[Bordelais] 2021, une année plus figue que raisin - Routes des vins

[Bordelais] 2021, une année plus figue que raisin

Au soir du 31 décembre 2020, parmi les bonnes résolutions et vœux pour la nouvelle année, le verre fièrement levé, chacun misait sur la sortie du COVID 19, sorte de lumière au bout du tunnel avec, en bonus, un millésime exceptionnel pour réchauffer les cœurs. Il en fut autrement.

Le marché des vins de Bordeaux a bien sorti la tête de l’eau avec la reprise des flux commerciaux mais la pandémie continue de planer au-dessus des têtes telle une épée de Damoclès. Pour autant, la Place du Port de la Lune, des instances aux propriétaires, s’est organisée pour maintenir coûte que coûte l’évènement des Primeurs du millésime 2020. « Il suscite de l’attention, et sans doute des attentes, confiait à Terre de Vins au mois de mars Ronan Laborde, l’enthousiaste président de l’Union des Grands crus. Cela nous tient à cœur de présenter ces vins savoureux jeunes, et offrant un grand potentiel de garde, à ceux qui sont là pour les commenter, les juger, les vendre. Alors que la pandémie est toujours présente, ce format nous permet de pérenniser nos actions de façon plus intimiste et encore plus professionnelle. »

Une nature capricieuse

Pendant ce temps, la vigne donnait des signes de précocité, conséquence d’un hiver doux et de belles journées printanières. Les vignerons de l’ensemble du bordelais retenaient alors leur souffle, craignant un épisode de gel tardif. C’est ainsi que le mois d’avril 2021 fut celui des hélicoptères bourdonnant dans la nuit et des bougies éclairant les parcelles donnant l’illusion de processions au flambeau. Sauve qui peut ! Pour enfoncer le clou, il s’en est suivi un été pluvieux sinon humide pour ne pas dire pourri, propice aux maladies. « On se souviendra de ce millésime éprouvant pour les nerfs », soulignait Anne Le Naour, directrice de Crédit Agricole Grands Crus (Château Grand Puy Ducasse, Château Meyney…). Un peu de baume est venu irriguer le cœur bordelais avec une toute fin d’arrière-saison radieuse offrant des conditions de vendanges idylliques. « Ce fut un millésime pour les patients, ceux qui ont attendu ont été récompensés par de belles maturités », reconnaît David Suire, le directeur du Château Laroque, Grand Cru Classé de Saint-Emilion.

10e édition de Bordeaux Tasting

L’évènement s’est déroulé les 11 et 12 décembre. Deux jours d’effervescence organisé par Terre de vins, où près de 6 000 visiteurs sont venus rencontrer plus de 200 exposants répartis dans les trois lieux du festival, dans l’Espace Saint-Rémi pour les champagnes, au Musée National des Douanes et sa Cour pour les Grands Invités, et bien sûr au Palais de la Bourse, entièrement consacré aux Grands Bordeaux. Au fil du temps, Bordeaux Tasting a su s’imposer et fait désormais partie des rendez-vous incontournables de fin d’année, pour les viticulteurs comme pour les visiteurs.

Le Monopoly bordelais

En attendant de juger plus précisément le millésime 2021, cette année fut aussi celle de transactions d’importance dans le vignoble bordelais. Pour le buzz, on retiendra notamment la reprise en mains du Château Beauséjour Duffau Lagarrosse par le groupe Clarins et Joséphine Duffau-Lagarrosse. Le déroulé de cette acquisition fut digne d’un polar avec des prix sans précédent, l’hectare avoisinant les 10 millions d’euros ! Rive gauche, c’est la famille Lorenzetti qui s’est offert un Grand Cru classé 1855 de Saint-Estèphe. Le président du Racing 92 Rugby est désormais propriétaire de Grand Cru Classé 1855 sur Margaux, avec le Château d’Issan (en copropriété avec Emmanuel Cruse), sur Pauillac avec le Château Pédesclaux et sur Saint-Estèphe avec le Château Lafon-Rochet. « Il entre dans le cercle très fermé des propriétaires de plus de 100 hectares en Grand Cru Classé 1855, ça commence à peser dans la balance », remarquait Emmanuel Cruse qui préside aux destinées des domaines. Dans la promesse de millésimes plus cléments pour les nerfs et libérés du COVID, l’année 2021 aura montré que les grands vignobles bordelais continuent de se démener et de séduire. À n’en pas douter que leurs fruits seront dégustés pour les fêtes avec pour seule arme un tir bouchon : Criii, criii, plop !

Cet article [Bordelais] 2021, une année plus figue que raisin est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire