Animation et valorisation: Nouveaux caps pour Bergerac & Duras - Routes des vins

Animation et valorisation: Nouveaux caps pour Bergerac & Duras

L’interprofession des vins de Bergerac-Duras (IVBD) vient de recruter un nouveau responsable marketing et communication, Bertrand Ballesta. Il nous livre ses premières pistes de réflexion pour les appellations de Bergerac et Duras.

Titulaire d’un DESS en droit, économie et gestion de la filière viti-vinicole à Bordeaux, ce passionné du vin, mais aussi amoureux de l’Italie a d’abord travaillé à Milan à l’Union des vins italiens pour suivre la législation européenne et collaboré à des publications spécialisées en analyses de marché avant de revenir dans son Lot d’origine où il intègre le marketing d’un groupe de distribution électrique pendant une vingtaine d’années. Bertrand Ballesta a été embauché en début d’année comme responsable marketing et communication de l’interprofession.

Comment arrive-t-on à Bergerac en venant du Lot via Milan?

Je suis passionné de vin et j’ai toujours été attiré par une mission de promotion d’un terroir, par le travail des interprofessions. Lorsque j’ai postulé pour Bergerac, je ne connaissais pas les vins d’ici et pour tout dire, en jetant un oeil sur les rayons en GD, j’avais quelques a-priori. L’offre est importante mais les prix souvent très bas. Mais lorsque l’on voit l’offre chez les cavistes, on constate que les vins sont d’une qualité étonnante sur les 10 appellations et peuvent se vendre plus cher. Je vais donc m’attacher à aider à la valorisation car Les Bergeracois ne croient pas suffisamment en leur produit; il faut que ça change.

Quelles sont vos missions prioritaires?

Avec le nouveau directeur, Pierre-Henri Cougnaud, nous avons voulu remettre tout le monde autour de la table en recréant des commissions « Communication et Economie » pour faire émerger des pistes de réflexion. Chaque commission comprend un membre de l’interprofession, des représentants des appellations et nous faisons intervenir des spécialistes extérieurs. Mon rôle est d’animer, de faire le lien entre l’interprofession et le terrain avec des allers-retours permanents, de faire remonter des infos de l’amont pour les mettre ensuite en musique, études et panels à l’appui. Ces outils existaient déjà avant mais il faut davantage en discuter et impliquer tout le monde pour fédérer.

Est-ce que tout le monde sait que les vins de Bergerac et Duras sont dans le Sud-Ouest ?

Non, pas assez. Nous voulons mettre davantage en avant notre territoire et notre patrimoine et affirmer clairement notre identité Sud-Ouest déjà avec un logo fort à diffuser dans toute la France qui reste notre marché prioritaire. Mais j’ai aussi pour mission d’aider au développement de l’international car nous exportons à peine 10%, une moyenne beaucoup plus faible que dans les autres régions. L’export est encore en réflexion mais nous pensons choisir un pays et même une zone dans ce pays à cibler à fond. Nous allons aussi nous servir de l’événementiel – le plan est encore en préparation, pour le faire savoir. Nous devrions renforcer les gros événements locaux pour être d’abord maître chez soi et capitaliser sur le Périgord comme on le fait déjà depuis quelques années. Il faut faire savoir que nous sommes d’abord de Dordogne et du Périgord. A Bergerac, les consommateurs et les restaurateurs jouent plutôt bien la carte locale mais à Périgueux, on boit surtout du Bordeaux. Il faut donc partir à la conquête des villes les plus proches, Périgueux, Angoulême et pourquoi pas Bordeaux.

Allez-vous continuer à jouer la carte maîtresse de l’Œnotourisme ?

Bien sûr que nous allons continuer à développer l’œnotourisme, notamment en réorganisant des « wine dating » dans le cloître des Récollets qui abrite le nouveau pôle œnotouristique du Quai Cyrano. L’idée est que les producteurs de toutes les appellations de Bergerac et Duras aillent encore plus à la rencontre des visiteurs pour parler de leurs vins et avec tous les produits locaux comme lors des soirées des jeudis d’été. Nous préparons également pour début juillet les 700 ans de La Vinée, une journée entièrement dédiée aux vins de Bergerac avec de nombreuses animations et intronisations.

Et puis, nous réunissons les vignerons des 10 AOP du vignoble Bergerac & Duras, le temps d’une grande dégustation, à Paris le 9 juin, à bord de la Péniche Louisiane Belle. À leurs côtés, 7 filières du Périgord viennent présenter leurs produits du terroir pour des accords gourmands : Canard / Foie Gras du Périgord, Agneau du Périgord, Noix du Périgord, Marrons du Périgord.

Cet article Animation et valorisation: Nouveaux caps pour Bergerac & Duras est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire