sur des secteurs au nord qui ont pris la grêle fin juillet. Bien sûr ça manque un peu d’acidité sur les blancs mais on n’en a jamais beaucoup par ici. En revanche, les vins sont sur un bel équilibre, les alcools ne sont pas montés à plus de 14-15° et les rouges devraient être agréables assez vite ».

Corentin Pichon du Domaine Pichon & Fils (42)

« Nous sommes très satisfaits de la récolte, le millésime est très aromatique, avec de belles couleurs, un joli fruit, et beaucoup de matière. La Vallée du Rhône nord a bénéficié des pluies tombées au mois d’août, qui ont affiné les peaux des raisins épaissies par le soleil et amené du volume. Les fermentations se passent bien ; le millésime est facile à vinifier, des raisins très sains ayant été rentrés. Les équilibres sont très bons à Condrieu et les degrés raisonnables, autour de 13,5 – 14°C, pour des vins un peu plus frais, nos terroirs amenant déjà naturellement beaucoup de fraîcheur dans les vins. Enfin, les quantités sont normales, même s’il manque quelques hectolitres en Condrieu ».

Jacques Grange, co-président de l’appellation Crozes-Hermitage

« Les vendanges se sont terminées mi-septembre. Le millésime est de très belle qualité avec un joli fruit et beaucoup de couleur. Nous n’avons pas été beaucoup touchés par le gel, plus par la sécheresse qui a surtout impacté les rendements divisés par deux sur certaines parcelles où le poids des grappes était moindre. La vendange est donc très hétérogène avec un faible rendement en jus. On aura peu d’acidité mais des tanins soyeux. Les arrêts de sève cet été ont aussi permis aux alcools de ne pas s’envoler. Finalement en Côte Rôtie comme en Condrieu, nous aurons sans doute des vins gourmands à découvrir rapidement »

Nicolas Ravel, responsable Vignobles de la cave de Tain (26)

« La qualité est très prometteuse avec une bonne surprise en termes de volumes après la sécheresse et le stress hydrique, grâce aux pluies de mi- août qui ont un peu regonflé les baies et relancé le sucre. Mais il a fallu être patient pour la maturité des peaux et des pépins. Nous avons donc beaucoup accompagné les viticulteurs et relancé des formations de dégustation des baies afin qu’ils portent une attention particulière à l’acidité et la fraîcheur sur les blancs vendangés tôt, à la montée de l’alcool sur les rouges récoltés plus tard. D’où des vendanges étalées. Cette année très atypique a changé tous les modèles et il fallait s’adapter à son parcellaire. Quelques parcelles ont souffert du gel, un peu de la grêle avant les vendanges, d’un orage très localisé sur Cornas à la fin des vendanges mais on a eu de la chance, l’impact a été faible. Fin juillet, on s’attendait à une perte de récolte de 30- 40%; ce sera plutôt 10-15% voire moins »

Marc Romak du Domaine Melody (26)

« Après un été marqué par de grosses chaleurs et historiquement sec, nous pensions nous orienter vers un millésime solaire, des tanins marqués et des degrés alcooliques élevés. Mais bien au contraire, les pluies de mi-août ont permis d’accompagner l’ensemble du vignoble vers une maturité optimale pour une expression maximale du terroir. Le millésime 2022 se caractérise pour les rouges par des équilibres parfaits entre degrés alcooliques modérés, très belle finesse tannique et une palette aromatique autour des fruits rouges et noirs. Concernant les blancs, c’est un millésime avec une belle finesse aromatique, les fermentations sont en cours et laissent présager un très beau potentiel ».

Cet article 2022 en Rhône Nord, atypique et hétérogène est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire