Belle Epoque Cocoon : quand Perrier-Jouët protège sa chrysalide

A l’occasion de la sortie du millésime 2014 de sa cuvée Belle Epoque, Perrier-Jouët lance un nouveau coffret baptisé Belle-Epoque Cocoon. Une création éco-conçue dont l’esthétique reflète la délicatesse et la floralité de la cuvée. Retour sur ce champagne et ce coffret d’exception.

Le champagne est le vin « cadeau » par excellence. Et qui dit cadeau, dit souvent coffret ce qui pose aux maisons de champagne une vraie problématique en termes de développement durable. Depuis quelques années, elles sont nombreuses à s’être penchées sur une nouvelle approche. Soit en supprimant totalement cet écrin, au risque de décevoir une part de leur clientèle en retirant au produit un peu de sa magie et de son apparat. Soit en réfléchissant à de nouveaux formats plus écoresponsables. La Maison Perrier-Jouët avec le coffret Cocoon imaginé pour sa cuvée Belle Époque, semble avoir trouvé sa voie. Conçu comme une enveloppe qui enserre au plus près le flacon, il est fabriqué à partir de pulpe de papier et de sarments de vignes récupérés au moment de la taille, ce qui le rend à la fois recyclable et extrêmement léger (49 grammes soit une baisse de 96 % par rapport au coffret précédent). L’anémone dessinée par Emile Gallé, emblème de la maison, est bien présente, délicatement embossée. Prolongeant cette analogie, la coiffe dorée de la bouteille jaillit du col évasé du nouvel étui, qui prend ainsi la forme d’un vase où l’on aurait placé une grande fleur : la cuvée Belle Époque.

Car telle est bien l’expression de ce champagne d’une délicatesse rare. Là où certains recherchent en premier lieu le fruit ou la minéralité, Perrier-Jouët travaille d’abord les mille et une nuances de la floralité. 2014, le tout nouveau millésime sorti, nous offre ainsi un bouquet chatoyant, aussi intéressant que celui que présentait 2013 mais très différent. Ecoutons Séverine Frerson, cheffe de caves de la Maison : « Le millésime 2013 avec sa vendange d’octobre était une année froide où le chardonnay se déployait de manière très verticale et très pure, exactement dans le style traditionnel de la cuvée Belle Epoque. La fleur qui dominait était l’orchidée blanche, avec sa tige élancée et en même temps cette double expression de ses pétales, ceux de l’intérieur exprimant la droiture, la tension, tandis que les pétales extérieurs donnaient une dimension plus complexe et raffinée. En 2014, même si la vendange a eu lieu plus tôt, la fraîcheur est également manifeste. On conserve le côté iodé et minéral propre à la cuvée. Toutefois, la texture est un peu plus dense et les fleurs plus proches de la pivoine blanche, soyeuse, suave et capiteuse, reflet du caractère plus doux du millésime. » Si la proportion des cépages qui composent la cuvée ne varie pas (50% de chardonnay, 45% de pinot noir, 5 % de meunier), celle des crus en revanche est légèrement différente. « Sur le 2014 comme sur le 2013, on a pour les chardonnays une majorité de Cramant dont nous apprécions la structure et la charpente. Elles donnent une ossature au champagne. Par contre, en seconde position, c’est Le Mesnil qui arrive en tête en 2014 alors que l’on avait accordé cette place à Avize en 2013. Sur une année plus chaude comme 2014, on avait besoin de cette minéralité du Mesnil. Côté pinots noirs, nous nous approvisionnons sur les crus de la face Nord de la Montagne de Reims (Mailly, Verzy, Verzenay), et un peu à Ambonnay sur la face Sud. En 2013, la proportion d’Ambonnay était logiquement légèrement supérieure. »

On l’aura compris, ceux qui affirment qu’en supprimant les coffrets on recentre les consommateurs sur le vin, font peut-être fausse route. Le coffret peut au contraire participer à la lecture de la cuvée et guider l’amateur dans son expérience. « Je suis très attachée au travail de la texture de mes vins. Quand j’ai touché ce nouveau coffret, j’ai trouvé que l’on retrouvait à la fois le relief de ce champagne, sa densité et sa douceur. »

Le meilleur endroit pour découvrir ce nouvel opus est évidemment la table de la Maison Belle Epoque à Epernay (Belle Epoque Society), le restaurant gastronomique du champagne Perrier-Jouët tenu par le chef Sébastien Morellon. Son turbot à la crème ivoire accompagné de pousses d’épinard, renvoie à la fois au côté charnu du millésime 2014 et à sa finesse.

Prix recommandé de Belle Epoque Brut 2014 : 197€

Réservations de la table de la Maison Belle Epoque. Ouvert le vendredi et le samedi. Contact: 06 74 27 05 88

https://www.perrier-jouet.com/en-ww/belle-epoque-society

Cet article Belle Epoque Cocoon : quand Perrier-Jouët protège sa chrysalide est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire