Best Old Vintage Awards : l’identité des trois vainqueurs révélée !

En février dernier, au Royal Champagne, s’est tenue une rencontre de haute volée entre des experts internationaux de la bulle venus de neuf pays différents. L’enjeu ? La dégustation sous la présidence du journaliste australien Tyson Stelzer de 35 cuvées de la trilogie 1988, 1989, 1990. Après avoir sélectionné un top 20, le top 3 a été dévoilé hier soir au Georges V, lors d’un grand dîner de gala.

Les spéculations allaient bon train sur l’identité de ce top trois. Il a été révélé hier soir à l’occasion d’un grand dîner de gala au Georges V, réunissant pas moins de 220 convives dont l’ensemble des maisons et vignerons du top 20. Par ordre alphabétique, les vainqueurs sont : Charles Heidsieck La Collection Crayères 1989 (jéroboam), Billecart-Salmon Nicolas Fançois 1990, et Perrier-Jouët Belle Epoque 1988 (magnum).

©A. Viller


Le hasard ou la providence font bien les choses, puisque les trois millésimes de la fameuse trilogie 1988, 1989, 1990 qui avaient été proposés aux candidats sont ainsi représentés, mais aussi les trois grandes capitales de la Champagne que sont Reims, pour Charles Heidsieck, Epernay pour Perrier-Jouët, et Mareuil-sur-Aÿ (village attenant à Aÿ, troisième grande capitale !) pour Billecart-Salmon.

Les vainqueurs sont aussi tous trois des maisons historiques, fondées au XIXe siècle, et réputées depuis longtemps pour la capacité de leur champagne à tenir des très longues gardes. Ainsi, leurs cuvées spéciales sont toutes commercialisées après une dizaine d’années de vieillissement sur lie. On sait désormais de manière certaine qu’elles en ont au moins trois fois plus sous le capot !

Charles Heidsieck a été fondée en 1822, et est célèbre pour avoir été la première grande maison à s’être sérieusement intéressée au marché américain à la grande époque de la conquête de l’Ouest. Perrier-Jouët est une maison qui a assis sa réputation sur le travail très délicat de ses chardonnays dont l’expression florale est particulièrement appréciée au Japon, son premier marché. Elle a ainsi inspiré dans les années 1900 l’artiste Emile Gallé qui a orné d’une anémone les flacons de sa cuvée Belle Epoque. Enfin, Billecart-Salmon a été la première maison de Champagne dans les années 1950 à recourir aux vinifications à basse température qui donnent à ses champagnes une finesse toute particulière.

Si on en croit Tyson Stelzer, le journaliste australien qui a présidé le jury, le match fut épique. « Parmi les trois millésimes qui concouraient, nous étions nombreux à parier sur 1988. Ce millésime semblait devoir devancer facilement 1990 et 1989, deux années plus chaudes, et nous pensions tous que les magnums récemment dégorgés seraient en tête. Quand les résultats sont sortis après une longue journée de dégustation, la plus grosse surprise a été de constater qu’il n’y avait pas de tendance ! Notre top 10 comportait neuf vins de 1990, quatre de 1989, et sept de 1988, neuf en bouteilles, neuf en magnums, deux en jéroboam, les dates de dégorgement s’étendaient de 1994 à janvier 2024 ! »

Tom Hewson ajoute : « Je pense que le lien entre la Champagne et Terre de vins est particulièrement fort. L’approche particulière qui a consisté dans ce challenge à célébrer le potentiel de vieillissement plutôt que de mener cette dégustation comme une compétition avec un classement et des notes, a encouragé un grand nombre de maisons à nous confier des trésors. Je ne suis pas sûr qu’un tel échantillonnage ait déjà été réuni. Par ailleurs, la réunion d’un jury avec autant d’expériences différentes était unique, même si ce qui était le plus impressionnant, c’était que dans nos appréciations nous étions souvent très proches sur la plupart des vins. »

Le jury réunissait Alberto Lupetti (Italie), Essi Avellan (Finlande), Tyson Stelzer (Australie), Tom Hewson (UK), Yuri Shima (Japon), Peter Liem (US), Jeannie Cho Lee (Hong Kong), Andreas Larsson (Suède), David Morin, Sylvie Tonnaire et Yves Tesson (France). Toutes les cuvées du Top 20 seront vendues aux enchères d’ici la fin de l’année par la maison Hart Davis, leader aux Etats-Unis dans le domaine des vins rares, au profit de la Mission Unesco et de son projet de numérisation des caves et crayères de Champagne.

Photos ©Adrien Viller


Mais si vous voulez avoir le privilège de déguster les trois cuvées vainqueurs, vous pouvez aussi vous rendre à Champagne Tasting ce samedi au Palais Brongniart à Paris, où une Master classe sera consacrée à leur découverte : Les Best Old Vintage Awards : Ode au vieillissement de 17h45 à 18h30

Cet article Best Old Vintage Awards : l’identité des trois vainqueurs révélée ! est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire