[Grands Jours de Bourgogne] Vosne-Romanée : Jean-Pierre Guyon, haute définition - Routes des vins

[Grands Jours de Bourgogne] Vosne-Romanée : Jean-Pierre Guyon, haute définition

Deuxième jour des Grands Jours de Bourgogne 2022 : c’est la Côte de Nuits qui est à l’honneur aujourd’hui, et avec elle un aréopage de grandes appellations qui font rêver les amateurs du monde entier. Ce matin au château du Clos de Vougeot, les plus beaux domaines faisaient déguster leur millésime 2020. Un en particulier a retenu notre attention.

Arriver de bon matin au château du Clos de Vougeot pour déguster le millésime 2020 sous un joli temps printanier est déjà la promesse d’une belle journée et, à condition de savoir jouer des coudes entre les (nombreux) dégustateurs pour atteindre les échantillons, la promesse est tenue: sur les appellations Clos de Vougeot, Echezeaux, Grands Echezeaux, La Grande Rue ou encore Vosne-Romanée, les vins sont d’un très beau niveau général, le caractère généreux du millésime ayant laissé la place à l’expression des terroirs et aux interprétations des vignerons pour décliner une passionnante diversité de styles. Et puisque l’exercice nous invite à distinguer quelques préférences, nous décidons de braquer aujourd’hui le projecteur sur le domaine Jean-Pierre Guyon à Vosne-Romanée (on vous en avait déjà parlé ici il y a quatre ans).

À la tête de 6 hectares disséminés entre les appellations Chorey-les-Beaune, Savigny-les-Beaune, Nuits-Saint-Georges, Vosne-Romanée, Gevrey-Chambertin, Clos-de-Vougeot et Echezeaux, Jean-Pierre Guyon a lancé son domaine à la fin des années 1980, reprenant en partie des vignes figurant dans sa famille depuis les années 1930. s’est engagé depuis les années 2000 vers l’agriculture biologique, validant une certification en 2012. Défendant une approche « cousue main » de la viticulture avec une très grande présence dans les vignes pour adapter chaque geste aux conditions du millésime et aux évolutions climatiques, il s’inspire également de quelques principes biodynamiques – notamment les cycles lunaires – pour la conduite de son vignoble. Depuis 2019, il intègre de plus en plus de vendange entière dans ses cuvées, une pratique qui s’est généralisée à partir du millésime 2020, de façon quasi chirurgicale. Ainsi, en passant d’une douzaine de trieurs à près de vingt-cinq, Jean-Pierre Guyon a introduit une méthode de « tri en nuage » qui consiste à couper la partie centrale de la rafle, le pédoncule, pour ne garder que les pédicelles qui tiennent les raisins. Il en ressort, dans les vins, un effet « vendange entière » très maitrisé, qui leur apporte structure et fraîcheur sans la moindre touche de rugosité. Un bel exercice d’équilibre, en particulier sur un millésime 2020 dont la concentration doit être domptée. De la haute définition !

À la dégustation, le Vosne-Romanée village affiche une belle vitalité, entre le fruit rouge au noyau croquant et à la maturité juteuse, une touche de menthol voire même une finale réglissée. Le Grand Cru Clos de Vougeot combine notes de fleurs mauves, de mûre sauvage et d’épices sur un registre plus corsé et concentré. Enfin, le Grand Cru Echezeaux séduit par son incroyable finesse, sa structure élancée et ciselée sur une texture en dentelle. Quelle classe !

On a aimé aussi…
Château de la Tour – Grand Cru Clos de Vougeot 2002 :
dans le cadre d’une dégustation de vieux millésimes de Clos de Vougeot, ce pinot d’une finesse désarmante, à l’expression florale salivante, aérienne et tonique, a sorti son épingle du jeu !
Domaine d’Eugénie – Grand Cru Clos de Vougeot 2008 : en magnum, ce 2008 décline un bel équilibre entre jeunesse et premières notes d’évolution, convoquant la cerise confite, le tabac blond, un léger viandé et des notes de confiture de vieux garçon. Le fruit est pur et net, porté par une pointe acidulée.
Domaine Gros Frère et Sœur – Grand Cru Clos de Vougeot « Musigni » 2010 : un étonnant nez fumé qui évoque presque l’âtre de cheminée, sur de légères notes de jus de viande, de feuille de cigare et de figue sèche. Belle énergie canalisée et rame tannique finement sculptée.
Domaine David Duband – Grand Cru Clos de la Roche 2020 : à la tête de 25 hectares en Côte de Nuits, David Duband signe des vins d’une belle précision, pour une bonne partie travaillés en vendange entière, dont ce Clos de la Roche constitue une certaine apothéose. Une droiture en taffetas et une suspension saline portent ce vin de très haute précision. À noter également : un très bon et juteux Nuits-Saint-Georges « Aux Thorey » 2020.

Cet article [Grands Jours de Bourgogne] Vosne-Romanée : Jean-Pierre Guyon, haute définition est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire