Blancs en Vallée du Rhône : « Source de belles rencontres »

Inter Rhône pour la deuxième année consécutive a mis un coup de projecteur sur les vins blancs en trois profils. 

Les blancs représentent  désormais 12% de la production de la Vallée du Rhône, « toujours à la hausse et ils vont bientôt dépasser les rosés, assure Philippe Pellaton, président de l’interprofession. Nous avons, pour cet événement dédié aux professionnels, choisi de transgresser les appellations pour faire déguster les vins classés en trois profils : Vif et Frais, Fruité & Gourmand, Généreux & Complexes. » Un nouveau slogan ombrelle a également été utilisé pour l’occasion : « Source de belles rencontres ». Sur les 20 M € d’investissements d’Inter Rhône, 500 000 € sont consacrés chaque année aux blancs (pour un programme de quatre ans) afin d’organiser des opérations de promotion en France et à l’international, dans un premier temps pour les professionnels (cavistes, sommeliers, restaurateurs, acheteurs, journalistes). Des appellations comme Rasteau, Vinsobres, Côtes-du-Rhône Villages travaillent déjà sur les blancs. 

L’appellation Gigondas qui ne pouvait revendiquer que rouges et rosés (ces derniers étant plus qu’anecdotiques à moins de 1%) vient d’être étendue à la couleur. « Pour ce premier millésime 2023, 19 gigondas ont été déclarés en blanc, soit environ 420 hl, la plupart en assemblages de vieilles clairettes (à 70% minimum dans le cahier des charges) avec du grenache blanc, annonce le président de l’AOP, Franck Alexandre (Domaine les Teyssonières). Notre volonté était de faire de la clairette une véritable colonne vertébrale ». Pour Gigondas, les blancs devraient rapidement intéresser la cinquantaine d’opérateurs et les trois coopératives. Celle de Gigondas vient d’ailleurs de fusionner avec celle du Gravillas à Sablet, toutes deux dans le Vaucluse, pour rejoindre le giron de la CAPL, Coopérative Agricole Provence Languedoc présidée par Jacques Hilaire (également président de la cave de Roquemaure dans le Gard).

Des vins de découverte
A l’occasion de la dégustation à la Galerie au Roi à Paris, trois sommeliers de renom se sont prêtés à l’exercice du commentaire de trois cuvées de chaque catégorie, Marie Wodecki (Meilleure Jeune Sommelière de France 2023, L’Auberge de Montmin) pour les Vif & Frais, Florent Martin (MOF 2023 -The Peninsula Paris) pour les Fruités & Gourmands et Xavier Thuizat (Meilleur Sommelier de France et MOF 2022 – Hôtel de Crillon), pour les Généreux & Complexes. « En Vallée du Rhône, pour garder la fraîcheur, les blancs ont besoin de terroirs d’altitude et de sols d’argile- on oublie les galets roulés, estime Marie Wodecki. Et pour préserver l’organoleptique, mieux vaut une vinification en cuves thermorégulées ». Des blancs à associer tout particulièrement aux fromages. Florent Martin a rappelé l’influence de vignobles en coteaux et en terrasses, du fleuve et de la Méditerranée, mais aussi du mistral qui dessèche et concentre notamment en Rhône Sud. « Je recommande souvent un blanc du Rhône, notamment de Laudun, en deuxième choix après un bourgogne pour un profil équilibré et même en premier choix pour aller chercher des plats à la crème et aussi pour surprendre ». Xavier Thuizat a, quant à lui, insisté sur ce rôle de découverte que doit jouer le sommelier. « La clairette est sans doute le cépage de demain car elle est capable d’absorber un millésime très chaud comme 2022 ». Mais de rappeler « que l’on doit en même temps protéger le mythe vivant qu’est un condrieu qui peut avoir du panache même jeune et être un grand vin de garde et de gastronomie ».

Cet article Blancs en Vallée du Rhône : « Source de belles rencontres » est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire