La Sainte-Victoire au fil des pages et des vins

La sortie du livre « Les Vignerons de la Sainte-Victoire » édité par Terre de Vins était l’occasion de rassembler la trentaine d’acteurs de l’appellation au château de La Galinière et autour des vins primés lors du dernier Concours Général Agricole.

Les adhérents de l’Association des Vignerons de la montagne Sainte-Victoire étaient réunis sans la belle salle aux murs de pierres du château de la Gallinière pour la présentation du dernier livre édité par Terre de Vins. Sous la plume de Jefferson Desport, journaliste-auteur du magazine accompagnée des magnifiques photos d’Emmanuel Perrin, il raconte en version bilingue les histoires et les vins d’une trentaine d’acteurs de l’appellation, 26 caves particulières et 4 coopératives. Un grand livre à feuilleter comme une balade en vignes entre Pourcieux et La Tholonet, préfacé par Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde 1992 qui a grandi dans la région. Il se remémore entre les lignes les balades en famille, les escalades sur les parois rocheuses et plus tard, lors de sa participation au comité de l’Inao, le chemin de la reconnaissance des vins. 

La soirée qui rassemblait également de nombreux élus, des représentants de la filière et l’équipe de Terre de Vins a été l’occasion de rappeler les grandes lignes de cette belle aventure initiée entre copains autour de quelques verres. L’appellation sur une aire délimitée de 2900 ha s’étire sur neuf communes, sept dans les Bouches-du-Rhone, deux dans le Var. Du point culminant de la Sainte-Victoire, au Pic des Mouches à 1011 m d’altitude, on peut voir la Grande Bleue et surtout la mer de vignes ourlée au sud des Monts Aurélien et de la Sainte Baume. Ces reliefs bloquent les entrées maritimes et font de ce terroir un climat plus continental que méditerranéen. Ce sont justement de ces vignes plantées principalement en grenache, syrah, cinsault, rolle… que l’on peut le mieux admirer les mille lumières de la Montagne.

Vers le blanc et le cru
Le président des vins de Provence Eric Pastorino en a profité pour saluer « la mobilisation sans faille de l’association des Vignerons de Sainte-Victoire qui est aujourd’hui un modèle, un exemple à suivre non seulement pour l’appellation Côtes-de-Provence mais également pour l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) ». Et de confirmer que l’appellation qui avait décroché en 2005 la première dénomination de terroir des Cotes-de-Provence sera prochainement élevée au rang de cru. L’Association, présidée par Olivier Sumeire épaulé par l’infatigable directeur Jean-Jacques Balikian, a également œuvré pour l’ouverture en 2020 de la Vinothèque dans la maison Sainte-Victoire du Grand Site classé à Saint-Antonin-sur-Bayon, au pied du versant sud. Elle s’est attelée au dossier de classement en cru et planche désormais sur la reconnaissance des blancs, seuls les rouges et les rosés étant actuellement reconnus en dénomination Sainte-Victoire. « Au delà des médailles, le plus important réside dans l’homogénéité de la qualité de nos vins, estime Olivier Sumeire. Lors de la dernière dégustation à l’aveugle des trois couleurs à la Maison des Vins, on a pu constater qu’entre le premier et le dernier, il n’y avait qu’un trait de crayon et c’est notre plus grande fierté. (…). Dans ce monde en turbulence, il faut à la fois savoir prendre du recul et se projeter. Notre réussite passe par l’unité et le faire-savoir. Communiquer est le nerf de la guerre et ce livre en est un beau témoignage ».

Les Vignerons de la Sainte-Victoire 280 pg Édition Terre de Vins 49€
Disponibles  dans les propriétés de l’appellation, les libraires de la région, les sites de la Fnac et Amazon.


Pour aller plus loin

Cet article La Sainte-Victoire au fil des pages et des vins est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire