Rapport d’enchères d’octobre| Engouement intact pour les vins du Jura et de Savoie

enchères idealwine jura savoie

Alors qu’un manteau de neige recouvre les montagnes françaises, mettons le cap sur deux vignobles établis sur la route des stations de ski, qui attirent depuis plusieurs années les convoitises d’amateurs toujours plus nombreux : le Jura et la Savoie. Sur iDealwine, les catalogues de novembre regorgeaient de pépites. Quelques éléments d’analyse.

Dans le Jura, plusieurs signatures s’imposent depuis quelques années dans les enchères iDealwine. Sans surprise, le domaine Overnoy s’établit au sommet avec un vin jaune millésimé 1982, remporté par un amateur brésilien contre 1002€, un cours stable. Ce domaine, désormais géré par Emmanuel Houillon, fils adoptif de Pierre Overnoy, couvre 5,5 hectares. Parmi les vins de l’AOC Arbois-Pupillin que produit le domaine, c’est actuellement le trousseau-poulsard qui est le plus prisé. Le 2018 s’est vendu 513€ (+2%) en novembre. Le savagnin est également recherché, le 2016 ayant été adjugé 513€ (+6%) et le 1989, à 488€ (+11%). Quant au chardonnay, il atteint 501€ dans le millésime 2016 (+5%) et 476€ (+7%) en 2017. Pour tous les vins de ce domaine, la cible d’acheteur est mondiale, qu’il s’agisse de l’Europe septentrionale (Royaume-Uni, Allemagne, Danemark), de l’Asie (Singapour, Corée du sud) ou, comme nous l’avons évoqué du Brésil.

Autre nom au sommet dans les ventes aux enchères, le minuscule domaine des Miroirs, créé par Kenjiro Kagami. Si les cours de ses flacons – intégralement commercialisés en vin de France – affichent actuellement un léger repli après s’être envolés en 2022, les niveaux atteints demeurent élevés, et toujours prisés des acheteurs asiatiques. Une tendance qui n’étonne pas vraiment, puisque l’essentiel de la production du domaine part pour l’Asie, et en tout premier lieu au Japon, bien sûr. La cuvée « Sonorité du vin Les Saugettes » 2015 atteint 864€ (-4%, et 645€ pour le millésime 2016), « Miruizo Les Saugettes » 2014 se vend 839€ (-4%), tandis que « Le berceau » 2015 est remporté à 645€ par un amateur allemand. Tout aussi recherché, notamment en raison de la rareté des vins, le domaine des Murmures enregistre des résultats contrastés en novembre, les blancs s’établissant en tête des résultats. C’est ainsi que le savagnin 2019 du domaine s’est envolé à 551€ (+26%) tandis que le chardonnay était adjugé 501€ (+3%) sur iDealwine.

Au-delà de ce trio qui fait la Une depuis plusieurs années, on retrouve, parmi les noms les plus recherchés du Jura le mois dernier, celui de Jean-François Ganevat (le côtes-du-jura Vignes de mon père 1999 a atteint 651€, +83%). Au domaine Labet, un côtes-du-jura Grains Fauves Savagnin Botrytisé En Chalasse 2010 s’est envolé à 200€ (+77% par rapport à sa mise à prix initiale), tandis que la cuvée Les Varrons 2018, un chardonnay de macération, était adjugée 125€. Notons aussi les beaux résultats que suscitent les domaines Rousset-Martin (376€ pour le château-châlon Sous Roche V22), mais aussi Allante Boulanger, Labet, Morgane Turlie ou les Granges Paquenesses.

En Savoie, l’empreinte de Michel Grisard

Minuscule – 3000 hectares, soit 0,2% de la superficie plantée de vignes dans l’Hexagone – le vignoble de Savoie suscite depuis quelques années un engouement croissant, porté par quelques grandes figures. Celle de Michel Grisard plane indéniablement sur la région. Ce vigneron qui avait repris le domaine familial du Prieuré de Saint-Christophe au début des années 1970, a contribué à faire renaître – et reconnaître – les cépages autochtones de la région, et particulièrement la mondeuse ou l’altesse. Les terroirs du Prieuré Saint-Christophe, convertis à la biodynamie depuis les années 1990, sont exploités depuis le millésime 2015 par le domaine Giachino, Michel Grisard ayant pris sa retraite. Aux enchères, sur iDealwine une mondeuse Tradition 1996 a été adjugée 438€, un prix identique à celui enregistré pour un flacon de mondeuse Prestige 2003.

Michel Grisard avait apporté sa contribution à la création du domaine des Ardoisières, bien connu sur iDealwine. La fameuse cuvée Quartz, issue du cépage altesse, a été adjugée 100€ dans le millésime 2016 (+23%), tandis que la cuvée Améthyste 2016, assemblage de persan et de mondeuse, atteint 75€. Le coup de projecteur sur la Savoie ne serait pas complet sans évoquer Dominique Belluard, talentueux vigneron tristement disparu en 2021. Sa superbe cuvée de gringet, Le Feu, s’échange entre 63€ pour le millésime 2017 et 88€ pour le 2019.

Notons également, parmi les signatures qui méritent l’attention, Giachino bien sûr, Gilles et Adrien Berlioz, Jean-Yves Péron, et aussi le domaine Petit Roy : son propriétaire, Seiichi Wang, formé chez les plus grands vignerons de Bourgogne, s’approvisionne dans le Bugey avant de vinifier ses raisins dans sa cuverie de Chorey-les-Beaune. Les flacons de ces domaines, présentés aux enchères en novembre dernier, s’échangent à des prix encore attractifs pour ces vins singuliers, identitaires… et donc passionnants.

Consulter le rapport d’enchères des ventes de novembre 2023 sur iDealwine

Comment revendre votre cave avec iDealwine

Commentaires

  • Pas encore de commentaires...
  • Ajouter un commentaire