Ackerman puise dans ses racines pour une identité plus forte

La Maison Ackerman a profité de Wine Paris pour dévoiler la nouvelle identité visuelle qui accompagne la refonte et la simplification de sa gamme. Le nouvel habillage sera disponible à partir d’avril 2024. 

Le leader national des fines bulles de Loire en grande distribution (90 % de la production vendus en GD, les 10 % restants sur le site œnotouristique de la maison) renoue avec ses racines et puise dans son histoire pour proposer une gamme resserrée, évocatrice de l’art de vivre ligérien. 

La médaille de 1855 à l’honneur
Fondée en 1811, la maison Ackerman s’inspire de l’histoire des figures qui l’ont fait prospérer depuis deux-cents ans. Au début du XIXe siècle, Jean-Baptiste Ackerman s’initie à la méthode traditionnelle. Et, en 1855, à l’occasion de l’Exposition universelle qui se tient à Paris, à l’instar des vins bordelais qui obtiennent leur fameux classement, la qualité des vins de la maison est consacrée par une médaille d’or. Le témoignage de cette récompense est conservé dans les archives de la maison avec la « reconnaissance Ackerman », certificat intégré à l’en-tête des courriers dans les années 1880. 

©Ackerman

En 1900, 80 % de la production de la cuvée iconique Royal sont exportés. À partir de 1956, avec l’avènement de la grande distribution, la commercialisation des crémants de la maison connaît une inflexion. Pour accompagner ce nouveau développement, la Maison Ackerman dépose son modèle d’étiquette portée par un ruban rouge et fait apparaître la médaille sur la bouteille. Elle devient alors la maison de Loire la plus consommée en France et développe son image grâce à la publicité et à la promotion d’évènements festifs. 

Aujourd’hui, la maison ligérienne s’appuie sur cet héritage pour actualiser son identité. La marque conserve son ruban rouge tout en épurant son étiquette évocatrice de la médaille obtenue en 1855. Cette modernisation accompagne la simplification de la gamme, permettant aux consommateurs de mieux comprendre l’offre. 

Les gammes « Bulle Royale » et « Royal »
La clarification de l’offre s’articule autour de deux gammes composées de vins des deux appellations : Crémant de Loire et Saumur. 

D’abord « Bulle Royale » qui rassemble deux cuvées accessibles : 6,90 € pour le saumur, 7,90€ pour le crémant de Loire, entre gourmandise et fraîcheur. Le chenin compose majoritairement les assemblages, complété par du chardonnay et entre 10 et 15 % de cabernet franc qui apporte de la structure aux vins. L’élevage de 15 mois permet de conserver une belle fraîcheur qui s’exprime par des arômes de fruits frais au nez et croquants en bouche. 

Quant à la gamme « Royal », elle présente des cuvées plus complexes, millésimées, qui bénéficient d’un élevage prolongé, jusqu’à 36 mois sur lattes. 

Royal Saumur millésime 2017 (12,60 €)
60 % de chenin pour la vivacité et 40 % de chardonnay apportent de la rondeur à l’assemblage de ce crémant. Élevé sur lattes au cœur des caves historiques de la maison, il acquiert une belle persistance et des arômes tertiaires de fruits secs et d’épices. Le nez gourmand s’exprime sur des notes d’abricot et de fleurs blanches. 

Royal Crémant de Loire millésime 2020 (14,60 €)
Pour ce millésimé c’est le chardonnay qui domine à hauteur de 60 %, complété par 30 % de chenin et 10 % de cabernet franc pour apporter de la structure. Après un élevage prolongé sur lattes, on retrouve le chardonnay au nez sur des notes de fruits jaunes. En bouche, on apprécie son équilibre entre rondeur et fraîcheur avec une finale sur des arômes de fruits mûrs.

www.ackerman.fr

Cet article Ackerman puise dans ses racines pour une identité plus forte est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire