3 questions à Nicolas Richarme, président de SUDVINBIO

La traditionnelle représentation du salon Millésime BIO a lieu en ce moment au Parc des Expositions de Montpellier. Au détour d’une allée, nous avons posé quelques questions à son Président Nicolas Richarme.

Comment démarre cette édition 2024 et quels sont les objectifs ? 
Quelques heures après l’ouverture du salon, la direction et moi étions déjà contents du succès de l’évènement. Plus de visites que l’an dernier au même stade, la première journée a donc bien fonctionné. En 2023, nous avions accueilli environ 10 000 visiteurs sur les trois jours de représentation. Cette année, nous espérons 10% de plus malgré le contexte de blocage des agriculteurs, que nous soutenons au passage. La courbe d’inscriptions en ligne était très bonne, sauf ces trois dernières journées, certaines personnes ont dû avoir peur des manifestations.

Quelles sont les nouveautés cette année ?
Pour cette 31ème édition, la grande nouveauté est l’accès aux conférences pour les personnes non inscrites au salon. La raison ? Énormément de travail pour nos équipes et leurs conférenciers pour les organiser, il serait dommage de ne pas en faire profiter le plus grand nombre. L’édition 2024 accueille également une cinquantaine d’exposants producteurs d’autres alcools, notamment la bière, le cidre, les spiritueux et les gins. Enfin, nous avons créé des espaces dédiés aux vins en vrac et aux vins biodynamiques, pratique qui fête ses 100 ans cette année.

Comment voyez-vous les prochaines éditions ?
Notre salon est spécifique, international et au sein d’une région, cela nous met à part. En revanche, nous pensons qu’il y a trop de “off”, on doit surveiller cela. Au fur et à mesure des années, le nombre de salons autour de Millésime Bio a augmenté de façon considérable, ils ont profité et profitent de notre notoriété et cela impacte aujourd’hui notre visitorat. Il faut bien comprendre que Millésime Bio n’est pas là pour faire de l’argent, tous les fonds générés sont reversés à dans la communication et la promotion de l’agriculture biologique. Nous ne sommes pas là pour interdire quoi que ce soit mais on peut quand même le dire “les off nous mettent un peu de bâtons dans les roues”.

Cet article 3 questions à Nicolas Richarme, président de SUDVINBIO est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire