Dans le Lot, le vignoble très discret de la reine Margrethe II

On savait la reine du Danemark Margrethe II peintre et scénographe, mais beaucoup ignorait son intérêt pour le vin. Pourtant, la souveraine qui va abdiquer ce dimanche 14 janvier au bénéfice de son fils Frederik X, possède un domaine viticole dans le Lot, sur la commune de Luzech. Le Château de Cayx a été acheté par la famille royale danoise en 1974.

Au départ, la demeure n’était accompagnée que de « quatre à cinq hectares de vignes », confie Olivier Lesénécal, administrateur du château et gérant de la boutique du vignoble. Petit à petit, sous l’impulsion du prince Henrik mari de la reine décédé en 2018, le domaine s’est agrandi. Il s’étend aujourd’hui sur 23 hectares. Il semblerait qu’à l’origine, ce soit donc le prince Henrik, Henri de Laborde de Monpezat, qui avait à cœur de développer le domaine. Le mari de la reine est, en effet, issu de cette terre de vignerons. « Son père le Comte André de Monpezat, a contribué à refonder la cave coopérative de Parnac dans le Lot après la Seconde Guerre mondiale. Sa famille possédait elle-même un domaine, pas très loin, à Albas », explique Olivier Lesénécal, qui ajoute que le frère du prince Henrik était également œnologue. 

Construction d’un chai en 1995
Pendant de longues années, la famille lotoise a eu la charge de gérer le vignoble du Château de Cayx. « Dans un premier temps, le raisin était vinifié à Parnac. Puis, en 1995, le prince et la reine ont fait construire un chai pour vinifier au domaine », précise encore Olivier Lesénécal, qui en plus d’administrer le Château, a été le secrétaire particulier du prince. Les deux souverains suivaient avec enthousiasme l’activité de la vigne. « En plus de venir l’été, en août, ils avaient l’habitude de venir aux vendanges. » Un goût pour la viticulture dont ils n’ont pas fait la promotion. « Cela s’explique, en partie, pour des questions éthiques. Une famille royale n’a pas vocation à faire du business. D’ailleurs, l’activité de la vigne n’a pas pour objectif de faire des bénéfices. Cela sert uniquement à entretenir le Château », insiste ce fidèle de la famille royale. 

Un œil sur les nouvelles étiquettes
En 2015, quelques années avant la mort du prince, la charge du domaine a été confiée à Vinovalie. Désormais, le groupe gère le travail à la vigne comme au chai. Il commercialise également une partie de la production et l’exporte, notamment au Danemark. La famille royale a conservé la gestion de la boutique du domaine qui continue à vendre du vin aux particuliers, sur place ou bien en ligne. Le Château de Cayx propose quatre cuvées rouge, élaborées avec du malbec, ainsi qu’un vin blanc (à partir de chardonnay) et un rosé. Malgré son âge – 83 ans – la reine continue à suivre avec attention les projets du vignoble, notamment lorsqu’il s’agit de définir des étiquettes. « Elle donne son avis sur les nouvelles illustrations des cuvées », rapporte Olivier Lesénécal. Le style de la reine est également visible sur les étiquettes des magnums, reproductions d’aquarelles de Margrethe II. 

En illustration du magnum daté du jubilé, une aquarelle de la reine Margrethe II ©Elisa Centis

Des changements vont-ils se produire après l’abdication ? « Tout continue ainsi, jusqu’à nouvel ordre », répond, sentencieux, Olivier Lesénécal. « Nous espèrons qu’elle aura le temps de venir plus souvent. »

Cet article Dans le Lot, le vignoble très discret de la reine Margrethe II est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire