Champagne : de grandes victoires et de beaux projets !

Le président du Syndicat général des vignerons, Maxime Toubart, et le président de l’Union des Maisons de Champagne, David Chatillon, ont profité de leur venue à Wine Paris pour faire le point sur les marchés, présenter les grands chantiers de la filière en 2024 mais aussi les dernières grandes avancées de la défense de l’appellation.

Maxime Toubart, le président du Syndicat général des vignerons, a résumé en une phrase l’état d’esprit de la Champagne : « Nous gardons confiance en l’avenir, mais nous ne faisons pas seulement que rêver d’un monde où le champagne conserve sa place de leader, nous construisons ce monde ! La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés ».

En témoigne tout d’abord le travail effectué pour défendre l’appellation, avec chaque année de nouvelles avancées. En 2023, le Comité Champagne peut ainsi s’enorgueillir d’avoir remporté une belle victoire en Chine, où l’appellation Champagne était déjà reconnue, mais où elle a obtenu le statut de « nom notoire » ce qui offre une protection encore renforcée. « Peu de noms accèdent à ce titre, c’est d’ailleurs une première pour une appellation étrangère, il permet d’avoir une protection y compris en caractères chinois contre toute utilisation quels que soient les produits concernés » explique David Chatillon, le président de l’UMC. On notera aussi au Canada l’interdiction pour les vins effervescents autres que ceux de l’appellation Champagne d’utiliser désormais la mention « méthode champenoise » pour désigner la méthode traditionnelle (seconde fermentation en bouteille).

Ces combats juridiques s’accompagnent de tout un travail pédagogique. Tout d’abord à travers l’établissement de véritables ambassades du champagne dans le monde entier. En avril prochain, ce réseau international devrait être complété d’un nouveau Bureau du champagne qui s’installera à Stockholm. Un investissement justifié par l’essor extraordinaire des marchés scandinaves où les expéditions se sont accrues de 67 % en dix ans.

Un deuxième pan de ce travail de communication passe par la formation. Afin de renforcer la culture des prescripteurs du champagne (cavistes, sommeliers, journalistes…) le Comité Champagne qui avait déjà par le passé créé un MOOC a décidé de lancer un programme complet et certifiant baptisé « Champagne Education » en partenariat notamment avec l’Ecole du vin à Paris, la Napa Valley Wine Academy et la Deutsche Wein und Sommelierschule en Allemagne.

Un nouveau centre de recherche et un nouveau siège pour le Comité Champagne

Epernay était connu autrefois pour abriter des usines fabriquant des locomotives. C’est dans ces anciens bâtiments de style Eiffel, le long de la Marne, que devrait s’installer le nouveau siège social du Comité Champagne, ainsi que le nouveau centre de recherche de l’Association viticole champenoise, jusqu’ici dispersé en quatre sites différents. Montant du projet ? Entre 35 et 40 millions d’euros. Quant à l’ancien siège historique bâti en 1947, dans la mesure où il constitue un élément du patrimoine architectural champenois, il sera préservé et devrait conserver un usage en lien avec le champagne, même si rien n’a encore été décidé.

Le renouvellement des marchés

Bien que la Champagne ait vu ses expéditions reculer nettement en 2023 pour retrouver un niveau similaire à ce qu’elles étaient avant le Covid, la filière reste optimiste, notamment parce qu’elle a vu ces dernières années ses marchés se renouveler. Alors qu’il y a peu encore le brut sans année constituait 90 % des ventes, les catégories plus premiums prennent désormais davantage de place. A commencer par le rosé qui fin 2022 représentait plus de 10 % des ventes à l’export, répondant à une demande de champagne rosé qui s’est multipliée par cinq en vingt ans. Autre signe d’une évolution vers un usage plus gastronomique du champagne, l’essor très impressionnant des champagnes peu dosés extra bruts et non dosés, dont le volume commercialisé a été multiplié par 70 en 20 ans. On notera toutefois que sur 171,7 millions de bouteilles exportées en 2022, leur part restait restreinte : 6,4 millions de bouteilles à peine.

Outre ce renforcement des cuvées de niche qui traduit une diversification des occasions où le champagne est consommé, il semble que la filière puisse aussi diversifier davantage encore les pays dans lesquels elle exporte. Car si l’export est passé en dix ans de 45 à 60 % des expéditions de l’appellation, 80 % des ventes restent centrées sur huit pays seulement (France incluse). De nouvelles destinations suscitent ainsi de grands espoirs, comme le Canada où la consommation a doublé sur les dix dernières années pour atteindre 3,5 millions de bouteilles en 2022, l’Afrique du Sud, où elle a été multipliée par près de trois, pour atteindre 1,3 millions de bouteilles, ou, plus spectaculaire encore, la Corée du Sud où elle a été multipliée par 4,5 pour atteindre 2,3 millions de bouteilles en 2022.

Cet article Champagne : de grandes victoires et de beaux projets ! est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire