Cantenac Brown, entre ciel et terre

Le 3ème Grand Cru Classé 1855 (Margaux), propriété de la famille Le Lous depuis fin 2019, dévoile ses nouvelles installations techniques. Bien qu’ayant servi à vinifier le millésime 2023, ce bâtiment largement composé de terre crue et de bois brut ne sera officiellement inauguré que lors de la Semaine des Primeurs.

Les choses sont allées vite. Mais lorsqu’on a de grandes ambitions et les moyens de les mettre en œeuvre, pourquoi attendre de voir le temps filer ? Fin 2019, la famille Le Lous (Urgo) rachetait le château Cantenac Brown, un 3ème Grand Cru Classé margalais très convoité et passé entre de nombreuses mains au fil de son histoire. Rapidement, Tristan Le Lous – qui conduit les développements familiaux dans le vignoble – s’appuyait sur la forte expérience du directeur José Sanfins (arrivé en 1989) et traçait, avec lui, le cap qui devait être celui de la propriété : continuer à progresser dans cette course à l’excellence qui est plus que jamais la quête des crus classés bordelais, dans un contexte de forte concurrence entre les grands vins du monde.

Cette progression s’est en premier lieu articulée autour du vignoble, étendu à 75 hectares. Mais dès l’arrivée de la famille Le Lous, s’est imposée la nécessité de se doter d’un nouvel outil technique, apte à gagner en précision dans l’approche parcellaire de la vinification, en confort de travail et en souci du détail, tout en s’inscrivant harmonieusement dans le patrimoine architectural et paysager existant (en particulier le château de style Tudor rappelant les origines écossaises de son lointain propriétaire, John Lewis Brown, mais aussi les façades des anciens bâtiment dans lesquels les installations ont été intégrées), le tout répondant à de hautes exigences environnementales.

Très rapidement, José Sanfins a identifié la priorité d’augmenter drastiquement la capacité de la cuverie, en réduisant les volumes des contenants : ainsi est-on passé de 33 à 70 cuves inox, d’une capacité allant de 50 à 120 hl (contre 190 hl au maximum, précédemment). Cette cuverie devait fonctionner intégralement par gravité afin de respecter au maximum l’intégrité du raisin et la circulation du vin, en ayant recours à un système de 4 cuves élévatrices de 90 hl chacune (utilisées pour les remontages, écoulages et assemblages). 19 foudres en bois, dédiés à la vinification du second vin « Brio de Cantenac Brown », s’ajoutent à la palette. Quant à l’élevage des vins, il s’installe désormais dans un chai spectaculaire pouvant accueillir jusqu’à 2500 barriques.

C’est là le grand tour de force de ces nouvelles installations. Hormis leur indéniable montée en gamme sur le plan technique, elles combinent une incontestable dimension esthétique et environnementale, imaginée par l’équipe du château en étroite collaboration avec l’architecte breton Philippe Madec, maintes fois primé, qui signe ici sa première réalisation pour le monde du vin. La terre crue et le bois brut constituent ainsi les matières premières principales de l’édifice. La terre crue compose une grande partie des murs grâce à la technique du pisé (compression), régulant naturellement l’hygrométrie de l’air ambiant. Ces murs d’un mètre d’épaisseur (55 cm de mur en pisé, 25 cm d’isolation en liège, espace vide 5 cm, ajout de briques de terre compressée 15 cm) possèdent également une inertie thermique exceptionnelle, permettant de maintenir le chai à température idéale au moyen de puits climatiques sans consommation d’énergie.

Si la charpente en bois du cuvier – inondé de lumière naturelle pour de meilleures conditions de travail – s’avère déjà spectaculaire, celle du chai d’élevage est encore plus impressionnante, se présentant comme une voute de cathédrale en bois massif, en chaînette, décomposée selon une suite de Fibonacci sur le nombre d’or, dans une pénombre aux lumières filtrées. Quelques structures métalliques, tout comme l’inox rutilant des cuves viennent contraster avec la nature douce et organique de la terre et du bois, que l’on retrouve jusque dans l’escalier menant à la grande salle de dégustation aux larges baies ouvertes sur le vignoble. L’ensemble est apaisé, efficient, élégant : résolument le genre d’outil qui sied à un Grand Cru Classé bien décidé à s’inviter parmi les stars incontournables du vignoble bordelais. Le premier millésime vinifié et élevé dans ces installations est 2023, que les dégustateurs s’apprêtent à découvrir en primeur. Fait-il honneur à l’écrin dans lequel il est né ? Verdict très prochainement, à lire bien sûr dans « Terre de Vins ».

Cet article Cantenac Brown, entre ciel et terre est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire