Enchères : splendeurs de 1937 à aujourd’hui - Routes des vins

Enchères : splendeurs de 1937 à aujourd’hui

Embarquez pour un long voyage dans le temps avec ces flacons qui vous sont proposés en vente aux enchères. Remontons ensemble jusqu’en 1937 avec un porto Souza Guedes et revenons jusqu’à notre ère, en passant par les plus grands millésimes que le XXème et le XXIème siècle ont pu porter.

Lequel de ces vieux flacons vous fascine ?

1937: porto Souza Guedes – C’est le vin le plus vieux de toute cette vente, un porto, l’un des breuvages les plus connus du monde… Originaire de la vallée du Douro il séduit aussi bien les amateurs en quête de grands vins de méditation que les collectionneurs de vins de garde.

1961: doisy-daëne – 1961 est l’un des plus grands millésimes de l’après-guerre et d’une rareté inconditionnelle : en effet, ce millésime a la particularité d’avoir produit une récolte minuscule mais d’une extraordinaire qualité. Craquez pour ce doisy-daëne : élégance et pureté sont les termes qui qualifient le mieux ce vin à la fois savoureux, racé, ample, fruité et doté d’une belle vivacité.

1982: lynch-bages (magnum) – En 1982, les conditions climatiques étaient à la perfection. Pourquoi hésiter donc, devant ce magnum de lynch-bages, l’un des pauillacs les plus renommés, à la fois puissant, structuré et séduisant. Avec le temps, il a en plus développé une incomparable complexité aromatique.

1990: grande année de Bollinger – Quel amateur de vin ignore que l’année 1990 fut très belle quasiment partout en France ? Pour la Champagne, elle s’est révélée très chaude et sèche avec des vendanges précoces. Ce vin est la signature même du style Bollinger, un assemblage issu majoritairement de grands crus pour une cuvée vineuse, alliant parfaitement puissance et finesse. D’une vinosité majestueuse, avec des arômes intenses et complexes, cet assemblage de grands crus et premiers crus place définitivement ce vin parmi les plus grands. Un travail d’orfèvre qui donne naissance à l’un des mythes de la Champagne.

2000: mouton-rothschild (jéroboam) – Mythique. Pour son cru, pour son format et pour son millésime. En 2000, les meilleurs crus de Bordeaux sont justement issus de Pauillac et de Saint-Julien. Riche, opulent et harmonieux, il exprime avec élégance la quintessence de son appellation.

2005: criots-bâtard-montrachet d’Auvenay – C’est une très belle année, similaire aux millésimes 1985, 1990 ou 1999. Une nouvelle fois, Lalou-Bize Leroy réalise un cru majestueux, et onctueux, souligné par des notes de citron, d’amande, de miel et d’épices, le tout toujours avec grande élégance. Une grande onctuosité caractérise ce cru. 

2010 : meursault La Sève du Clos d’Arnaud Ente – Une bouteille rare à mettre de toute urgence dans sa cave, surtout avec le millésime 2010 ! Disponible en très peu d’exemplaires, ce vin est une perle rare bourguignonne de grande qualité. Droit et précis, il est la parfaite expression de son terroir et du chardonnay. Une robe aux reflets verts avec des beaux arômes de fruits chauffés par le soleil. Aurez-vous la chance de le déguster ?

2015: Grange des Pères – Un millésime splendide partout, mais assez hétérogène dans le Languedoc. Et pourtant, cette icône reste une référence exceptionnelle, à saisir de toute urgence : expression, puissance et équilibre.

Parcourez ces signatures, d’hier à aujourd’hui.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire