Comme un parfum de gilets jaunes

Les Jeunes Agriculteurs de Charente et la FNSEA se mobilisent pour dénoncer des incohérences qui asphyxient leur profession. Nommée « #onmarchesurlatete », celle mobilisation nationale a choisi un mode d’action bien singulier. La Charente en est. 

C’est l’histoire de M6 et de W9, faut-il changer de chaine ou retourner la télé ? En Charente, depuis quelques jours, il faut marcher sur les mains pour lire le nom des communes sur les pancartes. Ces dernières ont été retournées pour signifier qu’on marchait sur la tête. La mobilisation nationale fait des émules dans tout le pays et les agriculteurs charentais ont pris le train en marche. Cette action de retourner les pancartes reste sympathique mais le fond du problème est sérieux. Les Jeunes Agriculteurs ont emboité le pas de la FNSEA en vue notamment de dénoncer l’accumulation de normes et de contraintes, de demander davantage de souveraineté alimentaire alors que les importations augmentent, ils dénoncent l’accumulation de restrictions sans solution derrière, la lenteur de la PLOAA (Pacte et Loi d’Orientation et d’Avenir Agricole), le non-respect d’EGAlim au sujet des interdictions des contenants alimentaires en plastique, ils dénoncent aussi les coûts de production qui ne sont pas répercutés, l’impossibilité de vivre dignement de leur métier, ils prônent aussi le bien-manger français ou encore la détresse du monde agricole. Bref, la révolte gronde à l’endroit d’un monde qui tourne à l’envers. La balle est désormais dans le camp de l’Etat pour remettre les pendules – et les pancartes – dans l’ordre. 

Cet article Comme un parfum de gilets jaunes est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire