Côtes du Rhône : la fraîcheur, c’est dans la bouteille !

Déguster à la bonne température est la condition indispensable pour apprécier une cuvée à sa juste valeur. En 2024, les Côtes du Rhône se lancent à la conquête de la fraîcheur dans la dégustation, quitte à partir à l’ascension de certains préjugés, et ont décidé de souffler ce message depuis les sommets de la station de l’Alpe d’Huez (Isère), à l’occasion du festival international du film de comédie.

Un essoufflement de la consommation, une désaffection pour les vins rouges et surtout les vins tanniques, des pratiques de service qui ne rendent pas toujours justice au vin et n’aident pas à enrayer ces tendances : l’appellation décide de réagir en montant au créneau avec l’idée d’une consommation rafraîchie. Comme le souligne Denis Alary, vigneron à Cairanne au domaine du même nom (AB) et président de la section production à Inter Rhône, « le mot clé de la consommation, qu’elle soit nationale ou mondiale, c’est la fraîcheur. Et cela commence au domaine évidemment, avec des choix sur l’assemblage, un suivi de vinification rigoureux et quotidien, des dates de vendanges à bien choisir, au jour près, le choix de conserver une partie de la vendange en grappes entières, et, surtout, la capacité de réinitier tous ces paramètres chaque année pour coller au mieux au millésime ».

Une narration commune
Pour produire une cuvée comme pour produire un film, il faut du temps, élaborer un scénario, parer aux imprévus, bien choisir ses interprètes et l’ensemble de son casting, et maîtriser la technique, pour créer une émotion : le choix d’être partenaire du festival était donc naturel, et quel meilleur environnement que les sommets enneigés pour parler de fraîcheur. Le pitch de départ est simple : déguster un vin trop chaud serait comme voir un film d’action sur un tout petit écran ou un film comique tout seul un soir de déprime : du gâchis. Des mois, voire des années de travail ruinés pour une simple erreur finale.

Une règle simple pour un happy end : le 20-20
Pour éviter ce scénario catastrophe, les Côtes du Rhône préconisent la règle du 20-20 : pour les vins blancs, on les sort du réfrigérateur 20 minutes avant le service pour les porter entre 8 et 11 degrés, et pour les vins rouges, on les place au réfrigérateur 20 minutes avant le service, pour les mener à 15/16 degrés. Pour Florence Quiot, présidente de la section négoce et directrice générale des vignobles Quiot (avec notamment le Château du Trignon en AOC Côtes du Rhône, HVE), l’enjeu réside dans le fait de « conserver notre identité, avec par exemple des vins rouges aux tanins reconnaissables, mais de les travailler sur la finesse, l’élégance, tout en satisfaisant les tendances de consommation. La réutilisation de cépages historiques peut être un axe prometteur pour faire face au réchauffement climatique et contribuer à élaborer des vins sur la fraîcheur, parmi un ensemble de mesures portant sur l’ensemble de la production au domaine ».

Cet article Côtes du Rhône : la fraîcheur, c’est dans la bouteille ! est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire