[Primeurs 2023] Cos d’Estournel, Pape Clément, D’Issan, Fombrauge…

Suivez la suite de la campagne des Primeurs 2023 avec toutes nos notes exclusives. Elles sont à retrouver avec les commentaires de la rédaction dans notre numéro Spécial Bordeaux Primeurs à paraître le 5 juin en kiosques et sur terredevins.com.

Ce jeudi c’est fête pour les amateurs de grands vins de garde avec notamment les sorties en primeurs de Cos d’Estournel, d’Issan et de Pape Clément. Bijou de Saint-Estèphe d’abord, Cos d’Estournel, Second Grand Cru Classé 1855, s’affiche à 159,60€ pour une note dantesque délivrée par Terre de Vins, à savoir 99/100 : « Sur ce millésime mûr, Cos est d’une fraîcheur étonnante, moins de 13°, un profil désaltérant qu’il tient de la qualité de ses tanins. « Ce terroir donne toujours de la puissance, on peut oser extraire moins, c’est un confort », témoigne Dominique Arrangoïts. Réglisse, cassis, écorce d’orange, graphite, intégration et profondeur de bouche sont sa signature ». Le blanc de Cos est salué quant à lui par un 95/100 et un très beau commentaire : « Son attaque douce (30 % de sémillon) ne laisse pas présager sa complexité : fleur de citronnier, agrumes jaunes, banane verte, bergamote, son profil exotique s’enrobe d’une texture ample qui le rend gourmand. La minéralité déroule une longue finale acidulée aux éclats de zeste ». Il se négocie au même prix que le rouge, 159,60€. Dans la foulée, délivrons les tarifs des autres vins de Michel Reybier, les Pagodes de Cos rouge à 43,70€, les Pagodes de Cos blanc à 50,40€ et la dernière acquisition, le voisin Grand Cru Classé 1855 le Château Cos Labory à 37,80€. Avec 94/100, ce dernier affiche ses ambitions : « C’est le premier millésime entièrement sous la houlette de l’équipe Cos d’Estournel. Le fruité est croquant, par rapport à 2022 il a gagné en tanins, en générosité aussi. L’aération le fait plus caressant, il déploie un velours inhabituel. Il conserve l’énergie, le côté svelte qui le caractérise ».

Toujours dans le Médoc et dans la lignée des grands vins de garde, sort le Château d’Issan à 52,10€, Grand Cru Classé 1855 de Margaux. Salué 95/100 par le comité de dégustation, Issan est dans la place : « À l’aération, une petite note fumée, des senteurs de lilas et d’iris, puis l’attaque surprend par le volume et la densité de la matière. Un corset fin de tanins définit le palais offrant le cassis et la réglisse malgré une retenue évidente. La finale révèle sa complexité : douce amertume désaltérante, épices fraîches ». Un peu plus au sud pointe son nez le Listrac-Médoc Château Fonréaud au prix de 15,70€ et son très réputé vin blanc Le Cygne à 24€. 

Cap désormais sur les œuvres de Bernard Magrez. Pape Clément en tête pour ce Cru Classé de Pessac-Léognan à 81,60€. Avec 95-96/100, le 2023 est une réussite : « Avec son premier nez entre fumée et écorce d’orange, il a les marqueurs de l’appellation. Son caractère élégant, aux tanins ajustés, à la texture caressante et soyeuse, est rehaussé de saveurs cassis et myrtille qui lui donnent l’acidulé, une fine arête acide le soutient de bout en bout. Bonne balance entre douceur et profondeur ». Coup double avec un 95-96 pour le blanc s’affichant à 126€ : « Cette année, les sémillons, soit 35 % de l’assemblage, ont été élevés dans des contenants en terre cuite, seulement 15 % en fûts. Le vin gagne en éclat et en floralité, fleur mellifère et fleur de pêcher, le sauvignon blanc amène son exotisme et sa tension, sauvignon gris et muscadelle y ajoutent de la complexité. L’ensemble est élégant, tendu, savoureux ». Le Clos Haut-Peyraguey Premier Cru Classé 1855 de Sauternes sort à 37,20€ pour un 93-94. Le Grand Cru Classé 1855 en Haut-Médoc, le Château La Tour Carnet se négocie à 28,80€ pour une note de 94-95, La Tour Carnet blanc est à 30,60€ et le Médoc Château Les Grands Chênes à 13,80€. Reste la propriété de la rive droite, le Saint-Emilion Grand Cru Classé Château Fombrauge qui sort à 27,60€ pour une sérieuse note de 94-95/100 : « Belle interprétation du millésime, avec un premier nez plutôt floral. Une attaque intense annonce du grand volume de bouche. Des tanins nombreux, enrobés, composant autour d’une palette d’agrumes et de cacao un ensemble de caractère. Grande réussite des merlots, à 91 % de l’assemblage, ils amènent une signature élégante ».

Cet article [Primeurs 2023] Cos d’Estournel, Pape Clément, D’Issan, Fombrauge… est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire