Les lettres de noblesse de Marquis d’Alesme

Troisième Grand Cru Classé 1855, le château Marquis d’Alesme connaît depuis quelques années une révolution en douceur qui confirme sa place de « pépite haute couture » parmi les trois propriétés margalaises de la famille Perrodo, au côté des châteaux Labégorce et La Tour de Mons.

Avec sa superficie de 15 hectares, le château Marquis d’Alesme pourrait être classé comme un « modèle réduit » dans la famille des Grands Crus Classés 1855. Il connaît pourtant, depuis quelques années, un renouveau dont le dynamisme dépasse largement sa surface foncière. Racheté en 2006 par la famille Perrodo (classée 15ème fortune française par le magazine Challenges en 2023, fortune majoritairement associée au groupe pétrolier Perenco), ce Troisième Grand Cru Classé de Margaux bénéficie tout particulièrement de l’attention et de l’énergie communicative de Nathalie Perrodo qui, des trois enfants de feu Hubert Perrodo, est celle qui supervise les propriétés viticoles de la famille. Un pied à Londres et l’autre dans le Médoc, Nathalie a impulsé depuis plus de quinze ans une nouvelle ère à Marquis d’Alesme, s’appuyant sur l’expertise de la directrice générale Marjolaine Maurice de Coninck, arrivée en 2010. Cette dernière a piloté la restructuration du vignoble, la transition environnementale dans la conduite viticole, et la montée en précision et en régularité des vins.

Pour les Perrodo, le rachat de Marquis d’Alesme représentait une opportunité de consolider un ancrage margalais amorcé dès 1989 avec le rachat du château Labégorce (65 ha) et amplifié depuis, en 2020, par le rachat auprès du Crédit Agricole du château La Tour de Mons, ex-cru bourgeois supérieur (60 ha) : les trois propriétés constituent désormais un ensemble de 140 hectares à Margaux, partageant une philosophie commune et combinant des identités complémentaires : La Tour de Mons la « porte d’entrée » pour les amateurs, Labégorce la « valeur sûre » et Marquis d’Alesme la « pépite haute couture ». Mais pour parvenir à cet équilibre, il aura fallu une bonne dose de patience, une large dose de passion (chez les Perrodo, grands amoureux du vin, il ne s’agit pas de produire des cuvées spéculatives mais distributives) et de sérieux investissements : le plus spectaculaire est celui qui a mené à l’édification d’un nouveau chai, démarré en 2013 et inauguré en 2015. Une réalisation de l’architecte Fabien Pédelaborde, qui puise dans les attaches asiatiques de la famille Perrodo (la mère de Nathalie étant chinoise) pour combiner exigence technique et élégance esthétique – un outil dont l’allure n’a pas son pareil à Bordeaux. Depuis 2017, ces nouvelles installations se sont doublées d’une dimension œnotouristique, avec offre de visite haut de gamme (formule unique 65 €), boutique et restaurant ouvert de mai à octobre, la Table de Nathalie.

En 2019, Nathalie Perrodo se sont associées dans l’acquisition d’un vignoble de 5 hectares à Jurançons, le Domaine Guirardel. La même année, c’est le cuvier du château Labégorce qui a bénéficié d’une profonde rénovation, pour permettre à ces vins extrêmement bien positionnés (ni crus classés, ni crus bourgeois, mais vraies références pour les amateurs de beaux vins médocains à prix accessible) de rester dans la course à l’excellence. Désormais, toutes les planètes semblent alignées pour permettre à Marquis d’Alesme et à ses deux propriétés « sœurs » de continuer à occuper le devant de la scène. Prochaine étape : la production d’un vin blanc. Vous nous direz que cela se fait de plus en plus dans le Médoc, et vous n’aurez pas tort. Mais celui-ci présente quelques originalités qui vont surprendre… Nous vous en reparlerons très bientôt.

« Terre de Vins » aime :
Château Marquis d’Alesme 2020 :
tonique et élancé, il déploie un parfum gracieux, plein d’éclat, sur la framboise, la fraise des bois, la menthe écrasée, la baie rose et un tour de poivre noir. C’est un vin souple et percutant, mûr à point et porté par une belle arête aide, dont les tannins peuvent encore se fondre mais qui comporte un très joli potentiel d’évolution. Env. 45 € TTC.
Château Labégorce 2020 : capiteux, musqué, combinant menthol et touche graphite, il arbore un fruit noir galbé qui annonce une belle jutosité et un profil traçant. La bouche est droite, tendue, bien arquée sur sa trame tannique et son côté saignant, racé. Env. 32 € TTC.

Cet article Les lettres de noblesse de Marquis d’Alesme est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire