[Bordeaux Tasting] Chiroulet : première fois pour les Gersois

Le Domaine Chiroulet, situé dans le Gers, participe pour la première fois à Bordeaux Tasting. Les visiteurs peuvent ainsi (re)découvrir les superbes côtes-de-Gascogne élaborés avec précision par Philippe Fezas : en blanc bien sûr, comme on peut l’attendre sur ces terroirs gersois, mais aussi en rouge, une signature très particulière du domaine.

1893. C’est l’année des premiers pas du domaine Chiroulet dans la production d’armagnac : à cette époque, l’exploitation couvre « cinq modestes hectares voués à la polyculture et à l’élevage ». Après la Seconde Guerre mondiale, le domaine prend un nouvel essor grâce à Michel Fezas, qui consolide la production d’armagnac et amorce, dans les années 1970, les premières bouteilles de vin non distillé commercialisées par la propriété. Mais c’est à partir du milieu des années 1990 que Chiroulet (du gascon « chiroula », le « vent qui siffle » en provenance des Pyrénées) commence à se forger un nom auprès des amateurs de vin, grâce à Philippe Fezas, fils de Michel. Ingénieur agricole et diplômé d’œnologie, il apporte un nouveau regard technique à la propriété, et un nouvel éclairage sur les terroirs de « sa » Gascogne chérie, cette « petite Toscane » riche en sols argilo-calcaires.

Produire de grands rouges au « pays des blancs »
L’intuition de Philippe est de miser sur la production de rouges, dans cette région où les blancs sont en odeur de sainteté. Apportant sa science de la vinification et de l’élevage, il peaufine une gamme de haute qualité qui combine la spécificité des cépages gascons (ugni blanc, gros manseng, petit manseng, tannat) et des cépages d’autres horizons (sauvignon, chardonnay, merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc). Le vignoble, lui, s’étend jusqu’à 50 hectares, la production se répartissant entre 2/3 de blancs et 1/3 de rouges. Sans renier la production historique d’armagnac, ni celle de floc de Gascogne, Philippe Fezas a su imposer Chiroulet parmi les références des grands vins du Sud-Ouest et un porte-drapeau indispensable pour la production de rouges de haute volée parmi les Côtes-de-Gascogne. Cette réussite est manifeste en voyant le nombre de visiteurs de Bordeaux Tasting faire escale sur le stand du domaine, pour le plus grand plaisir du vigneron, qui salue « un public jeune, des amateurs curieux de faire des découvertes, de déguster de nouvelles choses ».

Pépites gasconnes
Et ces « nouvelles choses » sont indéniablement des pépites gasconnes, entre les blancs secs « Terres Blanches » 2022 (assemblage de gros manseng, sauvignon blanc et vieilles vignes d’ugni blanc), « Miocène » 2021 (un mariage de sauvignon blanc et gros manseng sur terroirs calcaires, superbe de minéralité ciselée) et « La Côte d’Heux » 2021 (un 100% gros manseng élevé en cuve bois, d’une belle densité gourmande irriguée par une tension savoureuse), les blancs doux « Soleil d’Automne » 2022 (le « best seller » de la maison selon Philippe Fezas, assemblage de petit et gros manseng récoltés en légère sur-maturité) et « Vent d’Hiver » 2020 (petit manseng passerillé à 80 g de sucre résiduel), et le rouge « Grande Réserve » 2019 (un assemblage, pour la première fois sur ce millésime, de merlot, tannat et cabernet sauvignon, élevé 18 mois dont 12 en fûts et 6 en cuves bois, véritable vin d’équilibre entre une droiture séveuse, des tannins vigoureux et une chair mordante). Bref, un petit aperçu de la gamme d’un domaine qui a su, en trente ans, s’imposer comme une référence – sa présence à Bordeaux Tasting s’imposait donc elle aussi, de facto.

D’autres Gersois à Bordeaux Tasting :
– Le Domaine Tariquet
, également présent pour la première fois, présente sa gamme d’armagnacs à l’espace spiritueux, situé au Musée des Douanes. Une gamme remarquable de profondeur, qui nous rappelle qu’au-delà du succès mondial de ses vins blancs, la famille Grassa cultive un savoir-faire majeur dans la distillation et l’élevage des eaux-de-vie gasconnes, dont elle est le premier détenteur de stocks parmi les propriétaires-récoltants (voir notre reportage « Retour de flamme » dans notre hors-série spiritueux, actuellement dans les kiosques).

©Agence Frenchie

– Les Vignobles Alain Brumont, fidèles de l’événement, grands ambassadeurs des appellations Madiran et Pacherenc du Vic-Bilh, qui présentent eux aussi leur remarquable gamme de vins. Antoine Veiry, beau-fils d’Alain Brumont, poursuit avec talent la belle aventure familiale (lire aussi notre portrait croisé « L’équilibre des forces » dans notre n°89 spécial développement durable)

Cet article [Bordeaux Tasting] Chiroulet : première fois pour les Gersois est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire