Domaine Roc des Anges | Marjorie et Stéphane Gallet, lumières du Roussillon

Roc des Anges Roussillon

Marjorie et Stéphane Gallet se sont vite fait un nom dans le Roussillon. Serait-ce grâce à leurs sublimes terroirs de schistes, à leurs vieux pieds de carignan et de grenache ou à leurs vinifications justes et audacieuses ? Tout simplement à leur rigueur et à leur talent sans nul doute. Aussi, ne vous étonnez pas de trouver dans ces vins un éclat profond, une résonance subtile, peut-être même un petit supplément d’âme. 2023 est le dernier millésime de Marjorie et Stéphane qui cèdent la propriété. Ils travaillent conjointement avec le nouvel acquéreur en 2024 avant de tirer leur révérence en 2025. Zoom sur ce domaine exceptionnel que nous avions visité en juillet 2023.

Un domaine créé de toutes pièces en 2001 par Marjorie

Les choix à la vigne et au chai font sonner juste les différentes cuvées de blanc et de rouge que Marjorie élabore depuis 2001. A tout juste 23 ans, la jeune femme originaire de la Vienne (Condrieu et Côte-Rôtie) et habituée des grandes tablées familiales où le vin s’imposait, a sollicité quelques amis pour lui permettre de démarrer son projet : créer un domaine ex-nihilo et produire son vin. Quand elle est arrivée dans le Roussillon, elle a été frappée par cette « nature violente, à 200% » mais séduite par la diversité des terroirs.

Celui qu’elle a choisi, le Roc des Anges, est exposé plein nord, un critère très important dans cette région chaude. A l’origine de ce nom, une vigne de carignan plantée sur une veine de quartz. Un coteau au sol blanc, baptisé le « roc blanc », brille au milieu des schistes noirs. Ce sera l’éclat de la très talentueuse Marjorie, sur qui les anges se sont certainement penchés.

A l’époque, il y a 10 hectares. Marjorie est seule. Des rachats successifs de petites parcelles çà et là et des plantations agrandissent le domaine à 50 hectares aujourd’hui, bien que toutes les parcelles ne produisent pas. En effet, Marjorie nous dit que : « On a surplanté de 30% car on ne voulait pas dépendre des achats de raisin. On est trop exigeants. Par exemple, si en cave on a des problèmes de fermentation ou autre, il nous est possible d’écarter des lots. Nous n’avons pas de politique de volume avec cette flexibilité !»

Le domaine est composé de nombreuses petites parcelles disséminées sur l’ensemble de la propriété. « Cela demande un gros travail, mais c’est une vraie force aussi – quand il grêle ou gèle quelque part, cela ne touche pas tout notre vignoble. C’est aussi passionnant car on a différents sols, modes de conduites, cépages, génétiques, environnements et microclimats. Cela nous donne plus de cordes à notre arc, comme une palette de couleurs exceptionnelles pour réaliser une jolie peinture. Par ailleurs, la tradition méditerranéenne fait qu’il y a plein de cépages différents, cela nous donne plus d’agilité face aux différents millésimes : quand les carignan souffrent, les grenaches s’en sortent par exemple ! En revanche, l’exploitation est plus compliquée et cela engendre plus de coûts, c’est sûr ».

Rendez-vous au cœur de la Catalogne Nord

Le vignoble du Roc des Anges se trouve en Catalogne, adossé au versant nord de la montagne de Força Réal. Les schistes tendres – en structure de feuillets en plan vertical, assurant à la vigne une alimentation régulière en eau – soutiennent les plants de carignans noir et blanc, les grenaches gris, noir et blanc, le maccabeu, carignan, muscat et la syrah. Le vignoble âgé – certaines vignes ont plus de cent ans – donne peu (15-20 hl/ha) mais toujours avec cœur.

Avant de se lancer dans l’aventure, Marjorie Gallet avait travaillé chez Gérard Gauby où, loin d’apprendre une technique, elle a peaufiné sa façon d’appréhender le vin. Une réflexion qui s’est imposée avec l’arrivée de son mari Stéphane en 2008. Ensemble, ils ont tâtonné, et surtout avancé, animés par l’intime conviction que « l’essentiel est dans la nature, le lieu donne son énergie au vin, la lumière du Roussillon éclaire mais ne brûle pas. » La culture biologique (certifiée depuis 2010) et biodynamique (2013) s’imposait donc. « Quand on était en conventionnel, tous les cépages goûtaient pareil. En bio, on a vu des différences de cépages entre les parcelles, et en biodynamie encore plus. On a plus des vins de sols, que de cépages. »

Au Roc des Anges, on a choisi le labour de terres : « quand le printemps arrive, on ne laisse pas un brin d’herbe. C’est un peu à contre-courant de ce qu’on entend, mais ici il y a une grande contrainte hydrique. La vigne survit car il y a de la réserve en eau dans les schistes. Pour avoir fait le test, si on laisse 2 ans des rangs enherbés, la vigne meurt… ».

Simplicité, logique, écoute sont à l’œuvre dans chaque geste. En cave, la philosophie se veut peu interventionniste : « le moins on en fait, le mieux c’est », même si évidemment, il y a un suivi, un encadrement. Les vins rouges fermentent en cuve béton et les blancs en cuve fibre ou en fûts et foudres. In fine, la majorité du travail se fait à la vigne ! Les vins qui en ressortent sont à l’image de Marjorie, « mélange de force et d’élégance », confie-t-elle.

Avec le temps, le Roc des Anges est devenu une œuvre familiale. Originaire de Normandie, enfant de la nature qui a grandi sur son vélo, une canne à pêche à la main, affinant sa passion en aidant à la ferme voisine, Stéphane Gallet a rencontré sa future épouse à l’école d’agronomie de Montpellier. A cette époque, tous deux s’échappaient le week-end dans le Roussillon et découvraient ses vignes avec émerveillement. Plus tard, pendant que Marjorie développait le Roc des Anges, il faisait ses premières armes à Maury. Village pour lequel il a gardé une véritable attirance comme le prouve son acquisition de vignes destinées à la production du traditionnel vin doux naturel (domaine Terres de Gagayra).

Marjorie et Stéphane s’apprêtent donc à finir leur voyage avec ce domaine emblématique, puisqu’ils l’ont été récemment cédé. 2023 est leur dernier millésime, avant le 2024 qui est une transition avec le nouvel acquéreur, pour laisser la main en 2025. Nous leur souhaitons de belles nouvelles aventures et observons de près la destinée du « nouveau » Roc des Anges dans les prochaines années… Nous gardons un délicieux souvenir de ce dîner avec eux en juillet 2023 ! Pour tout vous dire, on se rappelle très bien du pan con tomate, salade de poivrons et des autres mets délicieux, le tout accompagné des vins du domaine et de discussions (sur le vin bien entendu !) passionnantes. Encore merci !

Ce qu’en disent les guides

Bettane & Desseauve 4*

Lumineux. C’est sûrement l’adjectif qui qualifie le mieux le Roc des Anges, tant pour le style des vins que pour la cuverie moderne et esthétique de Marjorie et Stéphane Gallet. Ils ont créé leur domaine de toute pièce, et aujourd’hui couvrent 45 hectares en production. Des vins d’une grande buvabilité, assez bas en alcool pour la région, où une viticulture soignée et une date de vendange intelligente évitent toute lourdeur dans les vins. La biodynamie explique une partie de cette originalité pour le Roussillon, le terroir très particulier de Montner aussi, des schistes très fins qui se comportent comme des sables. Ce domaine nous procure régulièrement parmi les plus belles émotions en vins secs de tout le département.

Guide Bettane & Desseauve 2024

La Revue du Vin de France 1*

Vignerons brillants et perfectionnistes, Marjorie et Stéphane Gallet […] ont su imposer un ton très personnel à leur production, issue d’une majorité de vieux grenaches et carignans. Le domaine est […] certifié en agriculture biologique et en biodynamie, et les vins ont acquis une finesse hors du commun.

Guide Vert 2018

Les vins du domaine Roc des Anges en vente sur iDealwine

Les rouges : Segna de Cor, Unic, Reliefs, Australe, 1903, Isabal

Les blancs : Chamane, Llum, Pi Vell, Iglesia Vella, L’Oca

Conseil de dégustation de Marjorie : « Les vins blancs peuvent être ouverts pendant assez longtemps – jusqu’à 10 jours sans problèmes ! On recommande d’ouvrir les vins à l’avance : quand on débouche une bouteille, on sent tout de suite le millésime et l’élevage, et dans un second temps viens le terroir et le vrai caractère du vin ».

Le rosé : Vignes métissées

Nos notes de dégustation au domaine

Llum 2022 : complantation de grenache gris, macabeu, grenache blanc, carignan gris, carignan blanc et malvoisie. Schistes sableux et argilo calcaires. Le 2022, millésime chaud, donne un vin fin, minéral, aux notes à la fois florales et de fruits jaunes. « Llum » signifie « lumière » en catalan, cela marque la volonté du domaine de faire des vins lumineux, et non solaires.

Chamane 2022 : destinés à être arrachés, les muscats à petits grain de cette parcelle d’argilo calcaire s’en sont finalement bien sorti, après une dégustation qui a séduit Marjorie et Stéphane ! C’est la vigne la plus précoce. Le vin présente une fraîcheur exceptionnelle avec un coté mentholé délicat.

Iglesia 2021 : sélection massale de grenache gris du domaine. Mis en bouteille en juillet 2022, ce vin exotique et très fin révèle une puissance minérale époustouflante. D’après les mots de Marjorie, « à l’aveugle, on est à mi-chemin entre un chenin de Loire et la Bourgogne » !

Sagna de Cor 2022 : vignes de moins de 40 ans (argilo calcaire et schistes) avec de nombreux cépages. Très fin, végétal noble, floral, rose, épices douces, eucalyptus.

Unic 2022 : pur grenache sur schistes. Fruits rouges, roses, fin, frais, long.

Australe 2022 : sélection massale de serine (cousine de la syrah), fruits noirs et épices. Beau potentiel de garde.

Relief 2022 : vieilles parcelles lledoner pelut, carignan et autres cépages. C’est un très grand vin, frais et plein de garigue.

Relief 2021 : nerveux, tonique, poivre blanc, eucalyptus

1903 2021 : « l’exemple du vin minéral » – floral, fin. Il fait saliver en attaque de bouche, très beau potentiel de garde.

Maury blanc 2022 : grenache gris, macabeu et un peu de grenache blanc. Marjorie décide de cueillir un peu plus tôt et de muter un peu plus (jusqu’à 10% autorisé). Notes de poivre blanc, gingembre…

Rivesaltes millésime 1986 : mirabelle et rancio, fraîcheur exceptionnelle

Rivesaltes millésime 1975 : sucres bien fondus, sensation « presque » d’un vin sec !

Rivesaltes millésime 1968 : bcp plus de sucrosité, robe vire vers le tuilé. Arômes de café notamment

Rivesaltes millésime 1960 : un peu de grenache noir vient souligner les quelques tannins. Notes de curry …

Lire également dans notre Journal iDealwine :

Visites dans les vignes du Roussillon : Le Soula, Olivier Pithon, Mas Amiel (1/2)

Visites dans les vignes du Roussillon : La Rectorie, Coume del Mas, Clos des Fées, Gardiés (2/2)

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire