Nomacorc Blue Line, premiers bouchons synthétiques labelisés « Net Zero Plastic to Nature » - Routes des vins

Nomacorc Blue Line, premiers bouchons synthétiques labelisés « Net Zero Plastic to Nature »

L’entreprise Vinventions productrice des bouchons Nomacorc vient d’obtenir ce label exigeant garantissant un impact environnemental neutre pour sa dernière gamme lancée en mai 2021.

La démarche est courageuse, reconnaissons-le. Une entreprise, dont les produits sont à l’heure actuelle essentiellement réalisés à partir de plastique d’origine fossile, s’expose nécessairement lorsqu’elle communique sur son impact environnemental. Pour autant, c’est avec une transparence encore assez rare que Vinventions a présenté ses initiatives permettant de mesurer et de compenser l’impact lié à la production de sa gamme Blue Line. Déjà, de quoi s’agit-il ? Romain Thomas, chef de produit Nomacorc, nous explique ainsi qu’actuellement, « l’entreprise propose à ses clients 3 gammes différentes. La Red Line (32,5% de la production), la plus ancienne, est composée de bouchons d’entrée de gamme entièrement composés de plastiques d’origine fossile. Conscients de l’empreinte carbone liée et des évolutions indispensables pour lutter notamment contre le réchauffement climatique, la Green Line (60% de la production) a ainsi été développée et mise sur le marché à partir de 2013. Les différents bouchons qui sont ainsi estampillés proviennent de matières premières durables et renouvelables, dérivées de la canne à sucre. Enfin, la Blue Line (7,5% de la production) vient apporter une solution notamment aux attentes de la grande distribution en matière d’utilisation de plastiques recyclés dans tout ce qui touche aux emballages dont les bouchons font partie ». Cette Blue Line se compose donc de bouchons fabriqués à part égale de plastique d’origine fossile ainsi que de plastique recyclé. Green et Blue lines sont en constante progression dans la production globale de l’entreprise, « l’objectif étant de ne plus avoir de Red Line à terme » précise Romain. Si la Green Line était déjà reconnue avoir une empreinte carbone neutre, VInventions a souhaité que sa gamme Blue Line puisse avoir pour sa part une empreinte plastique neutre sur l’environnement.

Un label obtenu après 2 ans de travail

Après avoir identifié plusieurs entreprises susceptibles de délivrer des labels relatifs à l’empreinte plastique, Vinventions s’est tourné vers South Pole, une entreprise reconnue pour la qualité de ses actions en la matière. « Nous avons travaillé pendant 2 ans avec South Pole, initialement à partir d’estimations de production puis en réajustant nos données avec des chiffres réels » poursuit Romain. 3 étapes successives ont été nécessaires. Tout d’abord, estimer la quantité de plastiques utilisés au regard de la production et, in fine, la part rejetée dans la nature. Selon les marchés où les produits sont présents, les politiques publiques de collecte des déchets ne sont pas toutes aussi efficaces. « Si 95% de nos produits sont collectés par les municipalités en France, l’un de nos marchés principaux, ce taux tombe à 75%/80% en Italie, autre marché clé », renchérit Romain. Par conséquent, les actions de collecte complémentaire à mettre en œuvre ne sont pas de dimensions similaires selon les pays. En tout état de cause, dans cet objectif d’empreinte plastique neutre, des bacs de collecte doivent donc être installés pour capter une part complémentaire de produits non classiquement récupérés. C’est ainsi que l’entreprise a par exemple mis en place ces bacs dans les magasins Nicolas en France auxquels s’ajouteront en 2023 une centaine de points de collecte complémentaires grâce à un partenaire dans la grande distribution. Mais bien sûr, il demeure un reliquat de quantité de plastique non traité. C’est là que South Pole indique à Vinventions le montant à investir pour soutenir des associations luttant pour la récupération de plastique dans la nature. La société a souhaité s’associer avec M. et Mme Recyclage, partenaire qui la met en lien avec plusieurs associations spécialisées intervenant sur ces problématiques en Méditerranée (4 à ce jour : MILVI, Clean my calanque, 1 déchet par jour et Sauvage Méditerranée). 12 500€ ont été ainsi donnés pour financer des projets en 2022, le double étant attendu compte tenu de la part croissante de la Blue Line dans la production (et à isopérimètre en matière de taux de collecte publique). In fine, la société utilise bien évidemment du plastique mais celui-ci est en partie recyclable et surtout son engagement permet de limiter l’utilité négative de son action.

Cet article Nomacorc Blue Line, premiers bouchons synthétiques labelisés « Net Zero Plastic to Nature » est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire