Enchères Collection privée | La cave du restaurant étoilé La Grande Maison de Bernard Magrez - Routes des vins

Enchères Collection privée | La cave du restaurant étoilé La Grande Maison de Bernard Magrez

Vente encheres collection privee Bernard Magrez iDealwine

Le restaurant La Grande Maison, situé dans un splendide hôtel particulier de Bordeaux, avait obtenu deux étoiles aux guide Michelin avant de fermer ses portes durant l’été 2020. iDealwine a été choisi pour procéder à la mise aux enchères de la cave du restaurant constituée par les équipes de Joël Robuchon, auquel Pierre Gagnaire avait succédé. Une enseigne ouverte par les équipes de Bernard Magrez, surnommé « l’homme aux quarante châteaux ». 40 châteaux peut-être, mais aussi 40 heures d’activité par jour… au moins. Récit de notre rencontre avec cet infatigable entrepreneur, par un matin frais d’avril au Château Pape Clément.

L’homme aux quarante châteaux, récit d’un entretien

L’entretien se déroule dans le salon du Château Pape Clément, où sont voisinent plusieurs instruments de musique, une collection d’objets d’art sacré mêlant calices, crucifix et émaux, une lettre écrite par Napoléon de son exil à Sainte-Hélène, un flacon sous verre de château-pape-clément, une touche d’art contemporain… D’emblée, cet ensemble parfaitement ordonné en dit long sur la personnalité du maître des lieux : multiple, exigeante, d’une curiosité vorace, à l’affût des tendances du marché de demain. Car Bernard Magrez est avant tout un homme d’action. Cet entrepreneur suit avec précision et ardeur chacune de ses affaires – les chiffres quotidiens lui sont transmis chaque matin, à 6h00 – et tranche dans le vif quand cela s’avère nécessaire.

S’agissant du restaurant de la Grande Maison, son projet d’ouvrir à Bordeaux un restaurant de haute gastronomie s’est heurté à un constat sans appel. La clientèle d’un multi-étoilé existe, a priori. Mais dans sa région, c’est un autre type d’expérience qu’elle recherche. Pour l’amateur fortuné en visite au cœur du réacteur des grands vins de Bordeaux, le graal consiste à être reçu à la propriété, par le propriétaire bien sûr. Et si possible, en famille.

Bordeaux ne compte plus de restaurant 3 étoiles depuis 1934. Bernard Magrez en prend acte, et se tourne aujourd’hui vers l’avenir. Cette demeure luxueuse hébergera désormais des séminaires de haute volée, proposant aux participants des expériences variées associant dégustations, cours d’assemblage de leur propre cuvée, visites des espaces culturels, survols des propriétés en hélicoptère : l’imagination de son propriétaire ne connait pas de limites.

Une cave éclectique de Bordeaux et d’ailleurs

La cave de la Grande Maison, en vente sur iDealwine, n’est en rien figé dans le passé. Les goûts des amateurs ont largement évolué. En visite à Bordeaux, le client, au restaurant, n’hésite pas à s’offrir des flacons d’autres régions. D’ailleurs, Bernard Magrez nous confie que Bordeaux ne représentait que 30% des vins consommés à la table de la Grande Maison. De fait, les grands crus bordelais constituent un quart du catalogue de cette vente qui octroie également une place de choix à la Bourgogne (plus de 1400 flacons, soit 28% des vins). Cette collection privée fait également la part belle à la vallée du Rhône (13% des vins), sans oublier la vallée de la Loire (un peu plus de 400 flacons, soit 8% de l’ensemble), l’Alsace, le Languedoc, le Sud-Ouest et la Provence ou le Beaujolais, mais aussi les vins étrangers (200 flacons environ). De fines bulles de champagne viennent compléter cette sélection qui signe une cave constituée avec soin, éclectisme et souhait de proposer une exploration passionnante des grands vignobles français et étrangers. Un rêve d’amateur, en quelque sorte…

Zoom sur les régions

Laissez-vous inspirer avant de vous lancer à la conquête de belles enchères. A Bordeaux, vous retrouverez aussi bien des propriétés de l’entrepreneur (Châteaux Fombrauge et Pape Clément) que des grands crus des classements de 1855 ou de Saint-Emilion. Le fruit des vins de la rive droite vous séduit ? Optez pour les vins des châteaux Cheval Blanc, Ausone ou Angélus. Vous préférez la puissance et le potentiel de garde de ceux du Médoc ? Penchez du côté de ses icônes : Lafite-Rothschild, Mouton-Rothschild, Pontet-Canet, Cos d’Estournel. Les Graves ne manquent pas de prestige et vous séduiront avec la présence des châteaux Haut-Brion et Smith-Haut-Lafitte. Enfin, que vous cherchiez un vin pointu ou un nectar de méditation, vous avez là l’embarras du choix : Yquem, Sigalas-Rabaud, Doisy-Daëne, Closerie des Moussis, Clos du Jaugueyron et Clos Puy Arnaud.

Que serait la Bourgogne sans ses emblèmes ? La voilà donc fièrement représentée par les domaines de la Romanée-Conti, de l’Arlot, Coche-Dury, Méo-Camuzet, Bonneau du Martray, Dujac, Dugat-Py, Eugénie, Comtes Lafon, Jacques Prieur, Leflaive, Roulot, Dauvissat ou Liger-Bélair.

Autres régions magnifiques, les vallées du Rhône et de la Loire. Dans la première, tournez-vous vers les différents condrieu de Georges Vernay (Coteaux de Vernon, Les Chaillées de l’Enfer, Terrasses de l’Empire…), les châteauneuf-du-pape blanc 2015 et rouge 2014 de Beaucastel, les côte-rôtie de Clusel-Roch et de Jamet (1998 et 2012, Côte Brune 2004). Plus accessibles ? Les côtes-du-rhône de Charvin et du domaine du Coulet. Dans la Loire, c’est sans hésiter qu’il vous faut enchérir sur les chinons du domaine Charles Joguet, les pouilly-fumé Astéroïde et Buisson-Renard de Didier Dagueneau, les sancerres de François Cotat et Vincent Gaudry, les saumurs et saumur-brezé de Guiberteau ainsi que les délicieux vouvrays de Huet.

Les autres régions viticoles françaises sont aussi dignement représentées au sein de cette Collection Privée. La Champagne, d’abord, s’illustre avec le cristal 2008 de Roederer, différents millésimes et un somptueux P3 1971 de Dom Pérignon, quelques flacons de Drappier et de Selosse. Le Languedoc n’est pas en reste, vous l’imaginez bien. Grange des Pères, Petite Sibérie du Clos des Fées, Mas Jullien, Montcalmès, Coume del Mas, Peyrus, Clos Marie ne sont que des exemples. Il en est de même pour la Provence qui se dessine à travers les flacons de Hauvette, Tempier, Trévallon et Château Simone. Baladez-vous ailleurs, dans le Jura où vous attend Tissot, le Beaujolais pour les vins de Marcel Lapierre et de Jean Foillard, l’Alsace pour dénicher ceux de Trimbach, Weinbach, Deiss et Humbrecht ou, plus confidentiel, le Jurançon pour fondre sur le travail délicieux de Camin Larredya.

Les vins étrangers, eux, font la part belle à la Grande Botte avec les vins de la Tenuta San Guido (Sassicaia 2011), d’Angelo Gaja (barolos et barbarescos) et Castello di Ama, dans le Chianti. En Espagne vous découvrirez différents millésimes de Unico de la Vega Sicilia ainsi qu’un flor-de-pingus 2012. Et, en Allemagne, ce sont tout simplement Egon Müller, Joh. Jos. Prüm et Donnhöff qui vous attendent de pied ferme.

Nous vous souhaitons de belles enchères.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire