Miche-Muche : un rétro-caviste qui fait du bien - Routes des vins

Miche-Muche : un rétro-caviste qui fait du bien

Parfaitement ancré dans une tendance marquée d’envie de partage et de convivialité, Miche-Muche joue les cavistes nouvelle génération avec enthousiasme.

Impossible de ne pas craquer en voyant la bouille rétro de cette camionnette Citroën Tub de 1947 vert sapin. Et en s’approchant, on distingue un néon au fond du camion qui donne le la : « Good Vibes Only ». Et c’est vrai que Jean-Michel Kermel ne manque pas de bonnes vibrations. Ce jeune trentenaire avait commencé sa carrière dans le négoce de matériaux mais comme beaucoup aujourd’hui, il ne s’y épanouissait pas vraiment. Alors, comme une évidence, il se décide à se rapprocher du milieu agricole qu’il avait côtoyé toute son enfance passée en vallée de Chevreuse près de Paris avec un père mécanicien agricole. Ses parents l’ont très tôt initié au vin, devenu rapidement une passion. C’est donc caviste qui sera son nouveau métier. Mais alors que le projet se dessine, le COVID fait son apparition. Jean-Michel décide donc de changer son fusil d’épaule. Caviste, oui, mais pas dans le cadre classique d’une boutique. Un caviste ambulant qui va partir à la rencontre des gens, leur proposant une gamme de vins accessibles (presque exclusivement en dessous de 20€ la bouteille) en créant de beaux moments d’échanges. Il va donc constituer un ensemble d’une quarantaine de références de vins et une dizaine de spiritueux avec une envie. Celle de mettre en avant de petites propriétés aux belles histoires familiales : domaine Gasnier à Chinon, Pabiot sur Pouilly-Fumé, Edmond Chalmeau sur Chitry, Clos Sorian en Languedoc ou bien encore Fabien Forest dans le Beaujolais. Des vins français, bios, biodynamiques et natures pour mettre en valeur un terroir encore trop souvent méconnu.

Sillonner l’Ile-de-France… et aller chez vous

Avec son Bar Truck comme il aime l’appeler, Jean-Michel sillonne toute l’île de France, au gré des événements organisés par les collectivités. Une fois installé, les amateurs viennent prendre un verre de vin (5€ à maxima) et déguster de bonnes planches de charcuteries et de fromages. Ces derniers viennent de fermes franciliennes de la vallée de Chevreuse. Pourquoi aller chercher ailleurs ce qui se trouve juste à côté ? L’ambiance bonne franquette qui se dégage de Miche-Muche a aussi déjà séduit des particuliers pour des mariages. Et demain, dès que la situation le permettra, Jean-Michel imagine bien aller dans tout l’Hexagone, dans les campagnes notamment où il n’y plus de commerce. Il apporterait ainsi une présence à la manière de épiciers ou boulangers ambulants qui maintiennent tant bien que mal un lien social important dans ces coins du pays restés à l’écart. Mais en attendant que tous les possibles s’ouvrent de nouveau, il a fallu inventer un modèle complémentaire permettant d’exister même lorsque le temps ne le permet pas. C’est ainsi que Jean-Michel a initié des sessions de dégustation à domicile. Dans le même esprit jovial, il peut ainsi se rendre chez des particuliers et proposer une salve de 6 vins à l’aveugle. Une manière ludique et décomplexée de découvrir le vin sans forcément en posséder les codes. Des formules à la carte qui sont facturées 30€ par personne. Voilà en somme plein de manières sympathiques de fédérer toutes les générations autour de la dive bouteille.

Cet article Miche-Muche : un rétro-caviste qui fait du bien est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire