Domaine de l’alliance : entre de l’homme et la nature

Domaine de l’Alliance, c’est d’abord une aventure humaine : un parcours improbable au gré des opportunités qui aura permis de faire parler toutes les qualités de Daniel Alibrand aux côtés de son épouse Valérie.

Lorsque Daniel Alibrand ouvre la porte de sa maison, on découvre un homme solide, le bonnet de marin rivé sur son crâne. La mer n’est jamais loin pour cet ancien marin pêcheur de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et des Sables-d’Olonne. De sa voix grave et profonde, il déroule son récit : « marin pêcheur, Je l’ai été dès 1989, j’avais 14 ans, et ça s’est  terminé en 1995 : j’ai connu la crise de la pêche« . Il change de voie et reprend les études, mais il précise tout de suite « en France on aime pas les autodidactes » : une manière de regretter qu’on ne peut faire un métier sans diplôme, lui l’autodidacte dont le parcours l’a enrichi d’expériences multiples qui ont fait sa valeur. « En 1996, je suis allé à Vouvray, dans les vignes et à la cave. Il fallait que je passe un Brevet de Technicien Agricole (BTA ) si je voulais continuer dans le métier. Etre chauffeur de tracteur toute ma vie, il n’en était pas question« . Il étudie au lycée viticole de La Tour Blanche dans le sauternais, et obtient, en 1998, son BTA, avec un stage à Vouvray qui lui permet d’avoir « une expérience dans le moelleux« . Et puis la même année, « un second stage en entre-deux-mers, à faire de la soupe : le début de la fin » lâche-t-il. « On faisait toute la gamme mais aucun vin n’était identitaire« .
Entre temps, en 1999, il repart pêcher à Arcachon, et puis, c’est l’accident. Son bras ne lui permettra plus de manier les filets. Il sera chauffeur routier international. 

La chance lui sourit en 2005. Valérie, l’épouse de Daniel, a un oncle qui souhaite se séparer de ses vignes sur le terroir de Fargues en appellation Sauternes. Ils rachètent ce bijou, à remanier toutefois. « On se sépare d’une parcelle mal placée, on en achète une autre« . Cela donne aujourd’hui un terroir modeste, de 7,5 ha, mais qualitatif et en bio. 

Une mosaïque bien exploitée
Daniel, dont les avis sont parfois jugés tranchés, cache une vraie intelligence : c’est qu’il est affuté l’homme ! Un homme qui est une éponge : il s’approprie des savoir-faire « en allant déguster chez les autres », observe, digère pour les appliquer ensuite au service de ses vins : toute une gamme étoffée et précise où chaque vin est une réponse adaptée à une parcelle ou à un mode de vinification.

Les vins
Les raisins sont trop botrytisés ? Qu’à cela ne tienne on fera un sec. Et quel sec ! Voici Déclinaison, (30 €) : « on ne le fait pas toutes les années. Il faut beaucoup trier« . Belle complexité aromatique : rhubarbe très nette , pointe de safran et beaux amers bien arrondis. Il y a aussi Les Clous (35 €) : un 100 % sémillon, sur la fleur blanche, fenouil, légers agrumes. Joli toucher de bouche et sapide. Sphérique et volumineux, de l’ampleur. Et puis Définition, (28 €) : la cuvée de base, « en covinificationOn évite la déliaison dans le vin. L’alchimie se fait mieux« . Expression douce de citron confit, touche de verveine mentholée, un peu gras, sapide et épicé. Un vin à la fois large et incisif. 

Autour de la table, on parle aussi cépage. La muscadelle tend à disparaître à Bordeaux ? Pas au domaine de l’Alliance où de vieilles muscadelles entrent dans la composition des vins : « elle a été greffée par mon grand-père » dit tout de suite Valérie. « Elle amène un brin de folie avec une fraicheur de dingue sur les liquoreux » ajoute Daniel. 

Le Sauternes justement : Daniel les adore. Il en fait deux. Esquisse : « ce n’est pas un deuxième vin »,  élevage court, 100 % sémillon. Mangue, ananas, floral sur le seringat. Très belle bouche « jus de fruit pur », jolie onctuosité. Et Sauternes : on y retrouve la muscadelle (10%). Fruit jaune et fruit blanc (pêche), mirabelle, poire. Epicé. Que des beaux vins. 

Et au fait : pourquoi le domaine de l’Alliance ? « C’est l’alliance de l’homme et de la nature » dit Daniel. Valérie est plus bavarde et décrit l’étiquette : « Les anneaux, c’est l’année de notre mariage 2005« . Après avoir tout partagé, elle est peut être aussi (surtout ?) là cette Alliance. 

Cet article Domaine de l’alliance : entre de l’homme et la nature est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire