Quand les grands crus classés bordelais jouent la carte du tourisme viticole

A l’occasion de la 7e édition du salon « Destination Grands Crus Classés 1855 – Médoc & Sauternes », le 12 mars prochain au Café du Musée du CAPC (Bordeaux), un panel de 27 grands crus classés de la rive gauche donnent rendez-vous aux professionnels du tourisme pour leur faire découvrir leur offre œnotouristique. La promesse de belles escapades dans les vignes bordelaises. Avant-goût avec Sylvain Boivert, directeur du Conseil des Grands Crus Classés en 1855.

Les grands crus classés bordelais ont dans leur grande majorité longtemps été fermés au public. Cette règle est-elle aujourd’hui devenue l’exception ?
Aujourd’hui, une bonne moitié des grands crus classés 1855 s’est vraiment lancée dans l’œnotourisme avec professionnalisme pour proposer des offres larges et étayées, allant jusqu’à l’hôtel ou au restaurant. Parmi les nombreux exemples, on peut citer le château Lafaurie Peyraguey à Sauternes avec son hôtel***** et son restaurant**, le château Marquis de Terme avec son restaurant de grande qualité, ses salles pour les événements d’entreprises, sa boutique pour acheter du vin et des produits dérivés, ou encore le château Giscours qui accueille nombre de mariages et d’événements.

Alliant le Médoc et Sauternes, cet événement met en avant l’offre de deux terroirs bordelais aux personnalités très différenciées. La force des grands crus classés bordelais, c’est cette variété ?
Avec ce classement de 1855, on a un groupe cohérent qui parle au consommateur de vin. Beaucoup d’étrangers qui viennent visiter, notamment Américains et Brésiliens, ont envie de retrouver ici une offre à la hauteur de celle proposée dans leur pays, comme par exemple en Napa Valley. Au sein de cette grande famille, on retrouve une dualité d’offre en deux couleurs. D’un côté, Sauternes, ses grands blancs liquoreux et sa proposition concentrée autour du village à tous les prix, entre des châteaux, des restaurants, des hébergements, qui composent une magnifique destination de week-end. De l’autre côté le Médoc, ses vins rouges de légende et ses domaines de tailles plus importantes, très étalés géographiquement, avec une offre haut-de-gamme. Pour mettre en lumière cette diversité, nous avons également créé un outil commun en partenariat avec Flammarion : le guide « Route 1855 Bordeaux Châteaux Médoc et Sauternes », proposant un voyage œnotouristique au cœur du pays vinicole. Édité en 2022, il sera réédité en 2025 pour célébrer les 170 ans du classement.

Quelles sont les tendances qui s’affirment en matière d’œnotourisme depuis quelques années dans le vignoble bordelais, et celles qui se dessinent pour demain ?
La grande avancée de ces dernières années, c’est vraiment la professionnalisation du secteur. Aujourd’hui, l’œnotourisme n’est plus perçu comme une charge, mais comme une activité complémentaire à la vente de vin et un centre de profit. Avec cette professionnalisation, l’offre s’est étoffée, avec plusieurs tendances actuellement. Il y a de plus en plus de propositions autour de la restauration et des accords mets-vins qui parlent bien aux particuliers, comme par exemple au château Lagrange à travers des cours de cuisine avec le chef japonais, ou au château Marquis d’Alesme avec des accords entre vins et chocolats d’Hasnaa. Nous essayons aussi de nous fédérer pour vendre une destination dans son ensemble. C’est le cas par exemple à Sauternes, où Yquem reçoit 7000 visites payantes par an, son aura rayonne sur le reste de l’appellation, ou au château Guiraud, avec un hôtel avec spa est en cours de construction… L’offre fait la clientèle.

Ce rendez-vous tient en ce 12 mars sa 7e édition. Quel bilan dresse-t-il et quelles perspectives ?
Aux origines, ce rendez-vous consistait en un salon annuel à Bordeaux. Nous l’avons ensuite développé à Bordeaux en alternance un an sur deux avec à Paris et à l’étranger. Après Londres et Rome l’an dernier, nous sommes de retour à Bordeaux en ce millésime 2024, et les prescripteurs sont réceptifs. Ils sont 200 inscrits, qu’ils soient agences touristiques et réceptives, conciergeries d’hôtels, sommeliers… Cet événement est attendu, c’est un bon moyen de rappeler que les châteaux sont ouverts et proposent une offre sans cesse plus diversifiée. Pour promouvoir la destination Bordeaux, nous travaillons aussi main dans la main avec des institutionnels tels que l’office de tourisme de Bordeaux et le Comité Régional du tourisme de Nouvelle-Aquitaine.

Les participants au salon « Destination Grands Crus Classés 1855 – Médoc & Sauternes » :
Médoc
de CAMENSAC – Haut-Médoc | DESMIRAIL – Margaux |  ISSAN – Margaux | GISCOURS – Margaux | KIRWAN – Margaux | MARQUIS de TERME – Margaux | MARQUIS d’ALESME BECKER – Margaux | PRIEURE-LICHINE – Margaux | du TERTRE – Margaux | GRUAUD LAROSE – Saint-Julien | LAGRANGE – Saint-Julien | LEOVILLE POYFERRE – Saint-Julien | BRANAIRE-DUCRU – Saint-Julien | BEYCHEVELLE – Saint-Julien | PEDESCLAUX – Pauillac | GRAND PUY DUCASSE – Pauillac | DUHART-MILON – Pauillac | COS LABORY – Saint-Estèphe | LAFON ROCHET – Saint-Estèphe |

Sauternes
CLIMENS – Barsac | ARCHE – Sauternes | GUIRAUD – Sauternes | FILHOT – Sauternes | LAFAURIE-PEYRAGUEY – Sauternes | de RAYNE VIGNEAU – Sauternes | SIGALAS RABAUD – Sauternes | 

Cet article Quand les grands crus classés bordelais jouent la carte du tourisme viticole est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire