[Champagne] Les Frères Huré s’attaquent à la face Nord - Routes des vins

[Champagne] Les Frères Huré s’attaquent à la face Nord

2011_BEN_BECKER_hure_freres_0752_BD

2011_BEN_BECKER_hure_freres_0752_BD

Deuxième génération aux commandes de ce domaine familial créé dans les années 1970, François et son frère Pierre ont à cœur de célébrer un terroir très particulier du nord de la Montagne de Reims, autrefois utilisé uniquement pour les assemblages par les grandes maisons.

50 ans, le bel âge ? C’est ce qu’on est en droit de penser des champagnes Huré frères situés à Ludes, au nord de la Montagne de Reims. Des 60 ares initiaux des 3 frères fondateurs, le domaine compte aujourd’hui environ 10 hectares sur ce terroir si particulier où l’on retrouve une moitié d’argiles ainsi qu’une veine sableuse très importante. Les sols sont donc très friables et filtrants et s’avèrent particulièrement propices à la culture du meunier. Déterminé, François précise qu’ils ont « souhaité conserver une part importante de meunier qui présente une typologie ici qu’on ne retrouve pas ailleurs en Champagne. D’où sa part importante dans l’encépagement du domaine (40%), autant que le pinot noir, le reste étant représenté par du chardonnay ». Jusque dans les années 1990, les grandes maisons venaient s’approvisionner en meunier et en pinot noir de cette région qui apportaient une grande fraîcheur aux assemblages. Mais personne ne croyait au potentiel de ces terroirs vinifiés pour eux-mêmes. Le changement climatique a changé la donne. Le travail engagé à la vigne également. Il est lui aussi d’une grande précision pour permettre aux vignes d’exprimer tout leur potentiel. « Nous avons arrêté l’utilisation des herbicides depuis une dizaine d’années. Nous sommes par ailleurs très pragmatiques quand il s’agit du travail du sol. En fonction des particularités d’une parcelle (profondeur du sol, exposition, vent), nous allons soit avoir de l’enherbement, soit de petites bandes d’herbes non systématiques soit nous réalisons un labour intégral. Nous avons donc une multitude d’itinéraires culturaux pour respecter l’équilibre et la pérennité de chaque parcelle ». Et si les rendements sont en baisse de 15% à 20% par rapport à la génération précédente, les vins ont gagné en précision et expriment une identité forte.

Acidité noble, salinité et très beaux amers

Les frères Huré ont la volonté de remettre le mot vin au cœur de la perception du champagne, trop longtemps perçu uniquement comme un produit de célébration. Pour cela, tout part évidemment du végétal. « Depuis le milieu des années 1970, les clones ont fait leur apparition en Champagne », précise François. « Nous souhaitons donc agir pour conserver le patrimoine végétal représenté par les vignes antérieures à cette période. Nous avons donc commencé à réaliser des sélections massales de nos vieilles vignes de meunier pour les multiplier, et ce depuis plusieurs années. En revanche, nous n’en avons pas suffisamment s’agissant des pinots noirs. C’est pour cela que nous sommes partie prenante d’une association qui regroupe 25 domaines champenois qui œuvrent tous pour la conservation de ce génome viticole unique. Ensemble, nous travaillons à multiplier des plans anciens des 3 cépages principaux en provenance de toutes les régions champenoises afin de permettre à terme à tous de bénéficier de vignes de très grande expressivité ». Ce travail de titan portera véritablement ses fruits dans 7 à 8 années mais d’ores et déjà, tout le travail entrepris au domaine donne naissance à des vins d’une belle personnalité, « capable de vieillir sans problème une dizaine d’années notamment s’agissant des meunier », insiste François.

La cuvée Invitation (30€) est parfaitement à l’image du domaine, respectant dans son assemblage l’encépagement général ainsi que toute la diversité des parcelles. Un vin de plaisir évident, tout à la fois charnu en milieu de bouche et doté d’une belle vivacité de fin de bouche mêlée à des amers nobles. On est loin des vins acides qui pouvaient être produits dans cette partie septentrionale de la Montagne il y a encore une vingtaine d’années.

Le rosé « Insouciance » (37€) n’est pas en reste avec un profil d’une très grande élégance. Les fruits noirs (cerise, framboise) sont plus suggérés que prépondérants, la robe très pâle s’avère révélatrice du profil du vin. Beaucoup d’élégance et d’allonge pour ce rosé d’assemblage dynamique dont les 4,5% de vin rouge (seulement) proviennent de vieilles vignes de pinot noirs de Ludes vinifiés en vendanges entières et passés 18 mois en fûts. Parfait sur un début de repas.

Enfin la cuvée « Instantanée » 2015 est un Blanc de Noirs (43€) qui honore le pinot noir (80%) et le meunier. Un vin vertical, énergique et frais qui ne fait pas son âge, où l’acidité fait corps avec le vin et les amers subliment une finale délicate. Une belle profondeur qu’on associera volontiers avec des poissons nobles (saint-Pierre par exemple) ou du veau grillé.

champagnes-hure

Cet article [Champagne] Les Frères Huré s’attaquent à la face Nord est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire