Domaine Guy Breton : la superbe du Beaujolais

domaine guy breton morgon

Pensant pourtant ne pas reprendre les vignes de ses parents, ce sont des rencontres riches et profondes qui ont amené Guy Breton à produire ses vins dans le Beaujolais. L’histoire de son domaine est celle d’une génération de vignerons bio et nature qui portent cette région, ne cessant de croître et de s’affirmer. Et les vins du domaine sont une preuve parlante de l’extrême finesse que l’on peut y retrouver.

À la croisée des routes beaujolaises

C’est avant-tout bien entouré que Guy « P’tit Max » Breton se lance à la conquête de la région du Beaujolais en 1988, finalement déterminé à reprendre l’héritage familial.  Il est encouragé par Marcel Lapierre, emblématique vigneron voisin ayant repris et emmené son propre domaine, également légué par les générations successives de sa famille, à un niveau remarquable. Il est, par ailleurs, en contact direct avec Jules Chauvet, une figure légendaire de la viticulture beaujolaise, connu pour ses talents incontestables de dégustateur et pour un dangereux charisme dont il s’était fait la réputation. C’est donc sous l’impulsion de son contemporain que Guy Breton décide de s’installer à son tour dans la ville pittoresque de Villié-Morgon, et d’y cultiver les sept hectares conférés par sa famille, de superbes vieilles vignes situées sur l’appellation Morgon.

Seconde rencontre décisive dans la vie de P’tit Max, c’est celle de Jacques Néauport, une autre influence forte dans le paysage vinicole du Beaujolais. Fidèle disciple de « monsieur Chauvet » (en effet, l’histoire du Beaujolais ne s’écrit pas sans ce nom aux milles et unes évocations), c’est lui qui se fera le conseiller de nombreux domaines aussi bien dans la région que dans la France entière. Son livre, « le dilettante » est un ouvrage référence, et une preuve de la grande sagesse, dont il délivre encore quelques enseignements à d’éparses vignerons depuis sa terre de retraite ardéchoise.

vignes guy breton

Pureté beaujolaise

Résultat d’un tel choc d’influence ? Un travail extrêmement précis, minutieux et soigné dans les vignes de Guy Breton. Le vigneron se concentre particulièrement sur une expression très locale de son terroir. Cépage indissociable de sa région beaujolaise, c’est le gamay qui reçoit tous les honneurs dans les vinifications de P’tit Max. En bon amoureux de la nature et de ses richesses, laisser le fruit s’exprimer dans toute son authenticité est une mission que Guy s’est fixée en priorité.

Aussi les interventions sont rares, aussi bien au sein des vignes qu’au chai. Les baies, récoltées à parfaite maturité, sont triées rigoureusement afin de ne garder que les fruits de plus haute qualité. Et, de la même façon qu’aucun pesticide de synthèse ou herbicide n’est utilisé lors de la conception du vin, le souffre est banni (dans pratiquement tous les cas) du travail au chai.

 Les fermentations, quant à elle, s’accomplissent au travers des levures indigènes présentent naturellement sur les vignes. Enfin, la chaptalisation et la filtration sont écarté du processus.

En résulte des vins frais, extrêmement gourmand et fruités, qui traduisent avec grâce la typicité de l’environnement et du climat dans lequel ils sont façonnés. Authentiques, ils présentent un profil légèrement épicé complétés d’une minéralité prononcée, qui vient souligner la gourmandise des jus, par ailleurs reconnus pour leur intensité atypique et délicieuse.

Le domaine propose plusieurs cuvées, une majorité de rouge qui font la part belle au gamay, qui se démarquent et frappent la critique par un style affirmé, alliant grande fraîcheur et profondeur de fruit, avec un profil de vin infusé, léger et élégant. Ils s’établissent pour la plupart sur l’appellation de Morgon, livrant une expression franche et intense du terroir. Les vins dont les raisins proviennent de vieilles vignes, notamment sa cuvée éponyme « P’tit Max », sont étoffés d’une complexité supplémentaire. D’autres cuvées en blanc viennent parachever la gamme du domaine, livrant de belles interprétations des appellations Régnié et Chiroubles.

Gagnant en reconnaissance chaque année, les vins du domaine sont encore très abordables mais attirent de plus en plus de curieux chaque année… à surveiller donc.

vins guy breton

Domaine Guy Breton : ce qu’en disent les guides

Guide Vert de La Revue du vin de France – 2* sur 3

Les vins : le beaujolais-villages est une belle entrée en matière, friande et sapide, infusée. Le côte-de-brouilly se présente dans un style affirmé et austère, pour amateurs de vins virils. Le morgon est tout en dentelle, raffiné, avec une intense impression de cerises fraîches. P’tit Max profite des vieilles vignes pour donner plus de fond à l’ensemble, tout en restant fin et délicat. Le chiroubles se trouve marqué par une réduction forte qui pourra se fondre avec le temps. C’est une belle interprétation de régnié en 2022, mûr et élégant.

Voir les vins du domaine en vente

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire