Antoine Gouffier, le baroudeur-viticulteur du domaine du Bouchot

Êtes-vous passé à côté de ce domaine ? Le domaine du Bouchot à Pouilly-Fumé a en effet été élu « découverte de l’année 2022 » par La Revue du vin de France. Loin de prendre la grosse tête à porter, depuis la remise des prix, Antoine Gouffier est resté le vigneron authentique qu’il est depuis 2018, année où il reprend le domaine de Rachel et Pascal Kerbiquet à Saint-Andelain.

Un baroudeur à tête couronnée

Retour en arrière. Nous sommes à 10 petites minutes en voiture du domaine, c’est là, dans ce beau coin du Nivernais, qu’Antoine Gouffier a grandi. A 21 ans, il décide de partir voyager aux quatre coins du monde. Pendant plusieurs années, ses pieds foulent la Californie, le Moyen-Orient, l’Argentine ou encore l’Afrique-du-Sud où il vinifie pour plusieurs domaines viticoles, travaille comme commercial ou dans la restauration. C’est également à l’étranger qu’il rencontre son épouse. Il rentre 12 ans plus tard, avec pour idée de reprendre un domaine viticole, et tombe un peu par hasard sur une annonce de Pascal Kerbiquet : 10 hectares de vignes conduites en bio (par l’un des précurseurs de la région – certification en 2009) et biodynamie, âgées de presque 70 ans, situées sur le flanc sud-ouest de la butte Saint-Andelain… Tentant non ? Ni une, ni deux, le marché est conclu. Notre vigneron-baroudeur est heureux de se lancer dans cette nouvelle aventure. Pas de diplômes ? « J’ai toujours été un blaireau à l’école » nous répond-t-il avec son franc parler. Ce dernier a étudié la vigne en BTS viti-oeno à l’école de viticulture de Beaune.

Une fois au domaine du Bouchot, la transition se passe à merveille puisque Pascal Kerbiquet travaille à ses côtés pendant une année, et reste présent après 2019 pour la conversion en biodynamie (certification Demeter depuis 2020). Pour dire vrai, il passe encore aujourd’hui au domaine (presque tous les jours !).

Aux petits soins des vignes et des vins

Les terroirs sur lesquels le vigneron forge ses vins sont des terres blanches, des sols d’argile et de calcaire bien riches en marnes kimmeridgiennes (typiques de Chablis). Aux vignes, le vigneron œuvre pour l’équilibre du vivant, et pour une culture saine, désormais certifiée bio et biodynamique. Vous constaterez que le petit astre lunaire sur les étiquettes trouve donc tout son sens. L’idée est de favoriser au maximum la vie des sols, à travers labours (deux ou trois par an) et enherbement. Nous sommes allés voir de nous-même lors de notre périple en février 2022 et le vigneron résume bien l’atmosphère : « ici, c’est un peu la petite maison dans la prairie, et c’est ce que je veux pour mes deux enfants : des arbres partout, des ruches, des chevaux, le rêve ! C’est un peu la campagne comme il y a 20 ans » dit-il, avec son grand sourire. Antoine Gouffier contrôle également les rendements pour tirer de la vigne des raisins bien concentrés. Les vendanges à belle maturité sont opérées à la main, et les raisins sont triés.

Une fois en cuverie, la vinification est opérée, la fermentation étant issue seulement de l’action des levures indigènes. L’usage du soufre est vraiment restreint depuis le millésime 2021 – des doses homéopathiques sont utilisées au moment de la mise en bouteille. Les jus ne risquent pas l’oxydation, car ils sont très peu en contact avec l’air. Au niveau de l’élevage, notre vigneron s’amuse avec nombre de contenants différents : fûts de différentes tailles (228, 350 ou 500 litres), œuf en béton, amphores, petits foudres, cuves neutres… Sa cave, que nous avons pu visiter, est un véritable laboratoire où Antoine Gouffier expérimente différents élevages.

Le résultat ? Des vins précis, au joli fruit, ciselés, à l’expression généreuse et énergique. Ce sont des nectars sincères, autant que le vigneron qui les forge.

Ce qu’en disent les guides

La Revue du vin de France : découverte de l’année 2022

« On est loin des caricatures de sauvignons légers et insipides. Bien au contraire, les belles maturités de raisins, les vinifications sans soufre avec les levures indigènes et des filtrations légères contribuent à l’expression franche et détendue. On retrouve une certaine liberté de ton du fruit dans chacune des cuvées précises et pleines de vitalité. À partir de 2020, les vins sont certifiés en biodynamie (Demeter). La première étoile est proche. »

« Les sauvignons 2018 sont mûrs, détendus, d’une grande gourmandise, s’affranchissant “de tout surplus œnologique”, offrant une liberté de ton et des “goûts dont nous avions presque oublié l’existence par ici”. C’était le premier millésime d’Antoine Gouffier, au domaine du Bouchot… »

Bettane+Desseauve : 2 étoiles sur 5

« Ce domaine situé à Saint-Andelain a été l’un des pionniers de la viticulture biologique dans l’appellation. »

Les vins du domaine du Bouchot en vente

Lire l’article de notre venue au domaine du Bouchot en février 2022

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire