Pizza et vin : un duo parfait pour la Journée Mondiale de la Pizza

En cette Journée Mondiale de la Pizza il est temps de vous hâter pour trouver la bonne bouteille à déboucher avec votre pizza préférée, rouge léger, blanc fruité, bulles ou rosé.

Le 17 janvier correspond au premier jour du carnaval de la fête de Sant’Antonio (Saint Antoine le Grand), saint patron des cochons et des animaux domestiques, des pompiers, des forgerons…et des pizzaïolos. Le carnaval est depuis des lustres l’occasion de mettre au goût du jour les plats traditionnels italiens à commencer par la pizza. Celle-ci n’a pourtant pas toujours été aussi célèbre dans la botte transalpine, acquérant sa notoriété par la diaspora, notamment aux Etats-Unis, avant de revenir au pays auréolée de son succès international. Il a fallu attendre la reconnaissance mondiale de l’art du pizzaïolo napolitain au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco fin 2017 pour voir apparaître au calendrier la Journée Mondiale de la Pizza (même si il existait déjà à Naples au début du XXIe siècle une journée des pizzerias le 17 janvier en partie fériée). Pour mémoire, c’est en 1889 qu’apparait sur la scène culinaire la plus célèbre des pizzas, la Margherita en hommage à la Reine Marguerite de Savoie, épouse du roi d’Italie Umberto I. Elle est inventée par un cuisinier napolitain Raffaele Esposito lors du voyage du couple royal dans sa ville : c’est une pizza agrémentée de tomates, mozzarella et basilic, aux couleurs du drapeau italien, rouge, blanc et vert.

Les pizzas chouchous
Ce n’est qu’au XXe siècle que la pizza gagne les cuisines de toute l’Italie puis de l’Amérique et du monde entier. La France est aujourd’hui l’un des principaux pays consommateurs (après les Américains, les Italiens et les Espagnols). Elle s’est même hissée dans le top 3 des plats favoris dans l’Hexagone. Les préférences de garnitures changent selon les pays : pour les Italiens, les classiques Margherita (tomates, mozzarella, basilic), Napolitaine (tomates, mozzarella, huile d’olive, origan), Marinara (tomates, ail, huile d’olive, origan, basilic) et Capricciosa (mozzarella, champignons, artichaut, jambon, olives); pour les Américains la pepperoni (saucisson américain pimenté); pour les Français, la Quatre-Fromages (parmesan, ricotta, gorgonzola, pecorino, reblochon ou fourme d’Ambert), suivie selon les sondages, par la Regina (tomates, mozzarella, jambon, champignons), la Margherita, la Savoyarde (avec pommes de terre, lardons, reblochon, crème fraîche, oignons) – Bon, la Savoie faisait encore partie jusqu’en 1860 du royaume de Sardaigne qui deviendra royaume d’Italie; on devrait être pardonnés) et la très controversée Hawaïenne avec jambon, tomates, mozzarella… et ananas, au grand effroi des gastronomes italiens.

Chercher le vin selon l’ingrédient principal
Quid des accords avec toutes ces pizzas aux ingrédients variés. Avec la tomate, pas si simple d’accorder le verre à l’assiette. L’acidité du fruit ne sied pas à tous les breuvages. Si vous optez pour le rouge, il faudra le choisir pas trop puissant ni tannique, plutôt léger et fruité comme les gamay, pinot noir, merlot sous peine de faire ressortir l’aspect râpeux en fin de bouche. Si la pizza est riche en fromage, pas de rouges ou plutôt pas de tanins qui assèchent le palais et se heurtent au gras du fromage, ou choisissez plutôt un blanc frais et minéral qui va compenser le gras. Un rosé ni trop léger ni trop vineux peut également convenir. Ne pas non plus négliger les bulles qui apporteront de la fraîcheur tels un crémant brut ou même un pet nat’.

Quelques suggestions : 

  • Pour la Quatre-Fromages (ou la pizza blanche sans sauce tomate donc), un vouvray sec, une jacquère de Savoie, un sancerre, un jurançon sec (ou moelleux si vous avez forcé sur le gorgonzola et la fourme d’Ambert)
  • Pour la Margherita, un beaujolais, un pinot noir d’Alsace, un bourgueil, un coteaux-du-lyonnais, un poulsard du Jura, ou en blanc, un entre-deux-mers un muscadet, un cassis, un crémant de Bourgogne ou d’Alsace
  • Pour la Napolitaine, un rosé de Tavel, un coteaux-d ‘Aix-en-Provence rosé, un côtes-du-rhône rouge
  • Pour la Regina, un fleurie, un gaillac rouge, un côte roannaise, un merlot du Languedoc
  • Pour une pizza au thon ou aux fruits de mer, un blanc sec, un crémant blanc de Savoie ou du Jura, un rosé épicé (un pineau d’Aunis de Coteaux-du-Vendômois, un sciacarellu d’Ajaccio)
  • Pour une pizza végétarienne, un côtes-de-Provence rosé, un Ventoux rosé,  un bordeaux blanc, un Cheverny blanc.

Pas de faute de goût ni de réticence de palais en tout cas si vous devez mettre tout le monde d’accord autour de pizzas différentes en choisissant un rouge léger, un blanc fruité, un rosé épicé ou un effervescent brut. Et si vous voulez la jouer local, essayez un lambrusco des provinces de Lombardie ou d’Emilie ou un rouge léger type bardolino ou valpolicella.

Cet article Pizza et vin : un duo parfait pour la Journée Mondiale de la Pizza est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire