Interview BFM | Vins italiens : coup de projecteur sur le Piémont

Angélique de Lencquesaing iDealwine BFM Business Patrimoine Piémont

Angélique de Lencquesaing, interviewée sur BFM Patrimoine dans l’émission Tout pour investir, présente un panorama des grands vins italiens, et particulièrement de ceux du Piémont, vu à travers le prisme des ventes aux enchères.

Vous avez voulu nous emmener en Italie aujourd’hui, et plus particulièrement au nord du pays, dans le Piémont, pour y découvrir ces vins dont les noms font rêver : Barolo, Barbaresco… Pourquoi ce choix, ces vins sont-ils recommandés pour les amateurs en quête de constituer une cave avec une optique patrimoniale ?

Le Piémont est le sanctuaire de la truffe blanche… Un haut lieu de culture gastronomique, donc, mais aussi un haut lieu de l’histoire viticole. Des pollens de vigne datés du Vème siècle avant J-C y ont été retrouvés. Pline l’Ancien vante d’ailleurs dans ses écrits les qualités de cette région viticole.

Ses collines et ses paysages de vignes, classés au Patrimoine immatériel de l’Unesco figurent parmi les trésors italiens. De grands vins rouges y sont produits à partir du nebbiolo, cépage qui tire son nom du mot « nebbia », fine pellicule qui recouvre les baies à la veille des vendanges. Comme son nom l’indique, le Piémont est jalonné de collines, et bordé par les Alpes et les Apennins. Les températures y sont fraîches en hiver, et le climat chaud et sec en été. Les vins de nebbiolo sont réputés pour leur délicatesse et un caractère soyeux qui n’est pas sans rappeler les vins de Bourgogne, aujourd’hui portés au pinacle par les amateurs du monde entier.

Vignoble Langhe Piémont iDealwine
Le vignoble de Langhe, dans le Piémont. ©iDealwine.com

Nous allons revenir sur la place du Piémont dans la production des vins italiens et aussi dans les ventes aux enchères. Mais avant cela, un mot sur la production de vin en général : l’Italie a perdu son premier rang en la matière, c’est bien cela ?

Oui, l’Italie, depuis 2007, a été pratiquement chaque année au premier rang. A quelques exceptions près, dont 2011, 2014 et… 2023. L’année dernière a été marqué par des phases humides, alternant avec des épisodes caniculaires. Un contexte idéal pour le développement de certaines maladies comme le mildiou, qui ont amputé lourdement la récolte. Celle-ci est passée de 50 à 43 millions d’hectolitres. La France, avec 46 millions d’hectolitres, est donc redevenue le premier producteur mondial.

Les vins italiens ont-ils leur place dans les ventes aux enchères et, ce faisant, dans la cave d’un amateur ?

Vous établissez un parallèle intéressant entre les enchères et la construction d’une belle cave d’amateur. Les ventes aux enchères sont en effet un miroir passionnant de ce que les plus pointus des amateurs recherchent. Suivre les tendances qui se dégagent de ce marché constitue un guide pour les plus néophytes. Et la répartition des régions représentées dans les ventes fournit de précieuses indications sur la manière dont doit se construire une cave.

Barolo-vignes-piemont-iDealwine
Le vignoble de Barolo, dans le Piémont. iDealwine.com

L’Hexagone demeure le principal fournisseur de flacons adjugés aux enchères (94,3% des flacons échangés). Toutefois, les amateurs ne cessent d’élargir le spectre de leurs recherches, et marquent un intérêt croissant pour les vins étrangers. Parmi ceux-ci, les flacons italiens ont représenté l’année dernière 61% des volumes adjugés. Et leur présence ne cesse de se renforcer (+37,5% par rapport à 2022 !).

Quelle place occupe le vignoble du Piémont au sein des vins italiens, et dans les enchères ?

Sixième région viticole italienne, le Piémont a la particularité d’héberger le plus grand nombre de DOC (l’équivalent de nos AOC). Ce vignoble doit son prestige à sa situation, à son climat, et aussi au talent de ses producteurs. De ce fait, le Piémont occupe une place privilégiée dans les enchères : 44% des flacons adjugés l’an dernier, et en valeur, le produit des ventes représente près de la moitié du montant total adjugé (48%).

Est-ce dû au prix des vins, très élevé ?

Effectivement, on l’a vu, la région concentre des vins de grande qualité. Le prix moyen des vins piémontais adjugés en 2023 s’est établi à un niveau légèrement supérieur à celui de l’ensemble des vins transalpins présents aux enchères sur iDealwine (110€ au lieu de 100€). La différence n’est pas significative, en revanche, parmi les 20 flacons italiens les plus chers adjugés l’an dernier, 11 sont issus du Piémont. Dont le plus cher, un barbaresco signé Bruno Giacosa, a atteint 1 810€ dans le millésime 1989. L’éventail est donc large, pour ce qui concerne le style des vins, et la gamme de prix.

Encheres vins Piémont iDealwine italie 2
Belles enchères sur les vins du Piémont. © iDealwine.com

Barbaresco est une autre appellation du Piémont, si je vous suis…

Oui mais beaucoup plus petite (un peu moins de 700 hectares contre 1700 pour Barolo), Barbaresco produit pratiquement trois fois moins de bouteilles que Barolo, dans le même cépage, le nebbiolo.  Elle s’étend notamment pour partie sur la commune d’Alba… les truffes, toujours. Les vins, considérés comme plus délicats, certains diraient plus « féminins », sont eux aussi extrêmement prisés.

Barbaresco-vignes-italie-iDealwine
Le vignoble de Barbaresco, dans le Piémont. iDealwine.com

Justement, parlons du style des vins du Piémont, comment peut-on les qualifier ?

Si l’on parle de Barolo, qui est l’appellation la plus prisée de cette région, deux styles s’affrontent. Et s’affrontent vraiment. D’une part, les tenants de la tradition, qui vendangent tard, et, pour les vinifications, procèdent avec une approche visant à ne pas trop extraire les tannins. Les vins sont longuement élevés en vieux foudres, durant cinq ans, voire plus, pour laisser aux tannins le temps nécessaire à leur assouplissement.  Une fois mis en bouteilles, les vins patientent parfois plusieurs mois encore avant leur mise sur le marché. C’est la règle. D’autres domaines ont préféré jouer la carte d’une extraction plus poussée et plus rapide pour produire des vins puissants, musclés, mais aussi plus ronds, aptes à être appréciés plus jeunes. 

Vous avez quelques noms à citer pour illustrer ces deux courants ?

Parmi les tenants de la tradition, le nom de Giacomo Conterno s’impose. Ses fils ont ensuite choisi deux voies divergentes. Des noms comme ceux de Mascarello, Burlotto, ou encore Rinaldi s’inscrivent également dans la mouvance classique de Barolo. En revanche, d’autres vignerons comme Angelo Gaja ont ouvert une nouvelle voie en matière de vinification.

Quel est le « courant » gagnant dans les ventes aux enchères, que dit le marché ?

Les amateurs ont plébiscité en 2023 le style plus traditionnel, les résultats des enchères en témoignent puisque le « courant » classique s’est principalement illustré parmi les sept barolos présents dans le TOP20 des flacons italiens les plus chers. Angelo Gaja représentait le courant moderniste dans ce palmarès, avec un vin de Langhe, la cuvée Sori San Lorenzo qui, dans un millésime collector (1968) a dépassé le seuil des 1 000€ (1002€ exactement). Le domaine de Roberto Voerzio représente aussi le courant plus moderne.

Justement, venons-en aux millésimes. Vous avez dit que ces vins devaient patienter de longues années avant d’être bus. Les amateurs sont-ils prêts à attendre ?

C’est justement pour cela que les vins les plus chers sont généralement issus d’anciens, voire très anciens millésimes. Les amateurs peuvent ainsi disposer sans attendre de vins longuement vieillis, en les acquérant aux enchères. Un barolo Riserva Monfortino 1964 du fameux Giacomo Conterno – qui se situe dans un courant de classicisme revisité, entre les deux – a ainsi été adjugé 1 302€ l’année dernière à un enchérisseur de Hong Kong. Parmi ces vins les plus chers du classement, la plupart des millésimes sont antérieurs à 2010.

Encheres vins Piémont iDealwine italiens 2
Belles enchères sur les vins du Piémont. © iDealwine.com

Est-il intéressant de rechercher des vins plus récents et de les laisser vieillir ? Quels sont les domaines à privilégier ?

Oui, il est vraiment intéressant, si vous disposez d’une bonne cave, bénéficiant d’excellentes conditions de conservation (hygrométrie, température), d’acquérir ces vins dans leurs jeunes années, à des prix encore accessibles, pour les laisser vieillir. Des domaines comme Luigi Pira et Giulia Negri proposent des cuvées produites dans une logique de viticulture durable, à des prix qui se situent autour de 50€, et qui méritent d’être suivis de près. Des signatures comme Vietti ou Rinaldi sont un peu plus chères mais également de grande qualité. On peut citer également Ceretto, Sottimano, Luciano Sandrone… L’intérêt de ces vins est qu’ils bénéficient d’une cible d’acheteurs susceptible de les acquérir aux enchères qui est aujourd’hui mondiale. Si vous ne les buvez pas, vous ferez des heureux parmi les amateurs d’Europe, des Etats-Unis et d’Asie. Un excellent choix patrimonial, donc.

Voir les vins italiens en vente sur iDealwine

Demander une estimation gratuite pour vos vins

Lire : Les différents styles de l’appellation Barolo – et la querelle des « anciens » et des « modernes »

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire