Bien Boire en Beaujolais : les cuvées atypiques - Routes des vins

Bien Boire en Beaujolais : les cuvées atypiques

bien-boire-en-beaujolais

bien-boire-en-beaujolais

Il n’y a pas seulement du gamay, du chardonnay et de la carbo en Beaujolais. Il y a aussi des vignerons créatifs, audacieux, qui produisent des cuvées qui sortent des sentiers battus du cahier des charges. Tour d’horizon des cuvées atypiques découvertes à la BBB.

Au Château du Bluizard, à Saint-Etienne-la-Varenne, David Ratignier met en scène des cépages résistants et peu connus du grand public, dans des cuvées au nom révélateur : « Résiste », en blanc et en rouge. Pour le blanc, ce sont le voltis et le foréal qui se partagent la vedette, à hauteur de 70% pour le premier et 30 pour le second. Le voltis est un hybride interspécifique issu d’un croisement entre le Villaris et un descendant de Muscadinia rotundifolia, résistant au mildiou et à l’oïdium. David l’a choisi pour exprimer la minéralité dans sa cuvée, tandis que le floréal (même type d’hybride aux résistances similaires) conférera des arômes thiolés, et puisque ce sont des cépages résistants, il a pu supprimer tout intrant. Il en résulte une forte expression aromatique et un profil rond et doux. En rouge, c’est le vidoc qui est utilisé, pour une cuvée qui « plaît ou déplaît, elle ne laisse pas indifférent » : dotée d’une couleur sombre, très tanique, elle mérite clairement de se reposer un peu avant d’être dégustée. Idéale pour brouiller les pistes dans une dégustation à l’aveugle.

Au domaine Alonso, à Marchampt, l’assemblage est une joie : 140 cépages se trouvent dans la cuvée « Art Brut ». Le domaine cultive un conservatoire ampélographique duquel sont issus les raisins utilisés. Pour « Art Brut », 70% sont rouges et 30% blancs et vinifiés en semi-carbo. Une cuvée atypique, extraordinaire au sens propre, au profil de gros bonbon fruité. Un peu plus de sobriété pour la cuvée « Utopie », constituée de melon et de chardonnay, vinifiée et élevée en extérieur, sans soufre ajouté, le tout pour « conserver et générer le maximum d’énergie ». Aromatique, florale et expressive : l’alliance du melon et du chardonnay est convaincante.

Côté mariages heureux, l’union syrah et gamay est toujours aussi réussie chez Gilles Gelin, au domaine des Nugues, dans sa cuvée « Elle & Lui ». Equilibré, soyeux et frais, aromatique, dotée d’une matière aérienne et de jolis tanins en finale : ou comment Gilles conserve le meilleur de la syrah et du gamay pour en faire une cuvée à la personnalité unique et délicieuse.

Le Château de Vaux produit un rosé, élevé huit mois en fût. Il résulte de ce rosé de presse une cuvée propice aux accords mets & vins, très gourmand, à attendre quelques mois pour laisser le bois se détendre.

On termine ce tour des cuvées atypiques avec Maxime Troncy, installé depuis 2013 et qui produit, en plus de ses cuvées en Beaujolais Pierres Dorées, un gewürtzraminer. Macéré une semaine, encuvé en grappe entière et en levures indigènes, son gewürtz exprime pleinement le litchi et la rose, sur une structure atypique.

Cet article Bien Boire en Beaujolais : les cuvées atypiques est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire