G.H. Mumm Cordon Rouge Stellar, le champagne à la conquête de l’espace - Routes des vins

G.H. Mumm Cordon Rouge Stellar, le champagne à la conquête de l’espace

Vous connaissez ce moment génial où dans Tintin objectif Lune, le malheureux capitaine Hadock qui a clandestinement emporté à bord de la fusée son whisky dans un faux livre, poursuit la sphère du précieux breuvage en suspension dans l’air. Le problème ne devrait pas se poser pour le champagne G.H. Mumm qui a pensé à tout en mettant au point le Cordon Rouge Stellar, le premier champagne adapté à l’impesanteur.

Depuis 2017, en collaboration avec le CNES, le spationaute Jean-François Clervoy et Octave de Gaulle, fondateur de l’agence SPADE spécialisée dans le design d’objets spatiaux, G.H. Mumm a mis au point une bouteille de champagne capable de voyager dans l’espace. Octave de Gaulle raconte : « Je travaille sur la manière d’emporter un peu de notre humanité et plus largement de notre confort terrestre, dans un endroit qui met quand même, si on considère l’apesanteur et les voyages loin de la terre, dans un état compliqué que ce soit physiquement ou psychologiquement. D’une rencontre avec la Maison Mumm, l’idée est ainsi née d’emmener du champagne dans l’espace, mais pas seulement le produit en tant que tel, également le rituel culturel, parce que c’est d’abord de cela dont les astronautes ont besoin. »

Pour parvenir à emmener cette gestuelle en plus du vin, il a fallu être très créatif. Hors de question par exemple d’utiliser les dosettes employées pour les liquides, celles-ci ne véhiculant pas la même convivialité et renvoyant aux doses des médicaments. « Très tôt dans le projet, nous avons analysé ce qui était essentiel : le fait de pouvoir verser, partager le même contenant et impliquer le nez dans la dégustation alors qu’aujourd’hui tout se boit dans l’espace à l’aide d’une paille. Les mille et une formes de coupes de champagne nous racontent combien l’analyse des arômes qui arrivent vers le nez est importante dans la dégustation et le verre un précieux allié. »

Mais dans le même temps, les chercheurs doivent respecter deux cahiers des charges, tous les deux aussi stricts. Celui de l’AOC Champagne, qui vise à garantir la qualité et celui du CNES qui veille à la sécurité dans l’espace, les deux pouvant entrer en contradiction. Un exemple ? On ne peut conserver le champagne selon les règles de l’AOC que dans du verre, or celui-ci est l’ennemi des stations spatiales parce qu’il se brise facilement. D’où la constitution d’une coque en aluminium autour de la bouteille et un travail technologique de pointe pour répondre aux normes. « Le verre est fabriqué dans le bassin lyonnais avec une précision en dessous du dixième de millimètre. Idem pour la coque conçue avec des ingénieurs toulousains où on est là au centième ».

Dans l’espace, les produits sous pression doivent aussi être protégés par un double confinement. « La bouteille est fermée à la fois par une valve et par le bouchon de liège. On fait sauter le bouchon comme on le ferait sur terre, puis on appuie sur un bouton situé dans le culot. Ce geste a été créé pour pouvoir être opéré d’une main et continuer à s’accrocher de l’autre. Mais on a voulu ne pas trahir la gestuelle du champagne, en ne plaçant pas le bouton sur le haut de la bouteille ce qui aurait donné l’impression de libérer de la mousse à raser. Lorsqu’on retire le bouchon de liège, on déploie une bague qui servait à le retenir, cet anneau vient se positionner à l’orée du goulot, il permet de doser la quantité. En apesanteur, le liquide va en effet former une sphère, et il est difficile d’évaluer pour celui qui sert la quantité de liquide. On a ensuite créé un verre très simple avec un état de surface capable de retenir le vin, de l’accrocher. »

Arrive enfin le travail de Laurent Fresnet, le chef de caves, qui a dû affronter le challenge de l’atténuation de nos fonctions olfactives dans l’espace du fait de l’hyper vascularisation. Comme pour les aliments, il est donc nécessaire d’amplifier certains arômes si on veut obtenir les mêmes sensations que sur terre d’où un prolongement de trois ans du vieillissement sur lie de la cuvée. 

La Maison vient de signer un partenariat avec Axiom Space qui embarquera la bouteille sur ses prochains vols.

www.mumm.com

Cet article G.H. Mumm Cordon Rouge Stellar, le champagne à la conquête de l’espace est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire