Les parcellaires de la maison Dourthe : une sélection pointue - Routes des vins

Les parcellaires de la maison Dourthe : une sélection pointue

La maison Dourthe lance un grand projet de sélections parcellaires. Frédéric Bonnaffous, le directeur des domaines, nous explique la genèse et la finalité de ce beau dessein.

Comment est né ce projet bordelais très bourguignon ? 

Vous le savez, chez Dourthe nous sommes passionnés par les terroirs de Bordeaux. Nous avons la chance à travers nos Châteaux et nos vignerons partenaires d’évoluer sur les deux rives bordelaises. Il y a quelques années nous avons lancé un groupe d’expérimentation, de créativité et d’échange avec Véronique Razimbaud (œnologue Dourthe), Patrick et Valentin Jestin – le « Lab Dourthe » -, avec l’ambition de créer les vins de Bordeaux de demain. Les « Parcellaires » de Dourthe sont donc nés d’une envie de bousculer les codes d’une terre d’assemblage, et de révéler avec pureté le goût de l’endroit. 

Pourquoi vous êtes-vous concentrés sur les Graves et le Haut-Médoc ? 

Nous n’avions pas d’AOC particulière en tête. C’est aux Châteaux Rahoul et Reysson que nous avons trouvé les combinaisons « sols-cépages » qui ont exprimé le plus de typicité et nous ont procuré les plus belles émotions. Dans les Graves nous avons sélectionné deux parcelles : un sémillon planté en 1954 sur sol argilo graveleux, et un cabernet-sauvignon sur graves profondes, en Haut-Médoc, un cabernet franc sur sol calcaire.  

En termes de volume, de positionnement et de cible, quel est votre dessein ? 

Il s’agit d’un micro-projet, nous serons toujours limités par les parcelles en termes de quantité. Nous avons produit 2500 bouteilles pour chaque parcellaire, et nous les distribuons sur allocation sur nos différents marchés. Leur rareté les a naturellement orientés vers nos prescripteurs historiques : le réseau de cavistes, hôtels et restaurants, dont nous sommes très proches. Nous n’en aurons malheureusement pas pour tout le monde mais c’est souvent le cas des bonnes choses, non ?


Terre de vins à dégusté

Les parcellaires Sémillon 54 2020du château Rahoul, Graves. 20 €.

Il s’agit d’une parcelle de sémillon plantée en 1954 (d’où le nom), sur un sol argilo graveleux et sous sol calcaire. C’est la plus vieille parcelle de la propriété. Cette parcelle « a permis de redonner ses lettres de noblesse à Rahoul : elle est  la colonne vertébrale du grand vin ». Les blancs de Rahoul ont permis au château de rentrer dans l’Union des Grands crus, ce cercle très fermé, dans lequel parmi les 130 châteaux on ne trouve que 3 Graves. Il n’est pas facile d’avoir de la fraîcheur avec le sémillon, et pourtant, dès le nez, on en trouve. Et quel nez ! Sur un large éventail, on trouve les fruits jaunes, la mangue surtout, l’abricot, les herbes séchées, la bruyère, des aromes marquées de beurre tiède et de pain perdu, le cumin très net, et un soupçon de fraicheur grâce à la menthe. La bouche se montre finement texturé et légèrement grasse. Fruit jaune, un soupçon de pamplemousse, du citron confit, des épices douce (cumin) et la menthe poivrée en finale. Un vin profond et raffiné. Un vin qui est sorti à égalité avec un autre de la Hunter Valley en Australie dont c’est la spécialité. Coup de cœur assuré.

Avec un risotto de saint Jacques.

Les parcellaires Peykem 2020 du Château Reysson, Haut Médoc. 20 €.

Le terrain argilo calcaire est orienté plein nord. Les maturations du cabernet sauvignon sont lentes. Elevage 100% en amphore pendant 12 mois. Le nez a un coté lacté, reine claude à l’eau de vie, fraise écrasée, menthol et laurier. L’attaque est sur la fraîcheur et le végétal noble puis les fruits rouges prennent la main (groseille, fruits des bois). La finale est légèrement lactée et sucrée, sur une belle fraicheur. Un vin droit, porté par une jolie acidité. Le coté dense et resserré des tanins est atténué par la micro oxygénation de l’amphore.

Avec un Axoa de veau.

Les parcellaires la Gravière 2020 du château Rahoul, Graves. 20 €.

La parcelle sélectionnée est sur des graves profondes, « du cailloux ». La encore, un monocépage de Cabernet sauvignon élevé en cuve puis 2/3 en amphore et 1/3 en vieilles barriques pendant 12 mois. « On ne veut pas de boisé en barrique neuve ». Le nez est flatteur, chaleureux, sur les fruits rouges (cerise, fraise et myrtille sauvage), une pointe de sureau et de tabac blond. La bouche se révèle fraîche, sur une attaque de saveurs mentholées et d’eucalyptus, de fraise. La matière est très texturée et poudreuse, et confirme ses saveurs de confiture de myrtille. L’austérité du cabernet a été gommée sans céder sur la texture et les saveurs. Un Graves atypique, sans merlot, savoureux.   

Avec une cote de bœuf de Bazas.

Dégustations: Michel Sarazin

Cet article Les parcellaires de la maison Dourthe : une sélection pointue est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire