Les grands blancs du Luberon selon Sylvain Morey

Ce bourguignon, qui a élu domicile dans le Luberon, propose des blancs à la personnalité affirmée. Si la méthode est un peu différente, l’objectif est similaire à ses confrères vignerons : offrir des « Grands Vins du Luberon ». 

La Vallée du Rhône mise sur la diversification avec les blancs en particulier. Parmi les appellations prêtes pour ce challenge, l’AOC Luberon a de jolis atouts. « On écrit bien Grands Vins de Bourgogne sur l’étiquette, il n’y a pas de raison de ne pas le faire pour le Luberon ». Sylvain Morey pourrait passer pour un ambitieux et alors ? Depuis trente ans, le vigneron se partage entre le sud, sur un domaine de 17 hectares dénommé La Bastide du Claux et sa Bourgogne familiale, où il exploite 4 hectares à Chassagne-Montrachet. A déguster ses trois cuvées en blanc, on s’interroge de l’influence nordiste de l’une sur la personnalité méridionale de l’autre. « J’assemble comme un bourgogne. J’ai mes références gustatives et mémorielles, qui font un type de vin différent de mes confrères d’ici. On a tous une carte mentale différente. J’aime l’équilibre, la finesse, le côté digeste, l’altitude. Les cépages sont différents, on pourrait faire comme là haut mais avec des soucis derrière », assure le vigneron qui fait référence au dérèglement climatique. Ici pas de recette miracle, il vendange manuellement, à bonne maturité, aime garder l’acidité, la fraîcheur et les amers. Seul point commun avec la Bourgogne, l’élevage de 16 à 24 mois. En dégustation, ses vins peuvent ressembler à des ovni. D’autres le sont tout autant, tant cette AOC offre de diversité de cépages, de terroirs et de savoir-faire. Grand bien fasse à cette appellation qui projette ses vins blancs vers un avenir radieux fait de fraîcheur et d’élégance.

Terre de Vins a aimé
Écho 2021 AB 16€
Un 100 % chardonnay issu de deux terroirs, l’un précoce et chaud, l’autre plus tardif et d’altitude. Vinifié en pressurage direct suivi d’un débourbage statique de 24 h à froid. Pas de levurage, un sulfitage minimal avant la fermentation alcoolique. Élevage de 12 mois en cuve béton et demi-muids. Le nez est discret mais la sensation de rondeur s’y glisse ouvertement. Après une introduction de petites fleurs blanches, revoici la rondeur qui s’immisce et laisse le champ libre à la tension, avec une pointe de salinité et d’amertume finales.

Panorama 2022 AB 15,50€
Assemblage de grenache, rolle, ugni, clairette, bourboulenc, roussanne, viognier, marsanne, issus de différents secteurs, altitudes et orientations. Sols de sables sur calcaires. La vinification et l’élevage sont similaires à la cuvée Écho. Place à la finesse, au léger miellé, aux fruits blancs et aux fruits secs. Vif, acidulé, citronné, salivant, c’est un vin joyeux et soyeux.

L’odalisque 2021 AB 21€
50 % grenache, 30 % rolle, 20 % clairette, en pleine maturité, viennent de secteurs plus argileux du parcellaire. Même process de vinification, mais avec un élevage de 17 mois en demi-muids. Une cuvée limitée à 5000 exemplaires.

Une belle et riche complexité faite d’amande fraîche, de citron, de fleurs blanches, de beurre brioché. Encore un profil fait de discrétion et d’élégance au nez. La bouche est vive, saline, légèrement boisée. On ressent des amers discrets avant de retrouver les zestes d’agrumes et le yuzu en rétro olfaction, mais sans une once d’agressivité. 

Le charme opère…

Cet article Les grands blancs du Luberon selon Sylvain Morey est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire