[Bordeaux Tasting] Master classes : de Bordeaux à Veuve Cliquot

Une nouvelle fois ce dimanche, Bordeaux Tasting emmenait les amateurs à la découverte d’un trio de prestigieux terroirs hexagonaux : Saint-Emilion, Pomerol et Veuve Cliquot. Prises d’ambiance.

Destination Saint-Émilion à travers six grands crus classés
« Nous sommes presque au complet, Saint-Émilion attire des amateurs, quelle bonne nouvelle »
se réjouissait en ouverture de la première master class dominicale Mathieu Doumenge, grand
reporter à Terre de Vins et animateur de ce moment privilégié aux côtés de François Despagne,
président de l’association des grands crus classés de Saint-Émilion et propriétaire du grand cru
classé château Grand Corbin Despagne. Au fil d’un voyage d’une heure, les amateurs ont pu
découvrir un beau panel de six grands crus classés rouges de Saint-Émilion sur leur millésime 2020,
« magnifique, né durant le confinement, combinant, aux dires de François Despagne, puissance et
beau potentiel de vieillissement.
 »  : le château Tour Baladoz, le château Yon-Figeac, le château de
Pressac, le château Fonroque, le château Faugères et le château Destieux.
Pour mémoire, sur la rive droite bordelaise, le vignoble de Saint-Émilion couvre une surface de
5400 hectares et produit uniquement des vins rouges nés de terroirs argileux, le cépage merlot en
tête d’affiche. Un peu plus de 700 producteurs veillent sur ces précieuses terres, parmi lesquels 71
grands crus classés et quatorze premiers grands crus classés, selon un classement révisable tous
les dix ans, dont le septième et dernier paru en 2022.

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie


À la rencontre des 2016 de Pomerol Séduction
Une heure, c’est malheureusement bien trop court lorsqu’il s’agit d’arpenter le terroir de Pomerol, un verre à la main, en présence des huit propriétés membres du collectif Pomerol Séduction :
Clos du Clocher (représenté par son directeur Mathieu Bonté)
Château Gazin (représenté par sa copropriétaire Élise de Bailliencourt)
Château Beauregard (représenté par son directeur général Vincent Priou)
Château La Pointe (représenté par Stéphanie Pueyo, assistante de direction)
Château Clinet (représenté par son propriétaire Ronan Laborde)
Château Vieux Maillet (représenté par son directeur général délégué Bruno Lacoste)
Château Mazeyres (représenté par sa chargée de communication Lisa Marois)
Château Rouget (représenté par Gwendoline Brimont, assistante commerciale)

Ce nom de Pomerol Séduction, il est d’ailleurs parfaitement adapté, comme ont pu le constater à la dégustation les participants à cette délicieuse master classe. Avec en fil conducteur le millésime 2016 – l’un des meilleurs de l’appellation, ont unanimement souligné les huit propriétés –, les dégustateurs ont eu droit à une visite complète de cette toute petite appellation bordelaise (seulement 813 hectares), royaume du merlot et des argiles bleues. En huit cuvées suaves et fruitées, ils ont pu approcher toute la complexité d’une appellation qui n’a peut-être pas de classement, mais qui maîtrise à merveille l’art de la séduction.

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie


Veuve Clicquot – La Grande Dame Rosé, la gloire du Pinot Noir
Gaëlle Goossens nous a présenté en avant-première la version rosée de La Grande Dame 2015. Une des spécificités de la Champagne est de pouvoir produire des vins rosés en assemblant des vins blancs avec des vins rouges. En nous proposant de comparer un vin rouge issu du Clos Colin destiné à l’assemblage de La Grande Dame rosé et un autre vin rouge issu de la même parcelle mais destiné à être dégusté tel quel comme Coteau Champenois, nous avons découvert qu’on ne vinifiait pas les rouges de la même façon lorsqu’on les destinait au rosé. L’objectif pour les rosés est surtout d’avoir le côté fruité du vin rouge, mais sans le côté tannique,  pour ne pas tomber dans une certaine amertume. Pour le Coteau champenois on poussera donc plus loin l’extraction en prolongeant la macération et on renforcera la structure en pratiquant un élevage sous bois… A noter que le rouge du Brut rosé non vintage est encore moins tannique que celui utilisé pour la Grande Dame. Pour cette dernière, il doit tenir dans le temps, « la grillotte sera un peu plus noire, on recherchera davantage quelque chose de vineux et des aromatiques de terroir, tout en restant dans la finesse. »

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie

©Agence Frenchie


Cet article [Bordeaux Tasting] Master classes : de Bordeaux à Veuve Cliquot est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire