Chine-Bourgogne : une entente très cordiale ?

La semaine dernière, la France recevait en visite d’Etat le président Chinois Xi Jimping où furent à l’honneur les vins de Bourgogne lors du dîner présidentiel au palais de l’Élysée. En marge de cette visite, l’administration chinoise en charge de la propriété intellectuelle publiait les décisions de protection des Appellations d’Origine Contrôlées Mâcon et Gevrey-Chambertin. Deux signaux d’une cordialité de bon augure entre la Bourgogne et la Chine.

Une grande Maison bourguignonne, la Maison Edouard Delaunay fut, en effet, conviées, lundi 6 mai, à la table des présidents et de leurs quelque 200 invités de marque. Un Corton-Charlemagne Grand cru 2020, gracieusement offert par la Maison pour l’occasion, a, en effet, été sélectionné par le chef François Desvignes pour s’accorder avec le menu concocté avec soin. La puissance aromatique alliée à la belle fraîcheur du millésime 2020, révélatrices de ce terroir à la typicité unique, se seront mariées à merveille à la chair de tourteau et au caviar Osciètre d’Aquitaine sous un voile de fleurs servis en entré. Le choix de ce vin prestigieux est chargé de sens puisqu’il est issu d’un des climats bourguignons les plus emblématiques et au rayonnement international avéré. Laurent Delaunay, propriétaire de la Maison et président du BIVB, inscrit de plus ce don dans une tradition teintée d’Histoire puisque les vins de cette dernière étaient régulièrement servis à la table présidentielle au siècle dernier. Nul doute qu’un accord parfait, accord mets-vin cela s’entend, ne peut que rendre plus chaleureuses les relations diplomatiques.

Un accord en appelle un autre
C’est l’impression qui ressort de ce voyage d’Etat. Pendant le même temps, en effet, la filière bourguignonne se réjouit de l’aboutissement d’un long travail débuté en 2023. Ce premier enregistrement à la CNIPA (China National Intellectual Property Administration) des appellations Mâcon et Gevrey-Chambertin « est une très bonne nouvelle pour nos appellations et les progrès en termes de reconnaissance de nos droits. Cela est le fruit d’une coopération exemplaire entre les acteurs de la filière bourguignonne (Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne, CAVB et Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne, BIVB) et les services de l’Etat (Institut National des Appellations d’Origine, Ministère de l’Agriculture, Ambassade de France en Chine) », se félicitent Thiébault Huber, président de la CAVB et Laurent Delaunay. Leur espérance et celle de toute la Bourgogne est que cela soit une première étape et que ces deux premières reconnaissances officielles soient rapidement suivies par l’enregistrement généralisé de l’ensemble des appellations bourguignonnes.
Longue vie, donc, aux échanges gastronomiques et diplomatiques entre Chine et Bourgogne ! Au service du rayonnement des vins fins et prestigieux, à l’instar du Corton-Charlemagne…

Cet article Chine-Bourgogne : une entente très cordiale ? est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire