Costières de Nîmes : Le syndicat voit l’avenir en rose

Malgré un marché tendu, le Syndicat des Costières de Nîmes garde le sourire à l’heure de faire un point sur l’année 2023. Le nouveau bureau veut s’appuyer sur la dynamique collective, la performance environnementale et la montée en gamme des vins via une hiérarchisation de l’appellation pour faire rayonner le vignoble. Compte-rendu.

Appart’City de Nîmes. A deux pas du célèbre amphithéâtre romain, la nouvelle équipe du Syndicat des Costières de Nîmes fait son entrée dans l’arène devant un parterre de journalistes. Cyril Marès, le nouveau président élu en mai dernier, a pour l’occasion revêtu son habit de lumière aux couleurs de la CrocoTeam. Un rose flashy qui donne le ton du positivisme. « Oui, le marché économique est compliqué et hyperconcurrentiel et ce n’est pas évident avec toutes les crises traversées mais on ne verse pas dans le catastrophisme, les Costières ont bien des atouts à mettre en avant et on tire déjà notre épingle du jeu », explique le vigneron du Mas des Bressades et du Mas Carlot. En freinant la production pour atteindre un palier d’environ 130 000 hl (dont 50% de rosé, 40 de rouge et 10 de blanc), les vignerons ont fait le choix de la qualité, quitte à perdre quelques marchés instables comme la Chine à la valorisation assez faible. « On est en pleine transition et on suit la tendance de fond du “boire moins mais mieux”, ajoute Aurélie Pujol, la directrice. Et puis, on a gagné en valeur avec environ 18% de plus qu’en 2021 et 3% de mieux qu’en 2022. »

Une future dénomination Costières de Nîmes Villages
Les marchés belges et canadiens, à plus forte valeur ajoutée, ont ouvert leurs portes et sont demandeurs de petits volumes qualitatifs. « On a un potentiel pour l’avenir avec un renouvellement de générations et une vision moderne de la viticulture », poursuit Jérôme Castillon, le vice-président. Avec 76% du vignoble engagé dans des pratiques environnementales, les Costières font figure d’exemple sur la planète vertueuse. « On compte bien continuer collectivement avec un projet agro-environnemental qui implique l’appellation dans une stratégie au long cours, prolonge Aurélie Pujol. Celle-ci intègre également la lutte contre l’artificialisation des sols, l’implantation de structures d’accueil de la faune auxiliaire (voir notre papier sur l’installation de nichoirs), la mise en place d’un réseau de parcelles sentinelles permettant de surveiller l’état hydrique du vignoble et l’expérimentation de cépages résistants (VIFA). » Le projet de création d’une dénomination Costières de Nîmes Villages, avec un cahier des charges aux clauses environnementales renforcées, est également dans les perspectives.

Franck Putelat aux manettes des Vignes Toquées
« La commission d’enquête de l’INAO est venue le 15 juin dernier et a été impressionnée par la qualité des vins et la motivation des vignerons », ajoute Cyril Marès dont le syndicat doit proposer un nouveau cahier des charges en mars 2024. Objectif temporel : 3 ans. « Un vœu pieu diront certains mais la base de travail sur l’identification des terroirs et des cépages a été entamée il y a 13 ans, on est donc plutôt optimiste », prolonge Jérôme Castillon, également vigneron au Château l’Ermite d’Auzan. Côté œnotourisme, l’appellation n’est pas en reste avec une pléiade d’événements locaux tout au long de l’année (La Bodega en mai, les JeudiDivin en août et les Costières Sonores dans le vignoble tout l’été). En 2024, les Vignes Toquées, point d’orgue “oenogastronomique” de l’appellation, auront lieu les 1er et 2 juin avec Franck Putelat, chef doublement étoilé, aux manettes. Et un nouvel espace baptisé le Pavillon des Costières de Nîmes verra le jour en mai sur l’esplanade Charles de Gaulle, entre les Arènes et la gare de Nîmes. Ce lieu convivial, où auront lieu afterwork, ateliers œnologiques et événements privés, permettra d’affirmer le statut de l’appellation, d’accroitre sa visibilité en local et de développer de nouvelles opérations de communication autour de ses vins. Un nouveau rendez-vous de choix pour les amoureux des Costières.

Plus d’informations sur www.costieresnimes.org

Cet article Costières de Nîmes : Le syndicat voit l’avenir en rose est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire