Les vins les plus chers de l’année 2023 aux enchères 

L’heure est à l’accalmie sur le front des enchères. Dans un marché qui a connu d’intenses variations depuis plusieurs années, les records de 2022 n’ont plus cours. 2023 a été marqué par une correction significative, dans un marché où l’intérêt des amateurs reste intact. Dans l’attente des analyses du Baromètre iDealwine, pleins feux sur ces belles enchères de l’année 2023.

Des prix largement assagis par rapport à l’envolée de 2022

Le premier élément frappant des palmarès des vins les plus chers de l’année 2023 est l’assagissement des prix. En effet, après une explosion du cours des grands vins en 2022, le marché s’est nettement assaini en 2023, enregistrant de réelles baisses de prix sur les vins qui avaient le plus augmenté l’année précédente.

Le top5 des lots les plus chers, qui s’échelonnait l’an dernier entre 31 620 et 84 320€, plafonne à 43 820€ en 2023, tandis que le top5 équivalent 75 cl, qui grimpait en 2022 jusqu’à 34 100€, atteint désormais « seulement » 22 911€.

Cette baisse des prix est d’autant plus marquante que certains vins du classement étaient déjà présents dans celui de l’année passée et affichent un net recul. C’est par exemple le cas du vin le plus cher de l’année : une bouteille de romanée-conti 2015 du domaine éponyme, adjugée 22 911€, alors que le même vin, qui se plaçait l’an dernier en 2e position du palmarès, s’était vendu 31 620€, soit une baisse de 27,5%.

Cette baisse des cours de 2023 doit cependant être relativisée, car elle ne compense pas complètement la hausse observée en 2022. Ainsi, en restant sur notre exemple de la romanée-conti 2015, celle-ci n’a pas été vendue en 2021, en revanche, à l’été 2020, elle a été adjugée 17 355€, ce qui représente tout de même une augmentation de cours de 32% sur trois ans.

Le domaine de la Romanée-Conti revient à la première place du classement

Autre fait notable de ces palmarès : le domaine de la Romanée-Conti, qui avait occupé durant de nombreuses années la place de vin le plus cher, puis avait été relégué à la seconde place – derrière le musigny du domaine Leroy – en 2020, 2021 et 2022. Il retrouve son rang, le premier, avec une adjudication à 22 911€.

Ce vin est talonné de très près par son illustre « rival » : le musigny (2011) du domaine Leroy, adjugé 22 444€, soit une différence de moins de 500€.

Quoi qu’il en soit, le Top5 des bouteilles les plus chères est entièrement aux couleurs de la Bourgogne et largement dominé par le domaine de la Romanée-Conti, qui occupe 4 places sur 5. Alors que la demande ne faiblit pas pour les grands pinots noirs de Bourgogne, la rareté continu eà expliquer cette position dominante. Une rareté particulièrement notable pour le musigny du domaine Leroy dont iDealwine ne voit passer qu’un ou deux flacons par an dans les enchères. A noter que si l’on dédoublonne le classement pour ne garder qu’un seul vin par domaine, la prééminence de la Bourgogne n’est pas remise en cause : on retrouverait alors en 3e position un chevalier-montrachet 2005 du domaine d’Auvenay (19 030€) ; puis 1 Bouteille de musigny 2010 du domaine Georges Roumier (16 902€) et enfin un vosne-romanée 1er Cru Cros Parantoux 1990 signé Henri Jayer (13 764€).

Les lots de grands crus bordelais ont toujours la cote

Le palmarès des lots les plus chers rééquilibre le jeu entre la Bourgogne et Bordeaux, qui occupe trois places sur les cinq premières du classement. Il faut dire que la région est plus propice aux lots avec une commercialisation en caisses bois panachées, durant la campagne Primeurs. On retrouve ainsi le plus célèbre des vins de Bordeaux, Petrus, en grand format et dans l’un des trois plus grands millésimes du siècle : le lot de 6 magnums 1982 s’est vendu 43 820€. Vient ensuite une caisse « Carré d’As » 2000 composée de magnums, vendue 26 730€, puis une caisse Carré d’As 2000, cette fois-ci composée de bouteilles, adjugée 24 163€, suivies des deux premières bouteilles du TOP5, le tout étant rapporté au format équivalent 75 cl.

Les grands millésimes prêts à boire et les grands formats tirent ainsi leur épingle du jeu, dans cette région prisée notamment pour son admirable potentiel de garde.

Bordeaux vs Bourgogne : le match reste ainsi pleinement ouvert à l’orée de l’année 2024.

Top5 des lots les plus chers de l’année

Top5 des vins les plus chers de l’année

Voir les enchères iDealwine

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire