Taittinger, le site rénové de la Maison rouvre ses portes

Après 18 mois de travaux confiés à l’architecte rémois Giovanni Pace, la Maison Taittinger rouvre ses caves le 22 juillet prochain. Elle recevait avant le lancement du chantier près de 70.000 touristes par an, attirés par ses crayères gallo-romaines où sont encore visibles certains vestiges de l’ancienne abbaye de Saint-Nicaise. Terre de vins vous dévoile les grandes nouveautés du site.

Le site de la Maison Taittinger était jusqu’ici composé d’un pavillon des années 1930 dessiné par Tassigny dans le plus pur style Art Déco. Giovanni Pace l’a évidemment conservé, mais en intégrant un nouvel élément, que d’ailleurs Tassigny lui-même avait envisagé : une extension spectaculaire conçue sous la forme d’un péristyle, clin d’œil à l’ancienne abbaye détruite à la Révolution, qui dominait le site. L’architecte raconte : « On s’est efforcé de faire renaître son dessin avec le nouveau projet. Ce n’est pas effacer ou masquer ce qui existe avec de nouvelles ambitions, mais le révéler. On utilise un béton particulier, plus contemporain, qui donne la sensation d’un cuir au toucher. On aurait presqu’envie d’embrasser les colonnes !« .

© Pace architectes

L’espace du pavillon a ainsi été retravaillé de manière à laisser passer davantage de lumière, tout en rendant le jardin beaucoup plus visible. « Quand on arrive, c’est la première chose que l’on voit, il est en forme de tapis de bienvenue. En entrant dans le bâtiment, par transparence, on est toujours en relation avec lui, il ne nous quitte pas. » Ce même parc a lui aussi été repensé grâce à trois femmes paysagistes.  Vitalie Taittinger, la présidente de la Maison, confie : « Cela donne un jardin très structuré, très sobre, avec une approche artistique qu’on va retrouver aussi dans le lieu, une approche des couleurs, des odeurs. Le jardin fait partie du spectacle. Selon les saisons, il va évoluer. Il a été pensé pour être vu de l’intérieur mais aussi de l’extérieur. » 

L’intérieur du pavillon et le parcours visite ont également connu des évolutions. « Au niveau -1, on a transformé ce qui était auparavant la salle de dégorgement en salle de projection. On y rappelle que Taittinger, c’est un nom, une marque, une maison, mais que ce qui la porte, c’est un patrimoine universel. Après la visite des caves, on remonte et on arrive dans cette grande nef, cette galerie, un espace de déambulation, de dégustation, de découverte de la Taittinger Collection [lancée en 1983, la Taittinger Collection présente le travail d’artistes invités à faire figurer une œuvre sur des bouteilles d’exception, ndlr]. Quand on revient à la surface, on n’est plus dans l’élaboration, on est dans la vie du champagne, c’est-à-dire la culture, les arts, les rituels, la gastronomie associés, la fête. C’est un espace où on vit le champagne en art. »

© Pace architectes

Un chantier périlleux qui a nécessité beaucoup de doigté, le pavillon est en effet placé juste au dessus des crayères où sont stockés les millions de flacons de la fameuse cuvée Comtes de Champagne. Ces anciennes carrières de pierre, extrêmement fragiles et inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, ont parfois plus de mille ans. Sur ce point, le choix de Giovanni Pace ne doit rien au hasard. L’architecte s’est déjà illustré sur des chantiers délicats comme celui du nouveau bâtiment de production de Pol Roger bâti sur d’anciennes caves effondrées en 1900. « On a mis en place tout une organisation pour que le chantier se déroule sans risques. Quitte à avancer moins vite, on a aussi utilisé des machines plus petites pour créer moins de vibrations. On a marché en permanence sur des œufs ! »

Des circuits oenotouristiques repensés
La Maison a voulu profiter de cette restauration pour revoir les parcours oenotouristique. Désormais, la visite de caves se conclura sur une nouvelle expérience visuelle, alliant poésie et histoire. Le thème ? Le fameux poème d’Alan Seeger, cet aviateur américain, engagé volontaire pendant la Première Guerre mondiale, qui sentant la mort au combat approcher, se réjouissait de savoir qu’un peu de lui-même viendrait nourrir les vignes de champagne pour éclore enfin sur les lèvres des élégantes… Une œuvre dont la Maison Taittinger a racheté l’original en 2019. Quant aux trois dégustations proposées après ces visites, elles nous mettent déjà l’eau à la bouche. L’Instant rosé est dédié à la découverte du Brut Réserve et de Prestige Rosé (40€/p.). L’Instant Gourmet vous propose un accord mets/champagne imaginé par le chef Philippe Mille (Restaurant l’Arbane) autour du Brut millésimé et de Prestige Rosé (80€). L’Instant Comtes (80€) vous présente Le Brut Réserve, Prélude Grands Crus, et évidemment Comtes de Champagne.

Enfin, dernières nouveautés, l’expérience de visites sera complétée d’une boutique, baptisée « Chromatique » et d’une table qui, elle, n’ouvrira ses portes qu’en 2025 et devrait mettre à l’honneur l’assemblage.

© Pace architectes

https://book-a-visit.taittinger.fr

Cet article Taittinger, le site rénové de la Maison rouvre ses portes est apparu en premier sur Terre de Vins.

Commentaires

  • Il n'y a pas encore de commentaires.
  • Ajouter un commentaire