Métifiot, dernier né des Baux - Routes des vins

Métifiot, dernier né des Baux

Le chai majestueux du domaine de Métifiot de la famille Bateman, au coeur des Alpilles, est terminé. Le dernier né de l’appellation Baux-de-Provence y a vinifié son troisième millésime.

Avec son chai monumental en béton strié et sa cave enterrée dans le massif, Métifiot s’intègre parfaitement aux parois calcaires des Alpilles en Baux-de-Provence. Le dernier né de l’appellation est le seul domaine sur le versant Nord, en surplomb des vignes et de l’oliveraie, au loin, le Mont Ventoux, le clocher de Saint Rémy de Provence et la Cité des Papes d’Avignon, que l’on peut admirer de la terrasse aux grandes baies vitrées. Ce large panorama sur toute la campagne saint-rémoise est ponctué de cyprès et d’oliviers avec quelques ruches au coin d’une parcelle. Nous sommes dans le fief de la famille Bateman.

Autodidacte dans l’âme

Benoît est un autodidacte venu du Nord et qui a créé au milieu des années 90 une entreprise de commerce de pommes de terre florissante. Il a épousé Laurence née dans le Sud, non loin d’ici. Quand il récupère il y a six ans une partie de l’ancien domaine de ses beaux parents arboriculteurs, Benoît y voit un nouveau défi. « Et si on plantait de la vigne? »  Les Bateman se lancent dans l’aventure en gardant le nom de Métifiot, du nom du médecin de l’hôpital Saint-Paul (peint par Van Gogh) et qui avait revendu sa propriété de Saint-Rémy à l’arrière grand-père de Laurence. Ils héritent d’une quinzaine d’hectares de vergers arrachés à restructurer, en récupèrent quelques-uns classés en IGP et en fermage, le vignoble de Guy Delacommune du Domaine Guilbert, créé dans les années 2000 à partir des vignes historiques de Dominique Hauvette. Les Bateman y vinifient leurs premiers millésimes à partir de 2019 en attendant la construction de leur chai, enfin validé par les Bâtiments de France après avoir revu plusieurs fois leur copie dans ce site classé. Ils achètent également à un agent immobilier d’Eygalières des raisins vinifiés au domaine pour une gamme négoce en attendant que les plantations (quelques hectares chaque année à partir de 2016) entrent en production.

©F. Hermine

Une large palette de cépages

« Je voulais apprendre à faire du vin, raconte le propriétaire de Métifiot. J’ai donc visité une soixantaine de vignerons dans tout l’Hexagone et nous avons finalement décidé de planter les principaux cépages de l’AOP Baux-de-Provence, grenache, syrah, cinsault, marsanne, cabernet sauvignon, et quelques autres pour nous faire plaisir et pour faire des essais comme le merlot, le marselan, le rolle, le chardonnay,…sur les terres irriguées hors AOP au bord du canal ». Au total, le domaine comprend une douzaine de cépages sur une quinzaine d’hectares. Le vignoble enherbé est d’emblée travaillé en bio (aujourd’hui certifié) et équipé de capteurs dans la vigne pour mesurer le confort hydrique et faire de l’irrigation de pointe sur certaines parcelles. Métifiot est également labellisé HVE. Les Bateman s’entourent également de quelques compétences : l’ingénieur viticole Didier Mazenod, Bruno Ferland comme maître de chai, Franck Breau, l’ancien directeur du Château Romanin comme consultant, le cabinet Daniel Péraldi comme œnologue conseil…

Une gestion de cave ultraprécise

Au chai à l’organisation millimétrée, Benoît aussi veut tout comprendre, tout maîtriser. La cave abrite de nombreux contenants, cuves tulipes, jarres en grès, œufs béton, barriques, foudres, demi-muids au rangement impeccable sans tuyaux, contrôlé par un système informatique surveillant chaque cuve et un échangeur avec récupération de chaleur. Une fermentation ultraprécise sous haute surveillance « pour ne pas rajouter d’intrants en travaillant en priorité sur la gestion de la température », explique Benoît, véritable geek de la technologie. La gamme est vaste, une quinzaine de référence en IGP Alpilles, Méditerranée et en AOP Baux-de-Provence, au gré des envies, à 45 % en rosés, 35 % en rouges, le reste en blanc « que nous voudrions augmenter en plantant roussanne, marsanne et grenache blanc sur 3-4 hectares à trouver ». Elle comprend même un chardonnay en méthode traditionnelle et les huiles d’olive du domaine.

Cet article Métifiot, dernier né des Baux est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire