Margüi fait son cinéma

Après le festival de Cannes, coup de projecteur sur le château Margüi, propriété de George Lucas en Provence, qui élabore déjà des vins dans les trois couleurs et sortira bientôt un effervescent.

À l’heure où les portes du 77? festival de Cannes se referment sur les lauréats repartant palmes sous le bras, gageons que certains participants resteront quelques jours en Provence pour profiter de leur domaine viticole. Brad Pitt sans doute à Miraval, George Clooney, qui réside déjà une grande partie de l’année au Val, mais également George Lucas, ovationné samedi dernier après avoir reçu une Palme d’or d’honneur des mains de son ami Francis Ford Coppola (également vigneron dans la Napa Valley). Le réalisateur et producteur américain est le propriétaire depuis 2017 du Château Margüi à Châteauvert, au cœur de la Provence verte. Il avait déjà créé Skywalker Vineyards dans les années 90 après avoir racheté un vignoble de 114 hectares en Californie, près de San Francisco, puis un domaine de 10 hectares en Ombrie, au sud de Florence. En 2017, il s’est donc porté acquéreur du Chateau Margüi qui compte désormais 21 hectares de vignes en appellation Coteaux-Varois-en-Provence.

Un resort privé de luxe
« George Lucas voulait acheter un domaine en Provence et il a eu un coup de cœur pour cette bastide dans une réserve naturelle [en zone Natura 2000] au milieu de 85 hectares de forêt et sans voisin » raconte le directeur des lieux Yann Jouët. L’exploitation de Margüi (petite mare en provençal) n’a connu que trois propriétaires dans toute son histoire. Si l’activité agricole était déjà en restanques et irriguée du temps des Romains, le château fortifié arrive au 17? dans le giron de la famille Brunet Garnier. Cette dernière est issue de la grande bourgeoisie aixoise qui y avait ses terres de chasse autour d’une ferme avec des champs de blé, des légumes et des oliviers. Au fil des siècles et des successions, le domaine est passé de plus de 5 000 hectares à aujourd’hui 120, vendus par la dernière descendante de la famille aux Guillanton (Marie-Christine et Philippe Guillanton, ancien dirigeant de Yahoo Europe).

©DR

Les vignes replantées dans les années 30 et culminant à plus de 400 m d’altitude avaient quasiment toutes été arrachées dans les années 80. Les Guillanton replantent au début du siècle les parcelles en friche, recréent un vignoble d’une quinzaine d’hectares travaillés en bio et plantés en grenache, syrah, cabernet sauvignon, rolle…, font restaurer la chapelle médiévale, produisent de l’huile d’olive… jusqu’à leur divorce et la vente du domaine. George Lucas a d’emblée mis en route un plan de restructuration viticole et de conversion hôtelière pour Margüi. La bastide du XVIIIe siècle a été transformée en 18 suites de luxe avec trois restaurants, salle de sports, piscine, et une salle de projection, bien entendu complétée d’une organisation de Wine Tasting pour développer le tourisme d’affaires à grande échelle. Le resort se loue d’ailleurs à la semaine avec personnel et services.

Une gamme qui s’étend
Margüi revendique ses vins en Coteaux-Varois-en-Provence sur deux gammes, Château et Bastide 1784. « Le 2023 a été un très petit millésime à cause des attaques de mildiou et la sécheresse estivale qui ont rogné les rendements, avoue Yann Jouët, régisseur du domaine. Nous avons replanté des petites parcelles, notamment en rolle, syrah, cinsault et mourvèdre pour augmenter la production autour de 200 000 bouteilles d’ici à 3-4 ans, surtout en blanc et rouge, et pour travailler davantage sur une sélection de jus. Mais nous ne voulons pas nous étendre en négoce. Nous axons également la recherche sur les vinifications des rosés qui représentent 60 % de la production. » Une édition spéciale en rouge a été élaborée en 2022, elle devrait être déclinée à terme en rosé. Un effervescent rosé (5 000 bouteilles), assemblage de grenache-cinsault, devrait bientôt être commercialisé (24?€). De quoi fêter dignement les Palmes de Cannes.

Terre de Vins a aimé 
Château Margüi rosé 2023 : un cinsault-grenache-syrah-cabernet sauvignon frais et souple sur des arômes d’agrumes, litchi, groseille croquant sur de beaux amers. (18?€)

Bastide de Margüi blanc 2022 : Un 100?% rolle, floral et délicatement miellé-vanillé, sur des arômes de poire, pêche et agrumes. (38 €)

Cet article Margüi fait son cinéma est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire