A Bourgueil, des vins déjà prêts à boire

Sur la rive droite de la Loire, le vignoble de Bourgueil est connu pour ses vins rouges. Le cabernet franc y produit des vins qui savent vieillir, mais des cuvées récentes peuvent déjà séduire. Coup d’œil à quelques ambassadeurs à savourer sur leur fruit juvénile.

L’ AOC Bourgueil se distingue par la variété de ses vins rouges qui diffèrent par la signature du vigneron et la façon dont il travaille, mais tout autant par les sols sur lesquels ils sont produits. Deux principaux terroirs, le tuffeau et les graviers, font la singularité de l’appellation, même si on les retrouve en grande partie chez ses voisins de Saint-Nicolas-de-Bourgueil. 

Des rouges pleins de fruit 
Sur la terrasse de sable et graviers que la Loire a déposée sur sa rive nord, au pied de Bourgueil, les “vins de graviers”, sont légers, fruités, souples et s’apprécient dès leur jeunesse. Leur couleur n’est pas forcément très profonde mais ses reflets violacés sont gais et donnent envie de découvrir ce qui se cache dans le verre. Ils ont une attaque assez vive, une bouche fraîche et surtout très fruitée, avec des parfums de fleurs et de fruits rouges et noirs. Avec le réchauffement climatique, la maturité est désormais loin de faire défaut – ce qu’on pouvait encore parfois reprocher à la Touraine au tournant du siècle. Il est vital de ne pas les servir trop chaud, 16 à 18° en général, car ils réchaufferont bien assez vite dans les verres. 

Nos favoris sur sols de graviers 

Yannick et Benoit Amirault 2022 « cote 50 »
Une robe bien violacée, un nez séduisant avec une pointe mentholée qui ajoute à la fraîcheur des parfums de fruits et de fleurs. La cuvée cote 50 doit son nom à la hauteur de la terrasse au-dessus de la Loire où se situent les parcelles qui lui donnent naissance, Les Sables, La Coudraye, Les Pins et Les Perrières. Les vignes de 40 ans en moyenne apportent de la rondeur et de la plénitude à la bouche, qui charme par sa jolie texture. A carafer quelques heures avant de servir. Le vin est certifié AB, mais chaque terroir est jardiné suivant le cycle lunaire, cueilli à la main et élevé individuellement en foudre et en jarres de grès. Le domaine a été créé en 1936 par Eugène Amirault, l’arrière-grand-père de Benoit, actuellement à l’ouvrage avec son père. (13 €) 

Domaine des Ouches 2021 « 20 » Les Frères Gambier  
Une jolie couleur rubis à reflets violacés pour cette cuvée « 20 »  qui embaume la framboise et la violette. Elle est produite sur des sols de graviers, vendangée à la main avec un tri attentif. La cuvaison est relativement courte, onze jours, avec des remontages réguliers, suivie par un élevage également en cuves pendant environ six mois. Le tout est fait dans le respect du règlement HVE. Il en résulte un vin frais et charmant, avec une finale nette et fruitée. Il est prêt à boire et se gardera trois à quatre ans si on la patience. Une bonne idée de l’ouvrir d’avance pour qu’il s’épanouisse. La famille Gambier fait du vin à Ingrandes-de-Touraine depuis 1743 ! (9,50 €) 

Denis et Thomas Gambier ©ODG Bourgueil

Catherine et Pierre Breton 2022 « Trinch »
Catherine et Pierre Breton sont les pionniers du bio, de la vinification naturelle et de la biodynamie dans leur vignoble de Bourgueil, Chinon et Vouvray depuis 1990. ! Leur cuvée « Trinch » donne envie de savourer et de partager, puisqu’elle fait référence au maitre tourangeaux François Rabelais qui dans son Cinquième Livre des aventures de Pantagruel (posthume, publié en 1564) fait sortir ce mot synonyme de « Buvez » de la Dive bouteille. Comme tous les 2022, ce vin aux reflets violacés a besoin de quelques heures d’aération pour faire parler son fruit. Vendange égrappée, macération de 18 jours à basse température en levures indigènes, élevage en cuvée béton et mise en bouteille au printemps avec moins de 0,2 mg de soufre : le tout sur des vignes d’une trentaine d’années donne un vin équilibré, dense mais frais. (14 €).

En attendant le tuffeau
Sur le coteau argilo-calcaire, ancien-lit que la Loire a creusé dans le “tuffeau”, les vins sont plus complexes et tanniques. Ils atteignent leur épanouissement après quelques années en cave et, dans les meilleures années, on dit qu’ils peuvent vieillir plus d’un siècle. En tout cas les 1964 et les 1989 ont fait leurs preuves avec leur texture veloutée, leurs parfums de chocolat, de cerise noire, de prune, de bois ciré, de fumé ou même d’épices. En attendant, vive les graviers et leurs vin de fruit. Trinch ! 

©I. bachelard

Cet article A Bourgueil, des vins déjà prêts à boire est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire