Château Laffitte-Carcasset vise l’Exceptionnel

Ce cru de Saint-Estèphe, racheté en 2016 par l’entrepreneur Pierre Rousseau, a bénéficié d’investissements considérables, sur le plan de l’outil technique comme sur le volet œnotouristique. Une reconnaissance en Cru Bourgeois Exceptionnel est clairement en ligne de mire pour l’édition 2025 du classement.

En 2025 paraîtra la nouvelle édition du classement des Crus Bourgeois du Médoc, un classement révisable tous les cinq ans qui a renoué, en 2020, avec l’ancienne hiérarchie divisée en trois niveaux dont le club des « Crus Bourgeois Exceptionnels » représente le haut du panier. Ils sont 14 à bénéficier actuellement de ce statut, auxquels s’ajoutent 56 « Crus Bourgeois Supérieurs » et 180 « Crus Bourgeois ». Et beaucoup fourbissent déjà leurs armes pour venir bousculer la hiérarchie en place et se frayer une place au sommet de la pyramide. Parmi les impétrants potentiels reviennent régulièrement certains noms, dont celui du château Laffitte-Carcasset. Cette propriété de Saint-Estèphe, actuellement Cru Bourgeois Supérieur, a en effet affiché ses grandes ambitions depuis son rachat en 2016 par l’entrepreneur Pierre Rousseau (président du groupe RAPIDO, l’un des leaders européens de la fabrication de véhicules de loisirs, camping-cars, mobil-homes et fourgons aménagés).

Laffitte-Carcasset c’est un vignoble de 35 hectares situé sur un très beau terroir stéphanois, directement voisin de quelques stars de l’appellation comme Meyney, Montrose ou Tronquoy. Son histoire remonte au moins à 1759 et s’est construite grâce aux sept familles qui se sont succédé à sa tête, la dernière en date – et actuelle – n’étant pas la moins ambitieuse. Pierre Rousseau, grand passionné de vin, ne s’en cache pas : il veut faire rayonner Laffitte-Carcasset et ses vins, et pour cela il n’a pas lésiné sur les investissements. Pour orchestrer cette montée en puissance, il a confié les clés du bolide à Pierre Maussire (en poste depuis 2007), qui a conduit, ces dernières années, une série de travaux spectaculaires : l’inauguration en 2020 d’un nouveau cuvier imaginé par l’architecte Olivier Chadebost (un outil technique de haute volée associant exigence technologique et élégance esthétique, associant 14 cuves inox et 14 cuves béton, ainsi que deux chais de vieillissement), puis en 2022 d’une offre d’hospitalité articulée autour de 5 chambres d’hôtes de luxe, sont venues s’ajouter à une extension du foncier réalisée en 2018 via le rachat du château Haut-Beauséjour (10 hectares, dont 5 sont été englobés dans Laffitte-Carcasset).

Les planètes sont désormais alignées pour que la propriété continue de progresser dans la qualité, la régularité et la précision des vins (toujours avec les conseils d’Hubert de Boüard qui officie en tant que consultant), tout comme dans son rayonnement auprès des amateurs grâce à son offre œnotouristique très soignée. Il va de soi que ces investissements et leurs conséquences attendues seront des arguments de poids dans le dossier de classement des Crus Bourgeois du Médoc. La partie dégustation se concentrera sur les millésimes 2017 (le premier de Pierre Rousseau à la tête du domaine), 2018 (intégration de 5 hectares de Haut-Beauséjour), 2019, 2020 et 2021 ; mais la quête d’une mention complémentaire (Cru Bourgeois Supérieur ou, en l’occurrence, Cru Bourgeois Exceptionnel) doit inclure des critères comme la « mise en valeur du site », la « qualité de l’accueil des visiteurs professionnels (du vin) et des particuliers », la « promotion individuelle et collective », le « mode de distribution » et la « valorisation national et internationale du cru ». Le nouveau Laffitte-Carcasset semble donc avoir mis toutes les chances de son côté pour franchir une nouvelle marche décisive. Réponse dans un an.

« Terre de Vins » aime :
Château Laffitte-Carcasset 2019
: un millésime qui nous a semble être marqué par une nette progression en termes d’éclat, de finesse tannique et d’équilibre d’ensemble. Avec ses 62% de cabernet-sauvignon, il déploie une belle palette de fruit frais, un profil élancé et une structure en dentelle, malgré l’architecture typique de Saint-Estèphe. Env. 22 €.
Château Laffitte-Carcasset 2020 : premier millésime dans le nouveau cuvier. 58% cabernet. Une concentration précise, tonique, une belle percussion de fruit, un abord juteux, épicé, puissant. Des tannins présents mais élégants, une ossature ferme, des notes d’orange sanguine en finale. Env. 21 €.
À suivre : une nouvelle cuvée 100% cabernet-sauvignon, issue des meilleures parcelles de graves sur argiles de la Terrasse 3 de Saint-Estèphe, simplement baptisée « T3 ». Un vin explosif de force contenue, sur un cassis opulent teinté de graphite et de notes fumées, musculeux, aux tannins irisés. On vous en reparlera…

Cet article Château Laffitte-Carcasset vise l’Exceptionnel est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire