Plaidoyer pour l’Entre-deux-mers - Routes des vins

Plaidoyer pour l’Entre-deux-mers

Invindia

Invindia

A la tête de l’entité Invindia (groupe VandB), qui regroupe cinq domaines à Fronsac, Saint-Emilion et en Entre-deux-Mers (châteaux Haut-Meyreau, Bellevue Malartic et Aurore), Hugues Laborde veut mettre en lumière le travail des vignerons de ce dernier terroir. Pour faire connaître les pépites encore méconnues qu’ils créent, surtout dans un millésime complexe comme 2021. Ses mots.

Hugues Laborde, quel est le message que vous souhaitez faire passer concernant ce terroir de l’Entre-deux-mers ?

Je trouve qu’il est temps que le monde professionnel, la distribution et la presse s’intéressent à ce que 80 % de la population française est capable de se payer comme bouteilles de qualité. C’est dommage de ne pas suffisamment parler des petites appellations comme l’entre-deux-mers, qui offre un très beau potentiel qualitatif. Cette région délaissée de Bordeaux regorge pourtant de vignerons passionnés capables de réaliser de grandes choses, abordables. L’Entre-deux-mers me fait penser à mon Gers natal. C’est un pays vrai, authentique. Les vignerons de ce terroir se battent encore dans un contexte chaotique pour donner du plaisir au commun des mortels, aux gens normaux comme vous et moi. Ici on fait du vin, on ne raconte pas d’histoires.

L’Entre-deux-mers, qui représente une forte proportion des vins produits par Invindia, ont su se faire leur place, notamment auprès d’une clientèle plutôt jeune. A quoi est selon vous dû ce succès ?

Depuis mon arrivée à Invindia, il y a quatre ans, nous sommes passés de 30 000 à 200 000 bouteilles distribuées sur le réseau VandB, avec 70 % de cuvées produites dans l’Entre-deux-mers.  Nous avons imaginé une offre plus accessible, avec des profils de jus plus frais et gourmands, des packaging plus modernes. Cette gamme fonctionne bien, notamment chez les 25-35 ans. C’est bien la preuve que ces vins ont leur place chez le jeune consommateur. Parallèlement, nous avons aussi procédé à des développements sur notre gamme traditionnelle. Nous l’avons centrée autour des terroirs les plus représentatifs de l’Entre-deux-mers, pour composer une palette de grande qualité. Chez VandB nous souhaitons mettre en avant ces vignerons, qui créent des vins avec des qualités de jus qui n’ont pas à rougir face à de très grandes appellations. Ils méritent qu’on reconnaisse leur engagement et le rôle qu’ils ont dans la démocratisation des vins de Bordeaux.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le millésime 2021 sur vos trois domaines en Entre-deux-mers, les châteaux Haut-Meyreau, Bellevue Malartic et Aurore  ?

Ce 2021 a été un millésime de paysan, de terrien. Si on tire notre épingle du jeu c’est grâce aux vignerons à la tête des propriétés, des gens encore très liés à la terre, qui ont passé beaucoup de temps au chevet de la vigne avec le gel et les vagues de mildiou. En blanc, les terroirs calcaires ont tiré profit du millésime. Les vins sont mûrs, expressifs, tendus, grâce au mois d’août qui n’a pas été caniculaire, préservant les précurseurs aromatiques. En rouge, cette année, les argilo-calcaires et les graves de nos domaines ont donné des vins de grande qualité. Le terroir a joué, mais on a aussi vu les vrais techniciens qui avaient passé du temps à la vigne, avec un rendu final très satisfaisant. Ceux qui ont attendu début octobre pour ramasser ont réussi à sortir des vins mûrs, aux trames tanniques bien soutenues mais déjà fondues et soyeuses. Il fallait avoir une approche fine et précise, savoir adapter la vinification. Nous avons rentré toute la vendange sans soufre, procédé à des macérations longues de huit jours. Résultat : nous sortons des bombes de fruit sur les merlots et les cabernets francs ! En 2021, on a réussi à produire des vins à notre image, avec le profil espéré depuis un moment. Il n’y a pas d’austérité, que de la finesse, des bouches pleines, de la fraîcheur qui tient les vins tout en les rendant accessibles et gourmands. Sur les grands terroirs de l’Entre-deux-mers, 2021 est un millésime bordelais, signé, qui rappelle ce qui a fait et fait de nous l’un des plus beaux vignobles du monde.

Cet article Plaidoyer pour l’Entre-deux-mers est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires...
  • chat
    Ajouter un commentaire