Nouvelle présidence pour l’interprofession du Beaujolais

Ce jeudi 20 juillet 2023 s’est tenue l’assemblée générale d’Inter Beaujolais, entérinant la nomination de son nouveau président Philippe Bardet, du collège négoce et directeur général de la Maison Loron, à la suite de Daniel Bulliat, en fonction depuis janvier 2021.

Un bilan dynamique
Comme à chaque assemblée générale, Daniel Bulliat a présenté son rapport moral des six derniers mois, mettant en avant la continuité dans les actions et la poursuite des objectifs par l’interprofession, pour la plupart enclenchés sous la présidence de Dominique Piron. Avec des axes forts, incarnés par ce désormais ex-président toujours dynamique et engagé, qui devient le « copilote » de Philippe Bardet.

Comme un dénominateur commun à tous les objectifs, la volonté de « renforcer le travail commun et que chacun se sente responsable du collectif » a été le grand cheval de bataille de Daniel, seul levier permettant de satisfaire l’ensemble de sa feuille de route : la valorisation des vins du Beaujolais, le développement de la compétitivité des exploitations, le renouvellement des générations et la transition écologique.

Le cap fixé il y a deux ans et demi a été tenu : la valorisation poursuit son envol avec les dossiers de reconnaissance et d’identification, des dénominations géographiques dans les Pierres Dorées aux lieux-dits dans les crus, en passant par les noms de commune dans les Beaujolais Villages.

S’ajoute le travail collectif avec la chambre d’agriculture depuis deux ans sur le renouvellement des générations, les changements de pratiques culturales et les replantations, une démarche collective de transition écologique bien enclenchée, et l’amorçage de la diversification dans la production avec le développement des rosés et des blancs.

Conquête de l’export, négociation avec la grande distribution sur les segments de prix, forte implication événementielle (Wine Paris, Salon International de l’Agriculture, Concours du Meilleur Sommelier du monde, Bienvenue en Beaujonomie et Tour de France) complètent ce tour de piste de la valorisation des vins du Beaujolais.

« Beaujolais prend un S pour sa diversité, mais aussi un B majuscule pour sa qualité » : Daniel Bulliat conclut sur une note motivante, avant de céder la place à son successeur : « Je passe à présent de pilote à copilote, tout en œuvrant dans la même énergie. Philippe, félicitations et surtout, bon courage. »

Une passation dans la continuité
Philippe Bardet amorce sa présidence avec une feuille de route orientée sur trois axes majeurs.

La vigne et le vin d’abord, avec une urgence à replanter les surfaces perdues et redonner au gamay son emprise, ainsi que l’objectif « de retrouver notre potentiel de production et revenir aux 600 000 hl, qui correspondent à un marché valorisé et un équilibre économique des exploitants. La diversification est également fondamentale pour que chaque exploitation choisisse son modèle et rentabilise, ainsi que la production propre : notre responsabilité environnementale est en jeu et nous devons diminuer l’empreinte carbone, augmenter l’agroécologie. »

Le commerce ensuite, avec l’objectif de « devenir leader dans la catégorie des nouveaux grands vins de terroir. Nous avons réussi à faire sauter le plafond de verre des prix, il faut faire évoluer nos circuits commerciaux, aller là où vont les jeunes, adapter nos prix de vente à nos prix de revient en ayant la fierté de vendre nos vins à leur juste valeur, et faire de l’export notre obsession, soutenue par notre succès chez les Anglo-Saxons, Japonais et Scandinaves.

Et enfin, nous devons profiter de la belle santé économique du Beaujolais, toutes filières confondues, pour attirer les investissements extérieurs, pas seulement pour le vin, mais aussi pour l’hôtellerie, le tourisme etc. »

Cet article Nouvelle présidence pour l’interprofession du Beaujolais est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire