Eben Sadie, un vigneron sud-africain atypique et vénéré - Routes des vins

Eben Sadie, un vigneron sud-africain atypique et vénéré

En seulement deux décennies, Eben Sadie s’est imposé comme une grande figure du vignoble Sud-Africain, faisant du Swartland une nouvelle région à suivre. Passionné de terroir, il est convaincu que le vin se fait avant tout dans la vigne, et continue d’explorer sa terre d’origine, mettant en valeur le patrimoine viticole sud-africain tout en cherchant de nouveaux moyens d’expressions par la culture de cépages issus du sud de l’Europe.

Diplômé dans les années 90, Eben Sadie travaille d’abord pour des domaines en Afrique du Sud, mais s’aperçoit rapidement que les vins du pays le touchent moins que ceux du « vieux monde ». De nombreux voyages en Europe, où il visite et travaille dans de grands vignobles allemands, autrichiens, italiens, espagnols et bourguignons, ainsi qu’un détour par l’Oregon, lui permettent de comprendre que ce qu’il manque aux vins locaux. A savoir, cette tradition, qui a permis, sur le vieux continent, d’identifier au cours des siècles les meilleurs terroirs et cépages ainsi que les techniques de vinifications les plus adaptées.

De retour en Afrique du Sud, il rejoint en 1998 le domaine Spice Route récemment crée dans le Swartland par Charles Back. Il y devient maître de chai, et commence en parallèle à vinifier son propre vin, issu de parcelles qu’il travaille lui-même. En 2000, le premier millésime de Columella, assemblage de syrah et de mourvèdre, produit à seulement 5 000 bouteilles est une révélation. En 2002, il lance sa deuxième cuvée iconique Palladius, assemblage de chenin blanc, de viognier, de chardonnay et de grenache blanc.

Un passionné de terroir, qui laisse les raisins s’exprimer.

Dans un pays où les vignerons sont des « winemakers », Eben Sadie se distingue par son approche « terroiriste », considérant que le vin se fait à la vigne, et que le rôle du vinificateur n’est pas de faire le vin mais plutôt d’accompagner les raisins dans l’expression la plus pure de leur terroir. Son choix de la région du Swartland, ayant les sols les plus « jeunes » d’Afrique du Sud, s’explique par la grande diversité de ses terroirs et la présence de nombreuses vieilles vignes, non irriguées, dans un pays où c’est pourtant la norme. Plantées en gobelet, à faible densité pour mieux mettre à profit la faible ressource en eau, les vignes sont enherbées et cultivées sans pesticides ni herbicides, avec une grande attention portée au détail. Les rendements sont très faibles, aux alentours de 22hl/ ha. Le domaine possède une dizaine d’hectares en propre, et travaille en partenariat sur une vingtaine d’autres, disséminés sur 300 km dans une cinquantaine de parcelles

Au chai, exit les techniques complexes et les intrants, the Sadie Family se concentre sur la qualité des baies, employant jusqu’à 25 personnes pour effectuer le tri à la main de chaque grappe. Dans ce climat méditerranéen le risque n’est pas le manque de maturité ou la pourriture, mais plutôt les raisins trop mûrs, rôtis par le soleil, apportant un caractère confituré au vin qui manquerait alors de fraîcheur. Pour les rouges, les vinifications se font en vendange entière, avec de longues macérations, un recours aux levures indigènes et de longs élevages en fûts avec très peu de bois neuf. Les blancs sont pressés directement et élevés longuement en foudres, en amphore ou en œuf ciment. Tous les vins sont embouteillés sans collage ni filtration, et avec très peu de soufre. Depuis 2020, la vinification est gérée par Paul Jordann, qui travaille depuis de longues années au domaine, tandis qu’Eben se concentre à la viticulture.

Des vins en constante évolution, à la vigne comme au chai

Saisissant de mieux en mieux les subtilités de son terroir et comprenant combien le climat change, Eben Sadie a adapté ses cuvées, qui ont évolué au cours du temps. Si, à ces débuts, Columella était un assemblage de syrah et de mourvèdre, élevé 24 mois en fûts à 60% neufs, aujourd’hui le cinsault, le carignan, le grenache et la tinta barroca ont rejoint les deux cépages initiaux, les extractions sont plus douces et le vin ne voit pratiquement plus de bois neuf. Palladius, lui, mêle aujourd’hui une dizaine de cépages issus de vingt parcelles, pour un ensemble encore plus complexe et d’une grande finesse.

C’est cette volonté d’évolution constante, et ce besoin de s’adapter au changement climatique particulièrement visible dans cette région du monde qui a poussé la famille Sadie à entreprendre récemment la plantation de nouveaux vignobles avec plus de 35 cépages du sud de l’Europe, choisis pour leur résistance à la sécheresse et leur adaptation à la chaleur. Pour Eben Sadie, si un vin manque d’acidité, le problème ne doit pas se régler par une technique au chai, mais plutôt en plantant un cépage plus acide, avec une orientation plus fraîche ou en adaptant les techniques culturales.

Des vins qui cherchent à mettre en valeur le passé, et le futur de l’Afrique du Sud

En plus de ses deux cuvées originelles, Columella et Palladius, Eben Sadie a proposé entre 2003 et 2014 une gamme plus accessible, sous le nom de Sequillo Cellars, proposant des vins du Swartland. Amoureux des vins européens, il a également tenté l’aventure dans le Priorat, créant, en partenariat avec Dominik Huber, Terroir Al Limit à partir de 2001, signant, à partir de vieux carignans et grenaches, des vins d’une grande finesse. Leur partenariat a pris fin en 2011.

Aujourd’hui, il se concentre sur la mise en valeur du Swartland avec, depuis 2009, la gamme Old Vines, huit sélections parcellaires de très vieilles vignes, figurant parmi les plus anciennes du pays. Ces cuvées très limitées offrent un aperçu du passé viticole de l’Afrique du Sud et sont aujourd’hui très recherchées. Dans les années qui viennent, les raisins issus des nouvelles plantations viendront eux écrire le futur des vins Sud-Africains.

Les dix cuvées du domaine rencontrent aujourd’hui un tel succès, qu’ils ne sont vendus que sur allocation le dernier lundi de juillet de chaque année, et s’arrachent en seulement quelques heures.

Voir les vins de The Sadie Family en vente sur iDealwine

Citrusdal Mountain Skufberg de The Sadie Family

La cuvée Citrusdal Mountain Skurfberg est un monocépage de chenin blanc sud-africain qui tire son origine du nord du pays, au sein de la montagne aride de Citrusdale. Celui-ci provient de parcelles composées de vieilles vignes âgées de 90 ans environ et qui ont puisé les nutriments nécessaires à leur épanouissement dans des sols de grès décomposés du Skufberg. Ces dernières sont cultivées avec soin, sans herbicides ni engrais chimiques. Chaque parcelle est vinifiée séparément et les jus sont transférés dans de vieux fûts pour la fermentation. Après douze mois d’élevage sur lies, les vins sont assemblés et retournent dans les fûts pour un élevage de six mois supplémentaire avant la mise en bouteille. La dégustation dévoile à l’amateur un vin qui équilibre joliment matière pleine et tension, énergie et complexité. Véritable vin de gastronomie, il accompagnera volontiers des poissons ou des volailles en sauce crémée par exemple. Il pourra se boire au cours des dix ans suivant son millésime.

Mev. Kirsten de The Sadie Family

Mev. Kirsten est un monocépage de chenin blanc signé par la Sadie Family classé en appellation WO Stellenbosch. Cette cuvée provient d’une parcelle de 0.7 hectare situé au pied du mon Bothmaskop à Jonkweahoek. Le chenin qui la compose est le fruit d’une culture raisonnée et peu interventionniste. Ses rendements atteignent les 28 hl par ha et les raisins ont été vendangés à la main. La vinification se caractérise par une fermentation enclenchée par les levures indigènes, une fermentation en amphores de 500 litres (pour les jeunes vignes) et une en foudres (pour les vignes plus âgées). Le vin a été élevé un an dans des amphores et dans des foudres et a été mis en bouteille sans collage ni filtration préalables. Taillé pour une garde d’une dizaine d’années, il présente des notes de fruits blancs et jaunes bien mûrs complétées de touches lactées et grillées propres à l’élevage. Nous vous recommandons de le marier à des mets de caractère comme des fromages crémeux, une volaille aux champignons ou du saumon poché.

Soldaat de The Sadie Family

La cuvée Soldaat (qui, issu du hollandais, signifie ‘ soldat’ en afrikaner) est un monocépage de grenache. Ce vin fin et élégant, doté d’une bonne concentration, se distingue par son caractère digeste et sa superbe allonge. Les vignes dont il provient ont été cultivées avec soin, selon des méthodes de culture raisonnées et ont puisé leurs lettres de noblesse dans des sols de granit décomposé. En cave, le travail est tout aussi soigné. Après des vendanges manuelles, la vinification s’effectue par la fermentation en cuves béton pendant environ un mois. Les baies sont pressées au pied quotidiennement avant la fermentation malolactique. Le vin est élevé en fûts de bois pendant environ un an. Taillé pour une garde d’une dizaine d’années environ, ce vin séduit par son fruit, sa générosité et son aspect quelque peu pulpeux. Un accord avec des mets généreux comme un parmentier de canard confit, un couscous royal ou du porc au caramel est bienvenu !

T’Voetpaad de The Sadie Family

T’Voetpaad qui signifie ‘ chemin ‘ en afrikaner, est un assemblage de sémillon blanc, de sémillon gris, de palomino et de muscat d’Alexandrie. Toutes ces variétés ont été cultivées avec soin, selon des méthodes de culture raisonnées et ont puisé leurs lettres de noblesse au sein d’un vignoble grand d’1,8 hectare situé au pied de la montagne et dont le sous-sol est irrigué par une rivière qui coule non loin. <br> En cave, le travail est tout aussi soigné. La vendange manuelle fermente grâce aux levures indigènes, les grappes macèrent entières et la fermentation s’effectue en cuve de bois. Enfin, le vin est élevé pendant un an dans des tonneau et est mis en bouteille sans collage ni filtration préalable. <br> Taillé pour une garde de plus de dix ans, le vin exprime au nez des arômes d’agrumes (pamplemousse), de fruits exotiques et des notes de pétales de rose. Quant à la bouche, elle se montre complexe et équilibrée.

Swartland Columella de The Sadie Family

Swartland Columella est l’une des cuvées prestige du domaine. Elle résulte de l’assemblage de différents cépages comme la syrah, le grenache, le mourvèdre, le carignan, le cinsault et la tinta barroca qui ont puisé leurs lettres de noblesse dans un terroir fait de sols de granit décomposé, de gravier et d’ardoise. Tous ont été cultivés avec soin, selon des méthodes de culture raisonnées. La vendange manuelle a précédé une vinification soignée qui se caractérise notamment par une fermentation en cuves en béton ouverte enclenchée par les levures indigènes. Puis, le vin a été élevé durant 12 mois en barriques de chêne français sur lies, puis 12 mois en grands fûts ovales. <br> A la dégustation, le vin livre de beaux arômes de fruits rouges, avec des notes de violette. En bouche la texture est véritablement soyeuse et révèle un très bel équilibre avec de la fraîcheur. Un vin très racé, au grand potentiel de garde.

Palladius de The Sadie Family

La cuvée Palladius de The Sadie Family est élaboré à partir d’une dizaine de cépages (chenin blanc, grenache blanc, clairette blanche, viognier, verdelho, marsanne, roussanne, sémillon gris, sémillon blanc, palomino) qui ont été cultivés avec soin, selon des méthodes de culture raisonnées. Ces variétés ont puisé leurs lettres de noblesse dans des sols composés de granit, de grès et de graviers. Vendangés à la main, les raisins ont ensuite été pressés avant la vinification qui se caractérise notamment par une fermentation des jus enclenchée par les levures indigènes dans des barriques. Le vin a ensuite été élevé sur ses lies pendant deux ans en barriques de chêne français de 600 litres. <br> A la dégustation, ce vin révèle une très grande complexité aromatique. Il délivre notamment des arômes d’agrumes, de fruits exotiques, d’amande et de pierre à fusil. La bouche offre une belle vivacité, un ensemble bien structuré et concentré.

Pofadder de The Sadie Family

La cuvée Pofadder est un monocépage de cinsault qui provient du vignoble éponyme qui, en afrikaner, signifie « serpent ». Cette variété a été cultivée avec soin, selon des méthodes de culture raisonnées, au sein de l’appellation WO Swartland, sur le versant ouest de la montagne Kasteelberg. Vendangée à la main, 80% de sa vendange entière a fermenté dans des petits contenants de bois, grâce aux levures indigènes. Les baies macèrent un mois avec les peaux et le vin est ensuite élevé un an en foudres usagés de près de 30 ans. Le vin est enfin mis en bouteille, sans collage ni filtration préalables. <BR> Taillé pour une garde d’une dizaine d’années environ, ce cinsault sud-africain séduit par sa joli robe rouge rubis de laquelle s’échappe un parfum fruité profond et qui dévoile des tanins bien affirmés. Nous vous recommandons un accord avec des courges farcies, des volailles rôties ou autre mets généreux comme un parmentier de canard.

Skerpionen de The Sadie Family

Skerpionen (dont le mot signifie « scorpion ») est un assemblage sud-africain de cépages blancs réalisé à partir de chenin blanc et de palomino (une variété andalouse connue pour engendrer le vin de Xérès). Agées de plus de 65 ans en moyenne, les vignes dont ils proviennent ont été cultivées avec soin, selon des méthodes de culture raisonnées et ont puisé les nutriments nécessaires à leur épanouissement dans des sols d’argile et de calcaire. Celles-ci bénéficient aussi de l’influence océanique dans la mesure où elles se situent à seulement deux kilomètres de l’Océan Atlantique. Arrivées en cave, les baies vendangées à la main sont pressées ensemble. Les levures indigènes enclenchent la fermentation alcoolique du moût qui se déroule dans des fûts usagés. Le vin est ensuite élevé dans des cuves ovoïdes en béton et est mis en bouteille sans collage ni filtration préalables. <br> La dégustation nous dévoile un vin plutôt minéral porté par une bel salinité. A cela s’ajoutent des touches de fruits bien mûrs, de fruits exotiques et de fruits secs comme l’amande.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire