[Bordeaux Tasting] Des spiritueux qui rendent heureux

Le Musée des Douanes, face au Palais de la Bourse de Bordeaux, accueille l’espace dédié aux spiritueux dans le cadre de la douzième édition de Bordeaux Tasting, qui se tient ce week-end. L’occasion pour les visiteurs d’explorer toute la diversité de cet univers, entre cognac, armagnac, whisky, rhum, vodka…

Le dernier hors-série spiritueux de Terre de Vins, en kiosques depuis quelques jours, l’illustre à merveille : le savoir-faire français en matière de distillation et d’affinage des eaux-de-vie n’est plus à prouver, et il s’illustre aussi bien sur le terrain des alcools traditionnels de nos régions que dans des productions généralement associées à d’autres pays. Prenez le whisky, par exemple : produit celte par excellence, dont la paternité se partage entre l’Irlande et l’Écosse, il a su s’implanter avec succès sous d’autres latitudes, du continent américain au Japon, en passant par… la France ! Le whisky français célèbre en 2023 son quarantième anniversaire, ce qui lui a valu de faire la couverture de notre hors-série. C’est en Bretagne que les premières eaux-de-vie maltées 100% françaises sont nées il y a quatre décennies, mais depuis la production s’est considérablement élargie : illustration à Bordeaux Tasting ce week-end avec la maison familiale Moutard, en Champagne, qui a su faire de la distillation un savoir-faire complémentaire à celui de l’élaboration de vins effervescents ; outre une eau-de-vie de framboise et un très vieux marc de champagne, Alexandre Moutard fait déguster son whisky 5 ans d’âge, affiné en ex-fûts de ratafia (inclus dans la sélection « whisky français » de notre N°91, actuellement en kiosques).

Du « french whisky » à gogo
Si la famille Moutard est une fidèle de Bordeaux Tasting et des événements Terre de Vins, c’est en revanche la première fois que la maison Les Bienheureux participe à la manifestation. Née en 2013 de l’imagination de Jean Moueix et Alexandre Sirech, cette entreprise basée à Louchats en Gironde a su, en dix ans seulement, s’installer parmi les acteurs majeurs des spiritueux français, notamment grâce à sa gamme de whisky Bellevoye. C’est le blend à étiquette blanche, fini en ex-fûts de sauternes, qui est présenté ce week-end au Musée des Douanes, déclinant son bel équilibre entre vivacité et gourmandise. Le séduisant rhum Embargo (assemblage de rhum agricole et de rhum de mélasse de Martinique, Trinidad et du Guatemala) complète l’offre du week-end, ainsi que le rhum 100% guatémaltèque « El Pasador de Oro » Gran Reserva. À lire dans notre hors-série spiritueux : le portrait « L’art d’être bienheureux ».

Première fois à Bordeaux Tasting, également, pour la maison Benjamin Kuentz. « Éditeur de whisky français », c’est ainsi que se présente Benjamin Kuentz : après une expérience éclectique qui l’a mené des équipes commerciales de Bacardi-Martini aux panels marketing d’une joint-venture avec Nielsen, cet amoureux du goût, qui se serait vu chef, marin, parfumeur ou chef d’orchestre a l’idée en 2016  de se lancer dans une aventure qui réunira toutes ses vocations en une : devenir éditeur de whisky, en allant sourcer des eaux-de-vie dans huit distilleries françaises (de Rozelieures à Warenghem) pour en assurer lui-même l’assemblage et le vieillissement. On adore ses création « (D’un) Verre Printanier », whisky frais, fruité, floral, mais aussi les plus corsés « Fin de Partie » et « Spicy Nouba ». À lire dans notre hors-série spiritueux : le « portrait express » de Benjamin Kuentz.

Enfin Aymeric Roborel de Climens, autre embouteilleur français originaire de Gironde, s’est fait une spécialité des finitions en ex-fûts de vin. Celui qui a récemment installé ses fûts dans des caves de vieillissement naturelles à Saint-Émilion présente ses cuvées finies en barriques de sauvignon, de merlot, de sémillon et de sauternes. Une jolie découverte pour les visiteurs !

Armagnac et cognac sont dans un bateau
Côté armagnac, la maison Delord présente sa blanche armagnac très aboutie, son hors d’âge et son millésime 2003. Malheureusement pas sa dernière-née « Épopée », qui a ravi la rédaction lors de la sélection d’armagnacs (à retrouver dans notre hors-série spiritueux). À noter que Jérôme Delord, président de l’interprofession de l’Armagnac depuis octobre 2022, présentait hier aux acteurs de la filière le cap du BNIA pour les années à venir. En Armagnac toujours, c’est la première fois que le géant Tariquet participe à l’événement, et il est venu en force avec de nombreuses belles références : Folle Blanche 15 ans, Plant de Graisse 18 ans, Baco 20 ans, Pure Folle Blanche 25 ans, 15 ans brut de fût, « Le Légendaire »… et bien sûr la blanche 100% Folle Blanche ! Un régal pour les visiteurs qui ont pu savourer toute l’expertise de la famille Grassa en matière d’eaux-de-vie patiemment élaborées.

©Agence Frenchie

Les amateurs de cognac ne sont pas en reste : la maison François Voyer attire de nombreux curieux, qui se pressent sur le stand pour déguster le VSOP et le XO 1er Cru, notamment. Un succès encore plus flagrant sur le stand de la maison Delamain, qui présente son emblématique XO « Pale & Dry », toujours aussi extraordinaire de crémeux ciselé, ainsi que sa référence « Pléiade » parcellaire single cask, au superbe rancio racé. La maison aura en 2024 une double actualité, célébrant ses 200 ans et actant un changement de gouvernance avec le départ à la retraite du maître de chai Dominique Touteau, qui passe le flambeau à Charles Braadstad. Le passage par le Musée des Douanes ne saurait se terminer par une escale du côté des rhums au stand Trois Rivières, et une escale côté vodka sur le stand Guillotine.

©Agence Frenchie

Cet article [Bordeaux Tasting] Des spiritueux qui rendent heureux est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire