Boire à tire-larigot, mettre de l’eau dans son vin … d’où viennent ces expressions ?

Boire à tire-larigot, verser un pot-de-vin, boire le calice jusqu’à la lie, mettre de l’eau dans son vin … d’où nous viennent ces expressions si connues ? Chez iDealwine, on aime les expressions liées au vin, on vous explique.

Tire-Larigot : expression familière pour boire beaucoup, sans arrêt, en grande quantité. On lui prête trois origines :

Religieuse, selon un texte du XIIIe siècle, l’archevêque de Rouen Odon Rigault fit don à la ville d’une cloche de grandeur démesurée, à laquelle la reconnaissance des habitants ou la vanité du donateur imposa le nom de Rigault. Les sonneurs assoiffés par l’effort buvaient à tire la rigaude.

Musicale, de la flûte, le larigot, sorte de fifre à bec rustique, dont le flûtiste tire des sons, sans paraître respirer. À l’auberge, pour prouver sa vaillance (ou sa bêtise …), il fallait se montrer capable de descendre une bouteille entière au goulot, sans reprendre son souffle, comme le joueur de larigot.

Militaire, de Clovis qui, après sa victoire sur Alaric Goth, aurait clamé : « Je bois à toi, Alaric Goth ! »

Plusieurs expressions se sont d’ailleurs inspirées de la musique : « Siffler pinte sur chopine », comme les sonneurs de trompe, de biniou, bombardes et autres flûtes qui avaient une solide réputation de soiffards, on disait « boire comme un sonneur ».

Verser un pot-de-vin : donner une somme d’argent en échange d’un avantage de manière illégale.

Les origines de cette expression remontent au Moyen-Âge. A l’époque, on versait une somme d’argent pour se payer à boire, ou bien plus simplement pour un pot rempli de vin. Cette expression a au fils du temps évolué pour prendre une signification plus péjorative.

Boire le calice jusqu’à la lie : endurer quelque chose de pénible, jusqu’au bout.

Apparue vers le XVIIème siècle, cette expression trouve son origine avec les cérémonies religieuses (messes) où le prêtre boit une petite quantité de vin dans un calice. La lie (dépôt) se trouve au fond de la bouteille. Lorsque cette dernière est servie jusqu’au bout, il peut donc y avoir de cette lie dans le calice. Le vin contenu dans le calice est pour l’église catholique le « sang du Christ ». Le prêtre se doit de boire le calice jusqu’au bout, pour ne pas en perdre une goutte – jusqu’à la lie donc.

Le calice peut également signifier la colère de Dieu. Y faire face s’apparente à une épreuve pénible, pouvant durer longtemps, jusqu’à la lie (jusqu’à son terme).

Mettre de l’eau dans son vin : se modérer dans ses propos, sa réaction, sa colère.

Dès 1640, cette locution est lexicalisée par Oudin. Plusieurs origines historiques existent.

A l’Antiquité, les philosophes mettaient de l’eau dans leur vin, afin de différer l’ivresse. Au moyen-âge, la pratique était également assez courante. Fleury de Belligen, professeur de français en Hollande, donne cette définition en 1636 : « modérer ses passions comme la chaleur excessive du vin est tempérée par le mélange de l’eau ».

Et vous ? Mettez-vous de l’eau dans votre vin ? On n’espère pas littéralement ? !

Tous nos vins en vente sur iDealwine

Caviste en ligne

Enchères iDealwine

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire