Georges Joillot | La quatrième génération se lève

Georges Joillot vin Pommard Bourgogne iDealwine 1

Fondé par un pépiniériste à l’aube des années 30, le domaine est aujourd’hui entre les mains d’une jeune génération désireuse de soigner sa terre et de réaliser des vins puissants, à l’image de la réputation de Pommard, néanmoins structurés par un grain de tanin d’une jolie finesse. On vous raconte ?

Georges Joillot, quatre générations depuis 1929

Direction la Côte de Beaune et, plus particulièrement Pommard, une appellation louée pour ses vins rouges puissants, musclés et virils. Sa réputation ne date pas d’hier et remonte au Moyen-Âge, période à laquelle les moines ont largement développé la viticulture et contribué au rayonnement des vins en les servant à leur table aux pèlerins de passage. C’est donc là, sur ces terres séculaires, que vivaient Robert Joillot et Marthe Popille. Lui, pépiniériste dans la commune, a créé le domaine en 1929 ; elle, fille du boulanger, l’épousa et lui donna, en 1935, un petit garçon répondant au nom de… Georges. Malheureusement, ce dernier mourut subitement en 1971, laissant sa femme Simone et son garçonnet, Jean-Luc âgé de 10 ans, à la tête de la propriété qui œuvrait alors sur deux tableaux : la production de vignes et celle de vin.

banniere-tous-nos-vins-en-vente-5

Le temps passe et Jean-Luc atteint tout juste la vingtaine quand il reprend le domaine. Il épouse Lydia, déjà mère d’un petit Simon [Goutard] dans les années 1990 et, ensemble, donnent naissance à une petite Jeanne en 1995… Tout en insufflant un esprit plus dynamique à la propriété. De nouvelles parcelles rejoignent les historiques et les vins sont exportés.

Le temps passe encore et, depuis 2015, la nouvelle génération porte un nouveau regard sur la propriété, la portant à de plus hauts niveaux. Ainsi, Simon Goutard se forme au métier avec son beau-père Jean-Luc, tombant au passage dans une véritable passion pour le vin. Jeanne, elle, étudie la comptabilité et la gestion afin d’appliquer son savoir-faire à la propriété en 2017. Un an plus tard, en 2018, c’est son conjoint, Grégoire Guidot, qui vient prêter main-forte. Un trio talentueux, passionné, qui offre un nouveau style à cette propriété qu’il rebaptise Georges Joillot en 2019.

Georges Joillot vin Pommard Bourgogne iDealwine 2

La dégustation, maîtresse de la conception du vin

A Pommard, les vignes sont historiquement cultivées à une densité de 1 000 pieds par hectares. Elles puisent les nutriments nécessaires à leur épanouissement dans des sols drainants, pétris d’argile et de calcaire, peuplés de cailloutis, à une altitude oscillant entre 240 et 380 mètres. Basses et étroites, elles nécessitent d’être travaillées à la main ou à l’aide d’un tracteur enjambeur. Cette mécanisation ne signifie pas que le travail n’est pas méticuleux ; au contraire ! Le trio familial met un point d’honneur à travailler les sols qui sont enherbés et traités à l’aide de produits raisonnés afin d’accompagner la plante. Vous l’imaginez bien, l’idée est d’obtenir les raisins les plus beaux, les plus sains et les plus mûrs possibles. Ainsi, ébourgeonnage, palissage, effeuillage et, si nécessaire, vendanges en vert, sont effectués.

Quand vient l’heure des vendanges, les grappes sont récoltées à la main afin d’être minutieusement triées. Elles sont acheminées vers la cuverie dans des caisses de faible contenance qui leur évitent de s’écraser et de s’oxyder. Les baies sont égrappées avant la vinification qui se fait en cuves en béton, de 30 à 50 hl. La fermentation s’étale sur deux semaines et la température est contrôlée. Au domaine, la dégustation est quotidienne et permet d’adapter les décisions au sujet de l’extraction qui se fait par pigeage (immersion du chapeau- matières solides flottantes- dans le vin en fermentation) et remontage (pompage du vin en fermentation pour le remonter en haut de cuve). Le vin est ensuite élevé dans des fûts de chêne entre 12 et 14 mois. La proportion de bois neuf oscille entre 20 et 30% et a pour objectif de compléter le vin, l’accompagner, sans trop le marquer pour autant. Toujours dans l’objectif de ne pas dénaturer le vin et de le laisser dévoiler l’identité du terroir, celui-ci est mis en bouteille sans filtration préalable, en hiver.

Georges Joillot vin Pommard Bourgogne iDealwine 3

Des vins de garde au grain de tanin fin

Si les vins de Pommard, dont ceux du domaine, sont réputés pour leur potentiel de garde, ce dernier aime à rappeler combien l’effet millésime joue sur leur profil. Généralement musclés, ils peuvent, parfois présenter une fraîcheur accentuée qui leur permettra d’être appréciables dans leur jeunesse.

Quoiqu’il en soit, l’amateur trouvera aussi bien des bourgognes rouges et blancs que des premiers et grands crus au sein de cette propriété qui est parvenue, au fil du temps, à trouver un juste milieu entre puissance et finesse de tanins, complexité d’arômes et fraîcheur minérale. Des vins de gastronomie, c’est certain.

Retrouver les vins du domaine Georges Joillot en vente sur iDealwine

Bourgogne Côte d’Or de Georges Joillot

Un vin rouge bourguignon reflétant parfaitement le savoureux cépage qu’est le pinot noir, ici vinifié de façon peu interventionniste.

Hautes-Côtes-de-Beaune de Georges Joillot

Un 100% pinot noir fin et élégant qui accompagnera à merveille entrecôte ou fricassée de lapin.

Pommard Les Noizons de Georges Joillot

Un 100% pinot noir puissant et fruité, mettant à l’honneur un terroir argilo-calcaire sublimé par le savoir-faire unique d’une famille de vignerons passionnés.

Pommard 1er cru Les Epenots

Un 100% pinot noir, complexe et puissant, toutefois équilibré par des tanins d’une grande finesse.

Volnay 1er cru Les Santenots

A la tête de la propriété, une quatrième génération passionnée qui signe, de façon respectueuse de l’environnement, un vin qui équilibre rondeur et fraîcheur propre à une fine acidité.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire